Décès de la présidente des femmes du PSDA Mme Diop Assan Koné dans des conditions “troubles” au CSREF de Kati : Le ministère de la Santé ordonne l’ouverture d’une enquête

265

C’est à la suite d’un accouchement que la présidente des femmes du Psda, Mme Diop Assan Koné, par ailleurs  une spécialiste en alphabétisation, a rendu l’âme au Centre de santé de référence de Kati. C’était dans la nuit du lundi à mardi dernier.

Selon des proches de la défunte, sentant que l’accouchement est imminent, Mme Mme Diop Assan Koné qui se trouve à sa quatrième maternité, s’est rendue d’elle-même au Csref de Kati. Sur place, c’est elle-même qui a monté les escaliers sans l’aide de qui que ce soit pour prendre place enfin dans la salle d’accouchement, a révélé notre source.

“C’est au cours de l’accouchement qui a pris du temps qu’elle a demandé en vain au personnel soignant de procéder par césarienne. Malgré tout, elle a pu accoucher. Elle-même pensait que tout était rentré dans l’ordre car elle s’est servie de son portable pour appeler son mari afin de l’informer de la naissance d’un joli garçon dans leur foyer” a ajouté notre source. Cependant, ce que la  désormais ex-présidente des femmes du Psda ne savait pas, c’est qu’elle ne s’était encore tiré d’affaire. Car aussitôt cet appel, l’équipe médicale l’aurait informé que son état nécessitait une intervention chirurgicale sans pourtant donner plus d’explication. Et malheureusement, c’est au cours de cette intervention que Mme Diop ne s’est plus réveillée. Ce, à la grande surprise de ces parents proches et amis. Troublés par les circonstances de ce décès, certains proches de la défunte ont aussitôt saisi le département de la Santé pour qu’ils soient édifiés sur ce drame.

“Nous pensons qu’en ce 21ème siècle, ceux qui exercent dans nos structures sanitaires doivent être en mesure d’expliquer certains décès” a soutenu un membre de sa famille. Il nous revient qu’après cette dénonciation des proches de Mme Diop, les autorités sanitaires ont pris l’affaire au sérieux et ont demandé à la Direction nationale de la Santé d’ouvrir une enquête.

Et un habitant de la ville garnison de Kati d’ajouter qu’il y a huit cas de décès similaires ces derniers temps dans ce Csref dont la femme d’un douanier. Le mari de cette dernière aurait quant à lui confié l’affaire à la justice.

Affaire à suivre.

 Kassoum THERA


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here