Mali : Municipales, la première débâcle d’Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK)

62

Les élections municipales du 20 novembre dernier ont certainement laissé un arrière-gout amer à Ibrahim Boubacar Kéïta (IBK). C’est que le RPM, le parti du président malien, a perdu dans plusieurs communes qui lui étaient naguère favorables.

Premières élections depuis l’accession d’Ibrahim Boubacar Kéïta au pouvoir, les récentes municipales ont réservé d’énormes surprises aux partis en lice. Si certains ont pu tirer leur épingle du jeu, ce n’est nullement le cas pour d’autres, tel le parti présidentiel. En effet, les résultats encore provisoires ont crédité le Rassemblement pour le Mali (RPM) de 9 communes urbaines sur 19. À Bamako, le RPM n’a remporté que 3 sur les 6 communes que comptent la capitale malienne. Le plus terrible, c’est que son fief de la Commune 4 est passé aux mains de Moussa Mara, ex-Premier ministre. Les communes de Mopti, Kati, Kita, Bougouni, Koutiala, San et celle populaire de Sikasso ont échappé au parti d’IBK.

Ce vote sanction pourrait donc relever d’une prémonition, l’élection présidentielle de 2018 étant en ligne de mire. En outre, l’effritement de la majorité présidentielle se veut tout aussi annonciateur d’un lendemain incertain pour Kankeletigui (surnom d’IBK). Aussi, Soumaïla Cissé, le président de l’Union pour la République et la démocratie (URD) apparait-il comme le grand vainqueur. Le parti du challenger du président Kéita a remporté plusieurs communes dont 10 urbaines. Pour certains observateurs, il serait ainsi vu comme une alternative à l’actuel président malien qui peine à ramener la paix dans un Mali où l’insécurité prend des proportions considérables.

Toutefois, la faiblesse du taux de participation (22,02%) laisse entrevoir la progressive rupture entre le peuple malien et ses dirigeants. Il ne faudrait surtout pas occulter le fait que le scrutin n’a pu se tenir dans certaines circonscriptions du fait de l’insécurité. De même, des militaires maliens ont été attaqués alors qu’ils transportaient du matériel électoral. Tout ceci pourrait également justifier le fait que les Maliens n’ont pu faire massivement le déplacement aux urnes.

RUFUS POLICHINELLE


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here