FAMa : Un recrutement biaisé se prépare

890

Dans un communiqué « laconique », le ministère de la Défense et des Anciens combattants annonce le recrutement de 5000 hommes cette année. Au regard des armées et services concernés par ce recrutement et les pièces demandés aux candidats, on note une précipitation dans l’organisation. A quelle fin ?
L’armée malienne va recruter cette année 5000 nouveaux soldats. L’annonce a été faite par le ministère de la Défense et des Anciens combattants en début de semaine. Selon le communiqué, l’objectif principal de cette opération de recrutement vise à reconstituer une armée véritablement nationale incluant les fils de toutes les catégories, répondant aux critères fondés sur les aptitudes physiques et morales, sur l’engagement individuel et le patriotisme.
Dans le communiqué, le département déclare vouloir créer les conditions normales de recrutement à travers certaines mesures et critères de sélection qui visent à moraliser le processus, à le rendre transparent. Mais, au vu des dossiers demandés aux candidats, ce « vaste » recrutement risque d’être l’un des pires que le pays ait connus.
Aucun diplôme requis
Dans un deuxième communiqué, le département précise que les recrutements se feront au compte de l’Armée de terre, de l’Armée de l’air, de la garde nationale, de la gendarmerie nationale, la direction du génie militaire, la direction des transmissions et des télécommunications des armées, la direction centrale des services de santé des armées et la direction du matériel, des hydrocarbures et des transports des armées. Les candidats doivent seulement être âgé de 18 à 22 ans au 31 décembre 2016, être de nationalité malienne, célibataire sans enfant, satisfaire à une enquête de moralité, jouir de leurs droits civiques et aptes au service militaire.
Ils doivent par conséquent apporter, en plus de la demande manuscrite, deux photos d’identité, l’acte de naissance, la carte Nina, le casier judiciaire, le certificat d’aptitude médicale, etc., mais nulle part il n’est indiqué que les candidats doivent apporter un diplôme.
Or, le concours d’entrée dans certains corps nécessite obligatoirement un niveau minimum non précisé dans le communiqué. Pour s’enrôler dans la gendarmerie nationale ou les services de santé des armées, le candidat doit à être détenteur du baccalauréat ou d’un diplôme équivalent. Un recrutement bâclé se précise avec le risque élevé de voir beaucoup « individus inaptes » gagner les rangs des FAMa.
Sory I. Konaté
30minutes.net

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here