Lors de son 5è congrès ordinaire, le MPR: Donne les raisons de son maintien dans la majorité présidentielle, Réclame le retour d’ATT, – Apprécie la décision d’IBK d’investir en un an 300 milliards

46

Le président du MPR a fait cette déclaration lors de son discours d’ouverture du Ve congrès ordinaire du Mouvement Patriotique pour le Renouveau(MPR), tenu conjointement avec IIIe congrès ordinaire du mouvement des Femmes et de celui du mouvement des Jeunes. Les assises étaient placées sous le signe de ‘’la reconquête de la souveraineté nationale et la libération totale de la Patrie’’. Des assises tenues du samedi 10 au dimanche 11 décembre 2016, au Pavillon des Sports du stade Modibo Keita.

Un événement grandiose, tenu à la veille d’un jour exceptionnel : la célébration du Maouloud. Sans aucun doute, tout semble se positiver pour le parti du Tigre debout.

Quelques semaines après les élections communales du 20 novembre dernier, à l’issue, ,desquelles, d’après les résultats encore provisoires, il s’est hissé au rang de 5è force politique avec 450 conseillers et 22 maires, le Bureau Exécutif Central (BEC) du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) a tenu, le week-end dernier, au stade Modibo Keïta, son Vè congrès ordinaire, tenu conjointement avec IIIe congrès ordinaire du mouvement des Femmes et de celui du mouvement des Jeunes.

412 délégués dont 266 hommes 146 femmes, représentants 53 sections du Mali et 3 sections de l’extérieur du Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR) ont pris part aux travaux. Un congrès placé sous le signe de « la reconquête de la souveraineté nationale et la libération totale de la Patrie »

Se succédant pour prendre la parole et exprimer leurs souhaits de réussite au congrès, les différents responsables ou représentants des différents partis (de l’opposition et de la majorité) amis du MPR, ont tous témoigné leur solidarité et réaffirmé leur soutien au parti du Tigre débout. Parmi les intervenants, le président du parti ASMA-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga, le 2è vice-président du RPM, Nacoman Keïta, Sidiki Almamy Coulibaly, 1er vice-président de l’ADP-Maliba, Mamadou Diawara, un des vice-présidents de l’URD entre autres.

Au cours de son discours à la cérémonie d’ouverture, le président sortant des jeunes du MPR, Oumar Sidi Aly, a remercié les jeunes du parti qui sont venus nobreux pour magnifier l’évènement. Avant de féliciter le président du parti, Dr. Choguel Kokalla Maïga, pour ses efforts consentis à la tête du parti, ainsi qu’au sein des groupements des partis politiques de la mouvance présidentielle et durant son passage au gouvernement en qualité de ministre de l’Economie numérique et de la communication, porte-parole du gouvernement, de janvier 2015 à juillet 2016.

« Ce jour est un grand jour pour nous les jeunes du MPR. Il est pour nous la traduction de la bonne santé de notre formation politique, malgré les péripéties, malgré les coups bas, malgré les actions de fragilisation à son encontre, il tient la route, son chemin, dignement tracé par ses fondateurs » a-t-il déclaré. Avant de poursuivre en ajoutant que ce Vè congrès est la consécration de la maturité du MPR, qui a célébré en février 2015 les 20 ans de sa création.

Le président de la jeunesse MPR, Oumar Sidi Aly a par, ailleurs, salué la direction du parti pour les performances enregistrées lors des dernières élections communales.

Une place de choix accordée au leadership féminin

Pour sa part la porte-parole du mouvement des femmes du MPR, Mme Haïdara Aminata Sy a rendu un vibrant hommage aux pionnières du parti, avant de témoigner la reconnaissance de toutes les femmes au président du parti, Dr. Choguel Kokalla Maïga, pour l’implication effective des femmes dans toutes les activités de la vie du parti depuis sa création en 1995.

Dans la même dynamique, elle a précisé que la loi relative au respect du quota-genre est respectée au MPR. Pour preuve, dit-elle, les mesures de cette loi ont été scrupuleusement respectées sur toutes les listes de candidatures du MPR lors des dernières élections communales.

Toujours dans le cadre de la promotion du genre au sein parti, Mme Haïdara Aminata Sy, rappellera qu’à l’issue de son quatrième congrès tenu en 2011, le parti a procédé à la relecture de ses textes afin de donner le droit aux femmes de siéger au Bureau Exécutif Central, instance suprême du parti. Cela bien avant l’adoption de la loi sur le quota-genre.

Le retour d’ATT et la réconciliation au sein de l’armée comme voie de renforcement de la cohésion nationale !

L’un des temps forts de ce Vè congrès a été l’intervention du président du MPR, Dr. Choguel Kokalla Maïga, qui a appelé aux Maliens de tous bords politiques et de toutes les couches sociales, à se réconcilier pour faire la paix afin de relever le défi consistant à empêcher la partition du Mali.

