Recommandations du 5ème congrès du MPR : Des jalons précieux pour un véritable sursaut national !

66

Dimanche, en marge de la cérémonie de clôture du Vè congrès du MPR, l’assistance a eu droit à la lecture des résolutions générales des travaux. Celles-ci portent sur la vie du parti et la situation nationale du pays, augmentées de motions de soutien au président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita et aux Forces armées et de Sécurité du pays

Ouverts le samedi 10 décembre, les travaux du cinquième congrès statutaire du MPR et ceux des troisièmes des Femmes et des Jeunes du même parti se sont bouclés, le dimanche 11 décembre 2016 dans le pavillon des sports du stade Modibo Kéita. C’était lors d’une cérémonie sobre (en raison de la célébration du Maouloud) mais pleine de significations politiques. En témoignent, les résolutions, recommandations et motions sorties de cette assise. Mais aussi, de la qualité des instances dirigeantes et du contenu du discours de clôture du président du parti réélu, Dr Choguel Kokalla Maïga.

Ce Congrès placé sous le signe de la réflexion, de l’action positive pour se relancer en vue de « la reconquête de la souveraineté nationale et la libération totale de la patrie », a enregistré la participation de 412 délégués dont 266 hommes 146 femmes, représentants 53 sections du Mali et 3 sections de l’extérieur.

Après avoir examiné, le rapport d’activité du bureau exécutif central, le rapport des femmes et celui des jeunes, le congrès à procédé à la mise en place des commissions de travail. A l’issu des débats, au sein de ces différentes commissions, sur la base des rapports fournis, le congrès a adopté des nouvelles mesures ou recommandation sous deux grands chapeaux notamment : la vie du parti et la situation nationale.

Satisfecit au regard des résultats des cercles de : Bla, Diola, Koutiala et Kolokani !

S’agissant de la vie du Parti, ce congrès, après analyse a décelé, l’inefficacité des structures qui ne répondent plus au contexte de fonctionnement du Parti, des difficultés dans l’animation régulière du parti et l’irrégularité des commissions de travail statutaire à se réunir. En plus, l’un des goulots d’étranglement, décelés par le congrès dans le cadre du bon fonctionnement du parti fut aussi, les difficultés de financement des activités du parti.

A ces dysfonctionnements au sein du parti, le congrès, a recommandé une réflexion approfondie sur la réforme des textes organiques en vue de les adapter aux besoins du parti. En plus, il a exhorté la direction du parti à initier un plan fiable de financement sur la base des ressources financières pérennes. Cela, tout en élaborant et mettre en œuvre la stratégie de renforcement des capacités des cadres du parti.

Par ailleurs, ces assises, au vu des résultats satisfaisants dans certaines circonscriptions électorales, a largement félicité la commission électorale pour le travail abattu dans les sections de Bla, Diola, Koutiala et Kolokani. Puis il a encouragé les autres sections du parti à davantage préparer les élections à venir.

Dans ce même ordre d’idée, le congrès a exhorté la direction du Parti à poursuivre sa politique de collaboration et d’alliance avec tout parti respectant son identité et ses idéaux, conformément à son credo qui est : d’exercer le pouvoir de préférence en alliance.

Sur le plan de la situation nationale, fort de sa conviction qu’aucune Nation ne saurait se construire sans une réconciliation vraie et en considération des vicissitudes politique et sociale qu’a connu le Mali de son accession à la souveraineté nationale et internationale à la date d’aujourd’hui, le congrès a invité la classe politique nationale à taire ses divergences et à faire face aux défis majeurs qui assaillent le pays.

Dans cette logique, le congrès a exhorté, la direction du parti à s’investir fortement dans toute action tendant à apaiser les rancœurs et à faciliter la réconciliation de tous les fils du pays. Puis à soutenir les initiatives du président de la République visant à instaurer la cohésion au sein des forces armées et de sécurité.

Considérant la présence sur une partie importante du territoire national des forces djihadistes et irrédentistes, des bandits armés et des narco trafiquants et la nécessité de l’exercice de notre souveraineté totale sur l’ensemble du territoire national, le congrès a exigé la libération totale des parties du territoire occupées. Tout en appréciant les efforts importants entamés pour équiper et de rendre opérationnelle les forces armées et de sécurité.

En plus, dans le cadre du contexte de recouvrement de l’intégrité territoriale, le congrès a invité la direction du parti à se mobiliser pour soutenir toute initiative allant dans le sens de libération totale de la patrie malienne.

S’agissant de la tenue de l’élection présidentielle en 2018, qui se tient entre deux congrès du parti(MPR), le congrès a donné mandat au BEC de mener la réflexion et de prendre la décision dans l’intérêt supérieur du parti et de la Nation au moment opportun.

Au chapitre des motions de soutiens, les délégués à ce congrès du MPR ont réaffirmé leur soutien au président Ibrahim Boubacar Kéita dans son entreprise de libération totale du Mali et de sécurisation des Maliens, tout en invitant les militants du MPR à se mobiliser pour défendre cette position.

Enfin le congrès a réaffirmé son soutien total à l’armée malienne et aux forces de sécurité.

Par rapport aux instances nouvellement mises en place, les délégués ont renouvelé leur confiance au président du parti Dr Choguel Kokalla Maïga pour un nouveau mandat à la tête du BEC (Bureau Exécutif Central), à Mme Safiatou Cissé pour le Bureau national des Femmes et à Moussa Diko pour conduire les destinées du Bureau Exécutif National des Jeunes. Nous y reviendrons dans nos prochaines éditions.

Par Moise Keita

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here