Éliminatoires mondial 2018, Mali-Gabon 0-0 : Les Aigles ne rassurent pas à la veille de la CAN 2017

79

Battu à Bouaké par la Côte d’Ivoire lors de la première journée des éliminatoires de la Coupe du monde «Russie 2018», le Mali se devait de se relancer à domicile dans le groupe D face au Gabon à Bamako. Malheureusement, le samedi 12 novembre 2016, les Aigles ont été méconnaissables face aux Panthères qui ont joué sans complexe et ont obtenu un précieux match nul à l’extérieur. Avec un petit point glané en deux journées, le Mali est dernier de son groupe et ne devra pas enterrer une fois de plus son rêve de disputer une phase finale de Coupe du monde. Même s’il reste encore quatre journées à disputer

Dans le cadre de la seconde journée des éliminatoires de la Coupe du monde «Russie 2018» (Zone Afrique, Groupe C), le Mali a été tenu en échec (0-0) par le Gabon. Cette rencontre a été disputée samedi dernier (12 novembre 2016) au stade du 26 Mars de Yirimadio.

En pleine reconstruction, après la retraite de certains ténors et un effectif en constant changement, les Aigles du Mali sont totalement passés à coté de cette rencontre contre les Panthères du Gabon. Mal inspirés au milieu et maladroits en attaque, ils ont rarement réussi à prendre le dessus sur leurs adversaires du jour dominateurs dans la possession du ballon avec 52 % contre 48 % aux Maliens.

Ainsi, en dix matches officiels, le Mali n’a gagné qu’une seule fois face aux Panthères, en 1993. Ce nul vierge permet au Gabon (2 points) d’occuper la seconde place du groupe C avec le Maroc, mais derrière la Côte d’Ivoire (4 point). Avec un point, le Mali ferme la marche. Les Ivoiriens ont aussi été ten en échec par les Marocains au Grand stade de Marrakech. La prochaine journée est prévue le 28 août 2017 avec les oppositions Gabon-Côte d’Ivoire et Maroc-Mali.

Après cette piètre prestation des protégés d’Alain Giresse, à seulement deux mois de la phase finale de la CAN «Gabon 2017», nous continuons à croire qu’il y a un vrai malaise au sein de  l’effectif des Aigles. Une crise de confiance et un conflit de leadership qu’on ne dit pas officiellement. Les forfaits de dernière minute de certains joueurs contre la Côte d’Ivoire et le Gabon nous confortent dans cette position.

Ces forfaits ne sont nullement le fait de blessures (sauf certainement le cas de Yacouba Sylla), mais parce que certains joueurs ont décidé de bouder la sélection nationale tant que d’autres joueurs sont convoqués.

Et ce n’est qu’un secret de Polichinelle qu’il y a un différend entre Bakary Sacko et Modibo Maïga pour le N° 10 ! Comment accepter que des joueurs accordent plus d’importance au choix d’un maillot qu’au privilège de défendre nos couleurs nationales et qu’on continue encore de convoquer le même footballeur ?

Tant qu’il n’y aura pas une certaine stabilité au sein des Aigles, impossible de miser sur des résultats parce que l’encadrement technique ne peut pas faire de miracle alors que l’effectif change à toutes les rencontres. Sans compter que le temps de regroupement est assez court pour une préparation en profondeur. Aujourd’hui, le Mali ne serait sans doute pas  à la queue du groupe C si l’ossature du groupe qui a étrillé les Ecureuils du Bénin lors de la dernière journée des éliminatoires de la CAN 2017 était restée intacte !

A ce rythme, les Aigles ne seront pas seulement immatures pour une phase finale de Coupe du monde, mais ils risquent d’être ridicules dans deux mois au Gabon.

Il est donc plus que jamais temps de crever l’abcès autour d’une table pour mettre chacun devant ses responsabilités. Que les joueurs qui ont réellement envie de défendre les couleurs nationales sans caprice et sans exigences majeures que les meilleures conditions pour le faire, le disent !

C’est dans l’unité et la sérénité qu’on réalise un rêve collectif !

Moussa Bolly


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here