Les ratés du 27eme sommet Afrique-France

34

Si le protocole à l’arrivée n’a pas connu de ratés, parce que les choses se sont passées dans l’ordre comme prévu, cela n’a pas été le cas lors du départ des invités.

En effet, le cas le plus criard a été celui relatif au départ du Président Faure Gnassimgbe du Togo, dont le vol a été bloqué pour donner la priorité au vol du Président François Hollande.

Faure s’est énervé en disant que de toute les façons, ils sont tous des invités du Mali. Impuissant devant cette situation, il a pris son mal en patience et a attendu que le vol de Hollande se fasse d’abord.

Par la suite pour manifester encore son mécontentement, il a refusé d’emprunter la voiture officielle qui devrait le conduire à la passerelle de son avion présidentiel. Il a préféré faire ce trajet à pied.

Là n’est pas le problème. Tous les présidents qui sont repartis entre une heure et quatre heures du matin, ont noté avec regret l’absence du personnel protocolaire à l’aéroport selon certaines sources aéroportuaire.

Nous ignorons les raisons, mais en lieu et place ce sont les policiers de l’aéroport qui ont repris à leur compte cette mission protocolaire. C’est le lieu de signaler une fois de plus la question du personnel protocolaire au Mali.

Les dirigeants ont pris l’habitude d’envoyer n’importe qui au protocole de la République, sans formation adéquate. Les simples relations familiales, suffisent pour affecter quelqu’un au protocole. Pour mettre fin à cette pagaille étant entendu que le protocole est une matière codifiée, l’Etat doit prendre soin de former réellement tous ceux qui y vont dans ce service qui semble être la vitrine du pays, à cause du fait qu’il est le premier contact de l’étranger avec le pays.

Il ne s’agit pas de les former localement en quelques semaines pour connaitre les codes du métier. Cela ne coûte rien à l’Etat d’envoyer une dizaine de jeunes annuellement se former pendant 9 mois en France, en Allemagne pour ceux qui comprennent l’Allemand, aux USA pour ceux qui parlent l’Anglais etc…

Sans cela l’improvisation qui est actuellement de règle peut nous conduire à des incidents diplomatiques en cas d’imprévu, car le bon sens ne suffira pas en ce moment.Il est temps que l’Etat du Mali soit prévoyant pour un futur meilleur en terme de personnel protocolaire et d’interprète.

Seydou DIARRA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here