CAN-féminine : Mali-Kenya, ça passe ou ça casse

64

La sélection nationale féminine est sous pression et n’a plus droit à l’erreur. Pour préserver ses chances de qualification en demi-finales, elle doit impérativement battre le Kenya aujourd’hui, et avec un score large. L’autre match du groupe mettra aux prises les deux vainqueurs de la première journée, le Nigeria et le Ghana

Après la lourde défaite 6-0 face au Nigéria, les Aigles Dames effectueront leur deuxième sortie ce soir à 19h GMT contre le Kenya au stade de Limbé. Cette rencontre est très importante pour les protégées du coach Oumar Guindo ‘’Koplan’’ qui doivent impérativement gagner pour continuer d’y croire. Ce n’est pas tout, la capitaine Aminata Sacko et ses coéquipières doivent également s’imposer par un score large pour soigner leur goal average avant le choc de la dernière journée de la phase de poules contre le Ghana.
Complètement méconnaissables face aux multiples championnes d’Afrique, les Aigles Dames sont condamnées à rehausser le niveau de leur jeu pour espérer empocher les points de la victoire contre les Kenyanes. Certes, la sélection kenyane évolue un ton en dessous des Nigérianes, mais avec ce que ce pays a démontré lors de sa première sortie contre le Ghana, on ne peut jurer de rien.
En tout cas, dimanche dernie,r les Kenyanes ont fait mieux que se défendre contre les Black Queens et le score du match est très flatteur pour le Ghana (3-1). Les Aigles Dames ont donc tout intérêt à se méfier du Kenya qui jouera sans pression et avec la ferme volonté de prouver qu’il a sa place dans le gotha africain et qu’il mérite d’être respecté. Le sélectionneur malien, Koplan est confiant pour cette deuxième sortie des Aigles Dames qu’il espère négocier au mieux. «Je suis très confiant pour cette rencontre contre le Kenya, même si l’équipe n’a pas fait assez de préparation contrairement à nos adversaires. Nous sommes une jeune équipe et mes joueuses ont besoin de s’adapter. ça fait cinq ans que le Mali ne s’était pas qualifié à la phase finale de la CAN.


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here