Chronique d’un Mali qui dérive : La politique du ventre

48

Hélas, nous sommes habitués à nos porte-galons qui, en ces moments de guerre, loin du front, peuplent nos administrations, ambassades et consulats. Courageux et combattants !

Notre bourgeois national vient de donner 300 000 000 millions de Fcfa aux femmes candidates aux communales, sans aigreur aucune, il se peut qu’il s’agit du partage de l’héritage de ce grand-père mythique, hypothétique mort pour la France lors de la première guerre mondiale. Après tout, que sait-on ? La bourgeoisie de soi commençant au moins à son grand-père. IBK avait publiquement dit qu’il est un bourgeois. Un bourgeois sans héritage et de surcroît ayant peur de déclarer publiquement ses biens. Mali «de torola wallaye».

À défaut, s’il s’agit d’argent public, quel gâchis ? L’on aurait pu assainir les hôpitaux du Point G et de Gabriel Touré par cette somme. Nous sommes habitués à des surfacturations de la honte dans l’indifférence quasi générale de la masse.

Bientôt, nous verrons notre grand patriarche de médiateur de la République paraître sur nos petits écrans à l’occasion de l’EID (Espace d’Interpellation Démocratique) pour, semble-t-il, redonner confiance aux damnés de la terre. Au lieu de vouloir jouer de façon hypocrite le sage, Baba Hakim Haïdara doit, en père responsable, s’il en est un, faire venir son fils du Canada, pour répondre devant la justice du peuple des faits à lui reprochés.

Un autre phénomène, qui prend de l’ampleur, reste le fait de nous chanter matin, midi et soir les évolutions des recettes douanières. Primo, il n’y a rien de glorieux à ce que nos recettes douanières surtout liées à l’importation soient élevées. Car, cela veut dire que nous ne sommes que des importateurs. Secundo, des douaniers qui doivent partir à la retraite pensent que par des manœuvres du genre, les recettes ont atteint tel ou tel sommet, ils pourront se maintenir quelques années encore en fonction.

Si, après presque 40 ans de fonction dans l’administration douanière, certains pensent qu’ils n’ont pas encore pu préparer leur retraite, alors, c’est vraiment pitoyable. Rien sur cette terre ne se construit sur du faux. Tous les jours, nous voyons à Paris d’anciens hauts gradés se faire soigner par la générosité publique, c’est-à -dire l’aide médicale d’Etat des Français. Pourvu que cette situation s’éternise, et cela aux temps des extrêmes droites n’est plus sûr. À les observer, l’on a l’impression qu’ils n’ont jamais connu une minute de bonheur dans leur vie. D’ailleurs, l’ont-ils connue ?

Même pour les maisons payées en Occident, rares sont ceux par eux-mêmes ou leur descendance pouvant assurer le paiement de la taxe foncière, de la taxe d’habitation, effectuer les grosses réparations dix ans après avoir perdu les «privilèges de nous voler». Incapables de payer les frais liés à ces maisons, celles-ci se dégradent et sont récupérées par les autorités occidentales. Que Dieu soit loué.

Il faudrait que Soumaïla Cissé comprenne qu’on ne peut pas faire des omelettes sans casser des œufs. Il est bon de dénoncer les attributions suspectes des marchés publics de confections des bulletins et autres accessoires liés aux élections municipales. Mais, dénoncer, c’est être plus  courageux et dire des noms. À quel moment enfin Soumaïla Cissé aurait-il la grandeur de demander à IBK de déclarer publiquement ses biens ? Qu’attend Soumaïla Cissé pour interpeller publiquement Karim Keita pour l’affaire de sa maison de Dubaï ?

Qu’est-ce qui empêche celle qui fait toujours semblant de s’indigner contre la mal gouvernance, Aminata Dramane Traoré, de demander à IBK de déclarer publiquement ses biens ? De quoi a-t-elle peur ou que pense-t-elle gagner un jour avec IBK ? Le  silence d’Aminata D. Traoré sur ce point est coupable et complice. Elle peut continuer à rêver, les énarques parisiens la respecteront le jour où elle sera sans concessions avec notre pouvoir corrompu au sommet.

Soumana Sako et son très grand-frère, l’immense ingénieur Tangara, doivent avoir l’audace de demander à IBK de déclarer publiquement ses biens. Après tout, un ingénieur respectable n’a pas à chercher des amis politiques pour les jours futurs. Sa réussite reste sa tête. Nous disons un vrai ingénieur. Alors Soumana et alliés, il est temps d’éviter les faux-fuyants, les faux-semblants, il urge de demander à IBK de déclarer publiquement ses biens.

Le drame du Mali, c’est que beaucoup jouent les patriotes de façon hypocrite et très peu ont peur de mécontenter le prince du jour. La cuisine, semble-t-il, est vieille que la mosquée. On a tout compris.

Boubacar SOW

                                                                                                    [email protected]


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here