MAEP : Les Conseillers nationaux à l’école de la bonne gouvernance

60

La Commission nationale de gouvernance du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs a organisé, le 20 décembre dernier au Haut Conseil des Collectivités (HCC), un atelier de renforcement des capacités à l’attention des conseillers nationaux et des cadres de l’Institution. La cérémonie d’ouverture était présidée par le 6ème vice-président du HCC, l’Honorable Gamni Ag Igasten, en présence du président de la Commission nationale de la gouvernance du MAEP, Ousmane M. Diallo et de plusieurs conseillers nationaux et cadres de l’Institution. L’atelier s’inscrit dans le cadre du grand programme de renforcement de la mise en œuvre du MAEP au niveau local pour accompagner la Commission nationale dans le processus du MAEP. Il répond au défi de susciter un intérêt politique, un engagement, ainsi qu’une appropriation par les acteurs pour améliorer la participation des acteurs au MAEP.

La gouvernance du MAEP est méconnue de la majorité des populations maliennes. « Cette situation exige une plus grande mobilisation des acteurs et la sensibilisation du grand public au processus du MAEP » a estimé le 6è vice-président du HCC pour qui, cette grande mobilisation ne peut être réalisée que si toutes les parties prenantes, y compris le HCC et les structures locales, jouent efficacement leur rôle. L’Honorable M. Gamni Ag Igasten a conclu en disant que l’atelier représente pour les conseillers nationaux, un facteur d’espoir pour leur outillage, mais aussi un signe de leur propre engagement à appuyer la Commission nationale de gouvernance du MAEP.

A noter que le Mécanisme africain d’évaluation par les pairs a été institué par l’Union africaine (UA). Il constitue un instrument d’évaluation qui examine la gouvernance dans ses aspects globaux sur le continent. Notre pays est engagé dans le MAEP depuis 2008 et a lancé son processus en 2009 qui a été couronné par son évaluation par les chefs d’Etat et de gouvernement.

Le processus du MAEP a permis de mettre en exergue des problèmes pernicieux, des meilleures pratiques et de faire appel à un grand nombre d’acteurs nationaux en vue de résoudre ces problèmes.

DK

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here