Et si le ciment moins polluant était inventé… au Mali ?

66

Un jeune Malien expatrié au Canada a eu l’idée de développer un nouveau type de ciment plus respectueux de l’environnement à base de sable, de gravier et de déchets plastiques. Les premiers tests sont concluants, et il aimerait pouvoir développer son projet et construire le Mali de demain.

Le béton est le deuxième assemblage de matériaux minéraux le plus utilisé par l'homme après l'eau potable, et surtout, l’un des plus polluant au monde. En cause : il comprend notamment du ciment , qui sert de liant entre les granulats. Or, selon plusieurs études, produire une tonne de ciment entraînerait une émission d’environ 900 kg de C02. Son principal constituant, le clinker, nécessite une cuisson à près de 1 450 degrés Celsius, ce qui explique la forte consommation énergétique. Le ciment est responsable à lui seul d’approximativement 5 % des émissions de gaz à effet de serre dans le monde.

D’où des volontés de trouver des alternatives plus respectueuses de l’environnement. Moussa Thiam, un Malien expatrié à Ottawa au Canada, s’inscrit dans cette recherche : il développe depuis novembre 2012 une méthode de transformation de déchets plastiques en matériaux de construction durables.

Comment ça marche ?

Exit le clincker, trop polluant. Moussa Thiam le remplace par un mélange avec du sable, un peu de gravier et des déchets plastiques qui vont constituer le liant de son matériau. Le procédé est ensuite le même que pour la fabrication du béton, à un détail près : les matières premières sont introduites dans un four, chauffé à une centaine de degrés, soit une température bien inférieure à celle utilisée habituellement pour créer du béton. L’ensemble une fois mélangé et coulé dans des moules donne un mélange homogène visible sur la photo ci-dessous.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here