Le PM français promet « une longue bataille » contre le terrorisme

37

" Pour que cette lutte se mène de façon efficace à l'extérieur, il faut que nous ayons des partenariats avec des pays amis qui s'inscrivent dans la durée et qui permettent de réussir cette guerre qui sera un combat de longue haleine ", a-t-il ajouté à l'issue d'un entretien avec le président Idriss Déby Itno

Le Premier ministre, en fonction depuis le 6 décembre, va "exprimer la gratitude du peuple français aux soldats de Barkhane qui luttent contre le fléau terroriste à des milliers de kilomètres de chez eux", a-t-on indiqué mercredi à Matignon.

L'armée française est engagée sur deux fronts contre le terrorisme, en Irak et Syrie face au groupe Daech et au Sahel où elle mobilise 4.000 hommes sur cinq pays (Mauritanie, Niger, Mali, Burkina Faso, Tchad).

Les forces maliennes, onusiennes (Minusma) et françaises restent régulièrement visées par des attaques meurtrières dans le nord.

Quatre soldats français ont été tués au Mali en 2016 et 16 au total depuis le début de l'intervention Serval en janvier 2013. Une humanitaire française, Sophie Pétronin, a également été enlevée samedi à Gao (nord) où Barkhane concentre pourtant le gros de ses moyens au Mali (près d'un millier de soldats stationnés).

L a lutte contre le terrorisme c'est une lutte qui doit se mener à l'intérieur de nos frontières mais aussi à l'extérieur, a déclaré le chef du gouvernement, accompagné de son ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian.

Ce pays pauvre de 12 millions d'habitants pâtit de la chute des recettes tirées de la production de pétrole, qui plombent son économie et ses finances, au moment où il est engagé dans de coûteuses opérations contre Boko Haram.

L'opposition politique, qui conteste la réélection en avril du président, accusé de "hold-up électoral", surfe sur un contexte social explosif, ponctué de manifestations, grèves et arrestations de militants. Ils l'ont été dans des "circonstances accidentelles" et sont "tirés d'affaire", a-t-on précisé de source militaire.

Elle soutient aussi l'armée tchadienne, une des plus solides de la région, en lui fournissant renseignement, appui logistique et matériels.

Les soldats tchadiens sont intervenus au côté de l'armée française en 2013 au Mali et ont payé un lourd tribut depuis au sein de la Minusma.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here