Après avoir rappelé le contexte qui a prévalu avec la crise de 2012, au lendemain de leur congrès de 2011, le pdt du MPR dira que notre pays a fait face à une succession d’évènements, plus tragiques les uns que les autres pour l’avenir, voire pour l’existence même de la nation malienne. « La paix et la stabilité ont cédé le pas à la crise, la plus aiguë de notre histoire contemporaine. Le vœu le plus ardant de tout patriote est qu’une solution satisfaisante lui soit trouvée, dans les meilleurs délais. Or, aujourd’hui, cinq années après le déclenchement de la crise, aucun signe de sortie à brève échéance n’est en vue » a-t-il déclaré.

C’est pourquoi du haut de la tribune du congrès, il a lancé un appel pressant à toutes les composantes de la Nation, pour mettre fin aux antagonismes : « nous réconcilier, nous donner la main, serrer nos rangs pour parler d’une seule voix, et proclamer à la face du monde que nous voulons rester libres, unis et égaux sur un seul territoire, dans une seule République, dans ses frontières reconnues sur le plan international. »

Pour le président du parti du Tigre débout, le MPR, Dr. Choguel Kokalla Maïga, « sans réconciliation, pas d’union nationale. » Or, ajoute-t-il, sans union nationale, il est quasi impossible de trouver des solutions viables au principal danger qui guette notre pays, à savoir sa partition.

D’où l’occasion pour lui de suggérer aux autorités de prendre des initiatives pour décrisper la situation politique, sans en rajouter aux blessures frustrations des uns et des autres.

Réputé pour son franc-parler, le président du MPR, Dr Choguel Kokalla Maïga, estime que le pouvoir doit prendre des initiatives pour favoriser le retour au pays de l’ancien président de la République Amadou Toumani Touré.

« Nous pensons sincèrement qu’aujourd’hui, sauf pour raison de sécurité personnelle, son exil forcé ne sert en rien les intérêts supérieurs de la Nation. Au contraire, une organisation ordonnée de son retour au pays natal, en rapport avec les autorités de la CEDEAO qui avaient supervisé son départ en exil, grandirait notre pays » a dit Dr Choguel Kokalla Maïga.

Qui estime, dans la même dynamique que, le président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta doit prendre des initiatives fortes pour réconcilier les différentes composantes de l’armée nationale qui se sont affrontées lors du ‘’contrecoup d’Etat’’ en Avril 2012, faisant plusieurs victimes.

« Ces événements ont laissé une profonde déchirure au sein de notre armée. La justice a été saisie des suites de l’affaire, un procès est en cours. Quelle que soit l’issue du procès, après le verdict, nous estimons que le président de la République pourrait prendre des initiatives fortes, allant dans le sens de l’apaisement total et d’une réconciliation définitive au sein de notre armée » a-t-il déclaré.

Toujours fidèle à la mouvance présidentielle

Réaffirmant le soutien de son parti au président de la République, Ibrahim Boubacar Keïta, le président du MPR, Dr Choguel Kokalla Maïga, pense que le Chef de l’Etat mérite le soutien de l’ensemble de la classe politique pour relever les défis de l’heure.

« Nous ne proposons pas un unanimisme de façade derrière un homme, ni la renonciation aux idéaux qui fondent nos partis respectifs. Mais le contexte difficile dans lequel le président de la République a été élu, les jeux et les enjeux géopolitiques et géostratégiques, les risques de partition de notre pays, nous convient à l’assister et à le soutenir pour qu’il n’échoue pas. Qu’à Dieu ne plaise, son échec éventuel ne sera pas celui d’une seule personne, mais celui de toute la nation » a-t-il fait constater.

Selon lui, la crise que le Mali traverse depuis 2012 est la conséquence des mauvaises décisions antérieures du management de notre outil de défense et de sécurité durant deux décennies.

Diagnostiquant les causes profondes de la crise, Dr. Choguel Kokalla Maïga, a rappelé une célèbre citation de l’ancien Premier ministre Britannique, Winston Churchill :

« Lorsque les gens pacifiques, en temps de paix ne se préoccupent nullement de leur défense, lorsque des nations et des peuples sans soucis et confiants, je dirai imprudents, méprisent l’art militaire et croient la guerre unique pour qu’elle puisse jamais revenir, lorsque ces nations sont attaquées par des conspirations hautement armées et lourdement organisées, qui depuis des années complotent en secret, célébrant la grande guerre comme la forme la plus élevée de l’effort humain, glorifient le meurtre et l’agression, préparés et entrainés jusqu’aux limites permises par la science et la discipline, il est dans l’ordre naturel des choses que ces nations imprévoyantes souffrent terriblement et que les agresseurs intrigants et cruels donnent libre cours à leurs exultations sauvages ».

En clair, pour le président du MPR, cette pensée de Churchill, prononcée il y a plus de 70 ans, caractérise de manière éloquente, les décisions politiques prises pendant plus de deux décennies dans la gestion des forces armées de défense et de sécurité maliennes. Selon lui, ces décisions constituent la principale cause de l’humiliation que subit notre peuple aujourd’hui.

