Développement a plusieurs vitesses en Afrique subsaharienne : Le FMI propose l’ajustement complet des politiques publiques comme moyen de raviver la croissance

65

La croissance en Afrique subsaharienne est à son plus bas niveau depuis plus de vingt ans. Ainsi, les pays peu tributaires des exportations de produits de base continuent d’afficher de bons résultats. Comme solution, le Fonds Monétaire International (FMI) propose un ajustement des politiques publiques, indispensable pour stimuler la croissance dans les pays les plus touchés.

 

Le taux de croissance économique de l’Afrique subsaharienne devrait descendre à son plus bas niveau depuis plus de deux décennies, indique le FMI dans la dernière édition du rapport sur les Perspectives économiques régionales pour l’Afrique subsaharienne.  D’après les projections de ce rapport, le taux de croissance moyen devrait tomber à 1,4 % en 2016, niveau inférieur à la moitié de celui de l’année précédente et très loin des 5 % enregistrés sur la période 2010-2014. Toujours selon le rapport, le PIB par habitant devrait aussi se contracter pour la première fois depuis 22 ans.

Une croissance à plusieurs vitesses

En outre, le rapport montre que l’Afrique subsaharienne connaît en fait une croissance à plusieurs vitesses, les chiffres globaux masquant une diversité considérable des trajectoires économiques des pays de la région. Les pays peu tributaires des exportations de produits de base, qui représentent environ la moitié des pays de la région, continuent d’enregistrer de bons résultats et affichent des taux de croissance d’au moins 4 %. Ces pays bénéficient de la diminution de leur facture pétrolière, de l’amélioration du climat des affaires et du niveau élevé des investissements d’infrastructure. Ainsi, des pays tels que la Côte d’Ivoire, l’Éthiopie, le Sénégal et la Tanzanie devraient encore enregistrer des taux de croissance de plus de 6 % au cours des deux prochaines années. En revanche, la plupart des pays exportateurs des produits de base subissent de graves tensions économiques. C’est le cas en particulier des pays exportateurs de pétrole, comme l’Angola, le Nigéria et cinq des six pays membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale, dont les perspectives à court terme se sont considérablement dégradées ces derniers mois malgré la légère remontée des cours du pétrole. Dans ces pays, les répercussions du choc initial se propagent désormais au-delà du secteur pétrolier et touchent l’ensemble de l’économie et le ralentissement de l’activité risque de se pérenniser.

Les pays exportateurs de produits de base autres que le pétrole continuent aussi de connaître des conditions difficiles, en particulier l’Afrique du Sud, où l’expansion de la production devrait marquer le pas cette année. De même, en République démocratique du Congo, au Ghana, en Zambie et au Zimbabwe, la croissance économique accuse un ralentissement considérable ou reste molle. Dans plusieurs de ces pays, toutes ces difficultés ont été amplifiées par les effets d’une grave sécheresse touchant une bonne partie de l’Afrique orientale et australe.

Un ajustement complet s’impose d’urgence

Il ressort du rapport que la croissance économique pourrait remonter à près de 3 % en 2017 si les autorités, en particulier dans les plus grands pays de la région, prennent des mesures décisives au cours des prochains mois. Compte tenu de l’ampleur et de la persistance du choc, un rebond de la croissance nécessitera un effort d’ajustement beaucoup plus soutenu, fondé sur un ensemble complet de politiques publiques formant un tout cohérent sur le plan interne afin de rétablir la stabilité macroéconomique.

Le rapport insiste aussi sur la nécessité de réduire durablement les déficits budgétaires, comme au Mali où il s’élève dans le projet de Loi de Finances 2017 à près de 200 milliards de F CFA. Aussi, les pays de la région qui ont continué à bénéficier d’une croissance vigoureuse ont aussi vu leurs déficits budgétaires se creuser et leur endettement s’accroître ces dernières années, en raison surtout de l’augmentation des dépenses de développement. Dans ces pays, il est nécessaire, selon le rapport, de trouver un meilleur équilibre entre la nécessité d’accroître les dépenses d’investissement et le souci de préserver la viabilité de la dette.

Dieudonné Tembely

[email protected]


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here