Loi des finances 2017 : L’Assemblée nationale donne son quitus

101
Loi des finances 2017 : L’Assemblée nationale donne son quitus
ministre de l'économie et des finances, Dr Boubou CISSE

Un ambitieux programme de budget national dépassant pour la première fois la barre de 2.200 milliards de FCFA a été adopté par les honorables députés de la majorité présidentielle qui estiment que ce budget prend en compte les préoccupations du pays.

La loi des finances 2017 a été votée 104 voix pour, 24 contre et aucune  abstention, le jeudi  15 décembre dernier par les élus de la nation. C’était lors d’une séance plénière dans la salle Aoua Kéïta, sous la présidence du chef de l’Institution parlementaire, Issiaka Sidibé.

La présentation de la loi des finances 2017 a été faite comme tout naturellement par le ministre de l’Economie et des Finances, Dr Boubou Cissé, lequel était accompagné pour cet exercice par le ministre en charge de l’Emploi et de la Formation professionnelle, Mahamane Baby.

Pour rappel, les recettes prévisionnelles de ce budget sont estimées à 2.013,578 milliards de Fcfa contre 2.270,647 milliards de FCFA pour les dépenses.

La journée du jeudi 15 décembre, les élus ont engagé des débats pour comprendre les motivations du gouvernement en proposant un tel budget après que la commission des finances de l’Assemblée nationale ait présenté le rapport la veille.

Les honorables n’ont pas manqué de féliciter la Commission des finances du Parlement et le ministère de l’Economie et des Finances pour l’élaboration d’un programme de budget aussi ambitieux prenant en compte les aspirations du pays.

Les préoccupations soulevées par les parlementaires  ont porté sur le budget alloué aux forces de défense et de sécurité dans un contexte marqué par les attaques asymétriques et la lutte contre le terrorisme.

Pour certains, le budget alloué aux FAMA n’est pas conséquent pour faire face aux nombreux défis sécuritaires. Les honorables ont touché du doigt aussi les ressources affectées à des secteurs tout aussi sensibles et importants comme l’éducation, l’agriculture, les infrastructures, la santé, la justice, l’énergie et l’eau, le foncier etc.

A toutes ces questions, le ministre Boubou Cissé a apporté des réponses satisfaisantes. Selon lui, le budget de 2017 a été arrêté dans le respect des engagements que le Mali a pris au niveau communautaire (UEMOA -CEDEAO),  de même qu’auprès des institutions internationales comme le Fonds monétaire international (FMI).

« Ce budget est responsable parce qu’il respecte les grands principes macroéconomiques, avec une maîtrise du taux d’inflation au-dessous de 1% alors que la norme est de 3% dans l’espace communautaire », a estimé le ministre avant d’ajouter que ce budget dégage également une situation saine en terme d’endettement et de déficit de l’ordre de 4% du PIB, qui est aussi un indicateur important.

Ensuite, le ministre de souligner que ce budget est responsable, juste et soutenable qui va stimuler la croissance. Nous arriverons à financer des projets structurants (énergie, infrastructures etc.) malgré une situation de fragilité sécuritaire et la conjoncture peu favorable.

Après que les présidents des groupes parlementaires aient donné les consignes de vote, les élus de la majorité présidentielle ont voté pour (104 voix) et ceux de l’opposition ont voté contre (24 voix) arguant qu’il ne  répond pas aux préoccupations du peuple malien.

Amara BATHILY


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here