Situation alimentaire : Près de 19% de la population malienne affectée par l’insécurité alimentaire

25

Selon les projections du Commissariat à la sécurité alimentaire : 495 000 personnes sont classées en insécurité alimentaire sévère et 3 034 468 personnes en insécurité alimentaire modérée. Globalement, la population en insécurité alimentaire pour la période de soudure prochaine est de 3 529 130 personnes, soit près de 19% de la population malienne.

Cette session d’information sur la situation alimentaire a été organisée, le jeudi 17 Novembre 2016, à l’Hôtel Mandé par le Système d’alerte précoce du Commissariat à la sécurité alimentaire sous la présidence de son premier responsable, Oumar Ibrahim Touré en présence des représentants de la FAO, du PAM, de l’UE, de l’USAID, de la Coopération Suisse et plusieurs structures techniques et les ONG partenaires. La présente  rencontre avait pour objectif de partager les informations issues du cadre harmonisé et de les vulgariser afin d’informer les populations sur la situation alimentaire courante et projetée jusqu’à la soudure prochaine. Dans son discours, le ministre commissaire à la sécurité alimentaire, Oumar Ibrahim Touré a indiqué que le cadre harmonisé est devenu le cadre de référence pour toutes les actions de sécurité alimentaire conjoncturelle au Mali. « Chaque année, au sortir de la campagne agricole, le Système d’Alerte précoce réunit l’ensemble des acteurs de la sécurité alimentaire et nutritionnelle pour déployer cet outil. Le cadre se base principalement sur les informations issues des différentes évaluations et enquêtes effectuées dans le domaine de la sécurité alimentaire et nutritionnelle», a-t-il dit. Et d’ajouter que la session de 2016 a regroupé des représentants de structures et d’organisations nationales, internationales et de la société civile. Selon M. Touré, ils ont examiné 49 cercles et les 6 communes du district de Bamako en utilisant les données les plus récentes issues de différentes enquêtes, des rapports d’évaluations rapides des ONG et des rapports d’activités des structures nationales. « Au terme de ce travail consensuel, il ressort que la production agricole est jugée moyenne à bonne dans le pays. Cependant, on note des zones de mauvaises productions, notamment dans le Sahel Occidental, dans les régions de Mopti, Tombouctou et Gao. L’insécurité civile perturbe aussi les activités économiques dans le nord et le centre du pays. Aussi, selon les projections : 495 000 personnes sont classées en insécurité alimentaire sévère et 3 034 468 personnes en insécurité alimentaire modérée. Globalement, la population en insécurité alimentaire pour la période de soudure est 3 529 130 personnes soit près de 19% de la population malienne», a-t-il indiqué. Pour faire face à cette situation d’insécurité alimentaire, dira-t-il, les experts ont entre autres recommandé : de mettre en œuvre un programme d’assistance alimentaire en faveur de ces 495 000 personnes en phase 3 et pire ; de mettre en œuvre des actions de résilience comme les transferts sociaux, la reconstruction de cheptel, les aménagements de proximité ; d’améliorer la disponibilité et l’accès à l’aliment du bétail dans les zones en déficit fourrager ; de procéder à des actions de reconstitution des moyens d’existence à l’endroit des populations déplacées et réfugiées de retour ;  de poursuivre et renforcer des actions de prévention et de prise en charge de la malnutrition qui est un problème préoccupant dans l’ensemble du pays.

Moussa Dagnoko


Source : Maliweb

Maliweb