En outre , le MPR, apprécie, avec ferveur, la décision patriotique, clairvoyante, visionnaire et hautement stratégique du Président de la République, de faire élaborer et adopter la Loi d’Orientation et de Programmation Militaire (LOPM), et surtout d’allouer plus de 300 milliards de FCA aux Secteurs de la Défense et de la Sécurité dans le projet de budget d’Etat 2017. « Cette somme équivaut à presque la moitié du cumul de l’ensemble de tous les budgets alloués pendant 20 ans, de 1992 à 2012, aux Forces Armées et de Sécurité » a rappelé le président du parti du tigre debout.

Se prononçant sur l’état du parti depuis son IVè Congrès ordinaire tenu en 2011, le président Dr. Choguel Kokalla Maïga, a rappelé que le MPR, a pris part à toutes les consultations électorales : l’élection présidentielle, les législatives et communales.

D’après lui, les résultats de ces élections ne donnent, certes pas, entière satisfaction, mais démontrent que le MPR est un parti d’envergure nationale, présent dans toutes les régions du Mali, un parti qui vit intensément, qui participe activement à l’animation de la vie politique et à l’approfondissement du processus démocratique, encore fragile au Mali. Moise Keita

Cérémonie d’ou13verture du 5ème Congrès du MPR

Soumeylou Boubèye Maiga salue le combat démocratique des dirigeants du MPR

Invité, au Vè congrès ordinaire du parti Mouvement Patriotique pour le Renouveau (MPR), le président de l’ASMA-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga, non moins secrétaire général de la présidence, a salué la loyauté, le courage, la détermination, la force et la conviction des dirigeants du MPR.

Compagnon de longue date du président du MPR, Dr Choguel Kokalla Maïga, Soumeylou Boubèye Maïga, le président de l’ASMA-CFP, faisait partie des invités de marque au Vè congrès ordinaire du MPR, tenu le week-end dernier.

Prenant la parole au nom de l’ensemble des cadres de l’ASMA-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga a déclaré que sa présence aux assises du MPR est un acte d’amitié, de fraternité, de solidarité et d’engagement commun. Il a révélé que son parti a été structuré en grande partie grâce aux dirigeants du MPR.

« Dans les années 1980 et dans des camps différents, nous avons eu des débats politiques très intenses qui ont contribué aussi à faire avancer le pays. Je pense que la situation politique dans laquelle on se trouve est le fruit de cette tribune commune » a-t-il rappelé.

Revenant sur les rapports anciens qui le lient au MPR à l’histoire politique du Mali, le président de l’ASMA-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga a souligné le mouvement syndicaliste en 1987, au cours duquel, ils ont rencontré le président Moussa Traoré à l’Assemblée nationale puis l’organisation des débats sur la présidence dans la même salle du pavillon des sports du Stade Modibo Keita en 1988.

Dans la vie politique de 1990, se souvient-il, leurs relations avec le MPR, qui a eu à mener une longue bataille pour son récépissé, ont connu des évolutions lesquelles, dit-il, ont amené le MPR à se démarquer clairement des attitudes putschistes de l’époque.

« Et depuis lors, j’avais toujours dis que si le MPR n’a pas été une des forces conquérantes de la démocratie, il a été une force qui a contribué à son établissement » a-t-il déclaré.

En outre, le président de l’ASMA-CFP, a expliqué, qu’en 2009, avec certains responsables du MPR, notamment, Drissa Traoré et Salia Samaké, ils ont réussi la campagne de mise en place du bureau de l’AMM avec courage et discipline, conformément aux instructions de leurs partis respectifs.

S’adressant aux jeunes, SBM, dans un premier temps, les a invités dans le cadre de l’action politique, à faire preuve de courage, de fidélité, de détermination mais surtout de respect des idéaux, des hommes et des femmes qui ont conduit le MPR à ce niveau, et cela dans beaucoup de difficultés.

« J’aimerais juste saluer la loyauté, le courage, la détermination, la force de conviction des dirigeants du MPR » a-t-il déclaré.

« Quand on parle de loyauté, certains croient que c’est envers quelqu’un d’autres seulement qu’on doit être loyal. Mais la loyauté c’est aussi, d’abord et avant tout, envers vous-mêmes, envers vos convictions, ce sont les valeurs de la fidélité envers vos convictions qui fondent l’action politique » dit-il.

Le président de l’ASAMA-CFP, Soumeylou Boubèye Maïga, a souligné qu’il n’est pas exclu du jeu démocratique d’avoir des itinéraires différents. Mais l’essentiel pour lui, c’est de parvenir à contribuer au progrès de la nation.

Et selon lui, une nation ne peut pas se construire ou se reconstruire dans la division permanente.

Ainsi, à l’instar du président du MPR, il a invité, les différentes formations politiques, de l’opposition et de la majorité à se donner la main, conjuguer leurs efforts et converger vers la sortie de la crise.

Par ailleurs, SBM a félicité les dirigeants du MPR pour les résultats obtenus à l’issue des élections communales du 20 novembre dernier. Qui selon lui, se sont déroulés dans des conditions extrêmement difficiles pour la plupart des partis. Dans cette dynamique il a invité les nouveaux élus à rester fidèles à leurs populations. Avant de déclarer que l’existence du MPR, sur l’échiquier politique de notre pays est indispensable.

Par Moise Keita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here