Cotonou, Abidjan, Bamako… Après l’urbanisation incontrôlée, place au déguerpissement

214

Les autorités béninoises ont lancé une grande opération de déguerpissement des huit principales villes du pays. En Afrique, le Bénin n'est pas le seul pays à appliquer ces politiques. Tour d'horizon, de Bamako à Kigali.

À Cotonou, la volonté des autorités de libérer les espaces publics occupés illégalement est annoncée depuis le mois d’octobre. Ces dernières semaines, de grands panneaux d’affichage appelaient les populations à prendre acte de cette décision d’ici au 31 décembre 2016. L’opération a pris du retard et a débuté mercredi 4 janvier, dans le calme, après des semaines de polémique.

Des centaines de bâtiments marqués d’une croix rouge, des restaurants et des petits commerces doivent encore être démolis.

« Ces occupations ont une histoire »

La plupart des observateurs ont critiqué la brutalité et le manque de concertation des autorités. Surtout, beaucoup d’interrogent sur le sort réservé à ces populations alors que la situation économique du pays est difficile. « C’est trop brutal, se plaint un commerçant du quartier Fidjrosse à Cotonou. Ces occupations ont une histoire. Le commerce itinérant a toujours existé. Il a commencé à se sédentariser dans les villes en occupant l’espace public, occupation légalisée de manière informelle puisque la ville s’est mise à prélever un impôt. »


Source : Africatime

Africatime

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here