Gestion efficiente des urgences de l’heure : L’UFD salue la perspicacité du Président IBK

122

Le Président de la République IBK ne déçoit pas ses alliés dans la gestion du pays. L’Union des Forces Démocratiques vient de lui renouveler son soutien pour la tenue parfaite des élections communales, sa gestion du dossier de l’immigration et son plan d’apaisement du climat social.

L’Union des Forces Démocratiques (UFD) fait désormais figure de l’encrage politique malien. Le parti de feu Me Demba Diallo vient d’enregistrer, en son sein, une adhésion de 71 conseillers et maires indépendants et près d’une centaine de jeunes, tous du club Abdoul Kadri Bouari. La cérémonie marquant cette adhésion solennelle a eu lieu le samedi 7 janvier dernier, au Grand Hôtel de Bamako, sous la présidence de Siaka Diarra, Président de l’UFD.

Une communale réussie

A la sortie des élections communales du 20 novembre 2016, l’UFD s’en frotte les mains avec trois mairies et une soixantaine de conseillers communaux. Pour le Président Siaka Diarra, l’UFD ne s’est pas ridiculisée, d’autant plus que ces élections ont permis au parti de se mesurer sur l’échiquier politique national, où certaines formations politiques se sont érigées en adeptes d’achat de consciences avant de se tailler la moindre place. La réussite de ces élections, le Président de l’Union des Forces Démocratiques la met à l’actif du Chef de l’Etat, Son Excellence Ibrahim Boubacar Kéïta.

 

Un apaisement du climat social réussi

Dans son adresse à la nation, le Président IBK  n’a pas manqué d’afficher sa lucidité face à l’acuité de la demande sociale, nonobstant l’impératif toujours pressant du rétablissement de la sécurité et de la nécessité de raffermir la cohésion sociale.  Ainsi dira le Chef de l’Etat : « Malgré les ressources limitées de notre pays, il est indispensable de faire plus en faveur des couches les moins favorisées de nos populations. Il est également impératif de réduire des inégalités inacceptables dont sont victimes nombre de Maliens dans l’accès aux services sociaux de base. Comme vous le savez, dans notre souci de préserver autant que possible le pouvoir d’achat grâce à une politique constante de soutien à la consommation, les prix des denrées de première nécessité ainsi que ceux des céréales restent, dans leur ensemble, inférieurs à ceux pratiqués dans la Région ouest-africaine. De même dans le domaine de l’amélioration des conditions de vie et de travail des agents de l’Etat, nous avons procédé à une augmentation du point d’indice des fonctionnaires de 20% sur la période 2015-2017. Ces mesures ont été renforcées par une baisse de huit points sur le taux d’impôts sur les traitements et salaires. Et, de 2013 à ce jour, l’incidence financière pour l’Etat dans l’octroi des primes et émoluments aux agents publics s’élève à 75 milliards de francs CFA.

C’est dans le même souci que je procéderai, dès le premier trimestre 2017, au lancement d’un Programme d’Urgences Sociales. Ce Programme, qui s’étendra sur la période 2017-2020, concernera, plus particulièrement, les secteurs de l’eau, de l’éducation, de l’énergie, de la santé et des pistes rurales. Il comportera une série d’opérations et de réalisations dont les retombées seront immédiatement perceptibles pour les bénéficiaires.

Ainsi, un programme de généralisation de cantines scolaires sera exécuté au cours de la période ci-dessus indiquée. Dès la rentrée prochaine, une action couvrant l’intégralité du territoire national offrira fournitures et équipements scolaires aux enfants des ménages les plus démunis. Une Opération « Seconde Chance » démarrera dès 2017 et prodiguera en relation avec le personnel enseignant des cours de soutien aux élèves des classes d’examens.

Le taux d’accès à l’énergie sera relevé grâce à un vaste programme d’implantation de centrales d’énergie solaire et de centrales hybrides. Un partenariat public-privé assurera le financement de cette initiative et il est prévu d’assurer une forte implication des femmes dans la gestion et dans la maintenance des installations énergétiques.

L’accès à l’eau – accès tout à la fois géographique et financier – sera facilité pour les populations à faibles revenus par la multiplication des aménagements et des points d’eau, y compris en milieu urbain et semi urbain. C’est-à-dire là où les populations déjà en difficulté payent l’eau quatre à cinq fois plus cher qu’un abonné ordinaire.

D’autres actions sont inscrites au Programme d’Urgences Sociales et seront détaillées en temps opportun. Toutes reposeront sur des investissements de proximité qui amélioreront de manière rapide et significative le quotidien des bénéficiaires ».

Une telle assurance du Président IBK n’a pas laissé indifférent le parti UFD. « J’adresse mes félicitations au Président de la République pour son message de passage au nouvel an pour apaiser le climat social », s’est réjoui son Président Diarra.

 

Une gestion lucide du dossier migratoire

Aux dires de leader de l’UFD, les autorités maliennes, le Président IBK a su bien gérer le dossier relatif au prétendu accord de réadmission. La promptitude dans la réaction face à l’accord, les explications rassurantes données par les plus hautes autorités nationales et le fait de dépêcher des membres du gouvernement pour rencontrer la diaspora malienne ayant assiégé le Consulat malien en France, et dont la suite a connu un dénouement heureux, sont autant de solutions qui ont permis de mettre fin à cette crise.

Monsieur Siaka Diarra a invité les populations maliennes à ne pas céder à la tentation de déstabilisation du pays. Mais, en revanche, à former  objectivement une union sacrée autour du Chef de l’Etat, S.E. Ibrahim Boubacar Kéïta, pour relever les défis qui attendent le Mali.

Cyril ADOHOUN


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here