Forum des organisations de la société civile au Mali : Déclaration sur l’installation des autorités intérimaires

46

Nous, organisations membres du forum des organisations de la société civile du Mali, suite aux décrets de nomination des conseillers spéciaux et des membres des autorités intérimaires et collèges dans les régions du Nord du Mali (Tombouctou, Ménaka et Taoudéni), par le président de la République, le 14 octobre 2016, avons décidé de publier la déclaration qui suit :
-considérant le caractère exclusif de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger confiné dans un réseau tripartite gouvernement-coordination des mouvements de l’Azawad (CMA)-Plateforme ;
-considérant la poursuite et l’amplification des actes de violence et de déstabilisation de notre pays même après la signature de l’accord,
-considérant la violation de la constitution du Mali par la nomination dans le même pays : d’une part d’une catégorie d’autorité issue majoritairement des groupes armés et d’autres part par l’élection d’une autre catégorie d’autorité ;
-considérant les pouvoirs immenses accordés aux autorités intérimaires dans le document d’’’ENTENTE’’ signé, en catimini, entre le gouvernement, la Coordination des Mouvements de l’Azawad et la Plateforme
-considérant le danger que revêt l’exercice du pouvoir politico-administratif et sécuritaire à travers les autorités intérimaires, par les groupes encore armés ;
-considérant les velléités sécessionnistes des membres de la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) ;
-considérant le caractère ethno-raciste des autorités intérimaires presque exclusivement composées de blancs Arabo-Touareg dans des régions peuplées à plus de 90% de noirs ;
-considérant le rejet des autorités intérimaires par la grande majorité des populations tant au Nord qu’au sud de notre pays ;
Nous, organisations membres du forum des organisations de la société civile du Mali, fideles à notre position par rapport à l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus de négociation d’Alger :
Rejetons,
Les décrets portant nomination des conseillers spéciaux, des membres des autorités intérimaires et des collèges transitoires, dans les régions de Tombouctou, Gao, Kidal, Ménaka et Taoudéni, qui constituent pour nous des prémices d’institutionnalisation de la scission de notre pays ;
Condamnons,
Toute velléité sécessionniste de la coordination des mouvements de l’Azawad (CMA) appuyée par des forces occultes internes et externes ;
-la compromission des hautes autorités du Mali en lien avec les groupes armés dans la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation à travers la signature du document d’ENTENTE’’ ;
Exigeons,
-des autorités nationales et de la communauté internationale de prêter une oreille attentive aux aspirations profondes de la grande majorité des populations maliennes ;
-la tenue d’une large concertation nationale pour débattre la crise et des solutions pour le retour de la paix dans notre pays ;
Soutenons,
-la lutte de toutes les maliennes et de tous les maliens épris de paix et de justice, patriotes et engagés pour un Mali Un et Indivisible ;
Le forum des organisations de la société civile du Mali invite l’ensemble des patriotes et des organisations de la société civile du Mali à rester vigilant et mobiliser pour barrer la route aux fossoyeurs de la république du Mali.
La paix, la réconciliation et la cohésion sociale ne peuvent être durables que si elles se fondent sur un socle de justice et d’équité sociale.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here