Pour des impayés estimés à plus de sept milliards de FCFA : La société Aggreko menace l’EDM de suspendre ses fournitures en électricité Par Le Pays – Il y a 4 heures 0 74

64

Dans une lettre en date du 27 décembre 2016, la société Aggreko, fournisseur important d’électricité à l’Energie du Mali (EDM), a mis en demeure son partenaire malien afin qu’il s’acquitte de ses dettes estimées à 10 901 120 EURO dont 10 078 204 échus soit plus de sept milliards de francs CFA.

Aujourd’hui Aggreko croule sous les dettes de l’EDM et envisage interrompre l’approvisionnement avec son partenaire.

Et pourtant, le Ministre malien de l’énergie Malick Alhousseini a affirmé que 60% de la distribution de l’EDM était assurée par la location de sociétés partenaires. A la même occasion, Il dira que ce sont les sommes colossales investies dans ces locations qui plombent l’EDM. Avec cette nouvelle situation, la question qui taraude l’esprit du Malien lambda est de savoir où va donc l’argent destiné à payer les fournisseurs qui, depuis plus d’un an, n’ont reçu aucun sou.

On peut affirmer risque de se tromper que la réalité est loin d’être en harmonie avec les propos du Ministre. Où sont passés les sommes pharamineuses accumulées à travers toutes ces coupures de compteurs qu’on observe pour non payement des factures. Alors qu’au même moment, les partenaires croulent sous les dettes de l’EDM-sa.

Selon l’esprit de la lettre, l’Energie du Mali est redevable de 14 mois d’impayés estimés à plusieurs milliards de FCFA.

Les responsables d’Aggreko expliquent qu’ils ont pourtant offerts les conditions les plus avantageuses possibles. Sans surcoûts et sans préfinancement. Le DG de l’EDM s’est lui-même constamment dit satisfait des services de ses fournisseurs.

Aujourd’hui, le Mali court le risque de se voir plongé dans le noir total si les énormes créances qui lui pèsent dessus si la situation actuelle ne trouve pas un dénouement rapide. Pour l’heure, l’incertitude reste grande tant qu’il n’y a pas un début de régularisation. Le minimum exigé est la moitié de la somme globale due soit plus de trois milliards de FCFA.

Nos sources nous indiquent que la situation échappe complètement au contrôle du DG de l’EDM. Car, c’est le Ministre en personne qui en assurerait le contrôle, du moins, pour ce qui relève des décisions importantes.

N’en pouvant plus, elle a adressé une lettre au DG de l’EDM et une copie a été transmise au Directeur technique, Ladio Sogoba.

« Il nous serait très difficile de continuer à vous garantir la qualité de service que vous êtes en droit d’attendre de nous, car nos factures impayées dans vos livres ne cessent de s’accumuler », peut-on lire dans le courrier.

Pour l’instant, c’est le black out sur la date et les modalités de règlement des créances. Si l’on peut déjà remarquer le caractère injustifiable de ce surendettement, la Direction Générale d’Aggreko dit courir le risque d’être hors de capacité. Conséquence, la direction générale a clairement instruit ses services de suspendre la production.

Le délai initial était prévu pour ce vendredi 6 Janvier 2017 à 07 heures. Si les usagers remarquent que l’électricité n’est pas coupée, ce n’est pas parce que l’EDM s’est mise à jour. Aggreko dit avoir repoussé l’ultimatum à cause des évènements d’envergure comme la Coupe d’Afrique des Nations et le Sommet Afrique-France. « Nous ne souhaitons pas que nos compatriotes soient privés des images de ces rendez-vous si importants et dont nous savons qu’ils vont susciter un grand intérêt les populations de notre pays », telle est la justification de la société Aggreko.

Même novice, le Ministre gagnerait à prendre toute la mesure de la situation et prenne les mesures urgentes qui s’imposent. Et ce d’autant plus qu’il a pris sur lui de ramener toutes les grandes décisions à son niveau.

Cela arrive comme si nos autorités n’étaient pas déjà suffisamment accablées au moment où elles tentent difficilement d’écouler les nombreux sujets qui divisent comme cet éventuel accord de rapatriement de Maliens avec l’Union Européenne.

Mama PAGA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here