Journée Mondiale du Diabète : Améliorer la prévention du diabète par la sensibilisation et l’éducation

30

En prélude à la célébration  de la Journée Mondiale du Diabète prévue ce lundi 14 novembre, le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique, en collaboration avec la Fédération Nationale des diabétiques du Mali et l’ONG Santé diabète, a organisé une conférence de presse le jeudi dernier à l’OMS. Pour cette 26ème édition, l’accent sera mis sur le dépistage et le suivi des différents types de diabète et en particulier, celui de type 2.

Placée cette année sous le thème ‘’Les yeux sur le diabète’’, la journée mondiale du diabète réunit chaque année la communauté internationale dans le but d’accroître la sensibilisation et le soutien autour du diabète en poussant les citoyens et les communautés à faire de cette épidémie le centre de toutes les attentions.

Le diabète est une maladie chronique qui a un impact au quotidien sur la vie des millions de personnes et sur leurs familles à travers le monde. Le Professeur Assan Sidibé, Diabétologue à l’Hôpital du Mali, soulignera que le diabète est un problème de santé publique, une maladie évolutive et chronique et qui a causé plus de 5,1 millions de décès dans le monde sans compter les complications invalidantes qu’elle entraîne telles que l’amputation, le coma diabétique, la cécité, les AVC. « En raison de l’importance d’une alimentation équilibrée au quotidien et d’une activité physique régulière dans la prévention et la prise en charge du diabète, il est extrêmement important que les populations reçoivent des informations et éducations de qualité afin d’éviter des cas de diabète de type 2 (représentant 90%  de diabète) ». a-t-elle ajouté.

Selon le Dr Ibrahim Nientao, spécialiste du diabète, la prévalence est  de 3,8%  sur la population adulte, 60% de diabétiques ont moins de 60 ans dont 67% ignorent leur maladie. Il a expliqué aussi que les facteurs de risque du diabète sont au nombre de deux catégories, à savoir les facteurs non modifiables qui sont l’hérédité du diabète et l’âge aussi, à partir de 50 ans, la deuxième catégorie relative à l’obésité, la suralimentation et la sédentarité qui sont par contre des facteurs modifiables. A l’en croire, le continent africain n’est pas épargné par ces facteurs de risque et il connaîtra la progression la plus importante au cours des prochaines décennies et passera de 14,2 millions de diabétiques de 2015 à 34,2 millions en 2040.

Notre pays, malgré son engagement dans la lutte contre le diabète, n’échappe malheureusement pas à ce schéma puisque le pays présente une prévalence de diabète avoisinant presque les 5% de la population.

Rappelons que depuis plus de dix ans, un partenariat entre l’ONG Diabète et le Ministère de la Santé et de l’Hygiène Publique a permis de mener de nombreuses actions afin de renforcer le système de santé au Mali pour améliorer la prévention et la prise en charge du diabète.

Bintou Diarra* stagiaire*


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here