Développement industriel au Mali : Les ambitions du ministre Mohamed Ali

89

Le Ministre du Développement Industriel, Mohamed Ali Ag Ibrahim, affiche de grandes ambitions pour donner corps et âme à la vision du Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéïta de faire de l’industrie, un vecteur de création de richesses et d’emplois.

Le Ministre Mohamed Ali Ag Ibrahim a organisé, le 17 janvier dernier, un déjeuner de presse au cours duquel il a rappelé les grandes réalisations faites depuis la création de ce département et fait part des perspectives dans le secteur des industries. Ce déjeuner de presse a commencé par la projection d’un film sur l’importance du développement industriel. Pour Mohamed Ali Ag Ibrahim, la création d’un département en charge du développement industriel est l’expression d’une grande volonté politique. Le Mali dispose de nombreux atouts pour s’industrialiser. « Notre vision est d’aller avec l’existant et de continuer avec les projets », a-t-il clarifié tout en mettant en avant sa volonté de faire des projets structurants d’envergure.

De sa création au mois de juillet 2016 à nos jours, le département en charge du développement industriel a réalisé une série d’activités. Il a signé avec le Directeur général de Gaia Equity Ltd un protocole d’accord et une Convention d’établissement pour la construction d’une cimenterie à Guinbané dans le cercle de Diéma. Sous la supervision du ministre, la Fédération Nationale des Producteurs d’Huile et d’Aliments Bétail (FENAPHAB) et la Fédération des Groupements Interprofessionnels de la Filière Bétail Viande du Mali ont signé un protocole d’accord qui vise à promouvoir les activités des unités industrielles de production de tourteau et celles de la filière bétail viande.  Le ministère a organisé un atelier national sur la diversification des matières premières utilisées par les huileries pour la production alimentaire. Il s’agissait, à travers cette rencontre, de trouver des solutions durables à l’insuffisance d’approvisionnement des huileries en matières premières. Un séminaire départemental a réuni les cadres du ministère pendant deux jours au Campement pour les Entreprises. Les régions de Gao et Tombouctou ont abrité des ateliers régionaux sur la restructuration et la mise à niveau des entreprises industrielles.

Dans le cadre de l’exécution de l’une des attributions du département concernant le suivi des unités industrielles et la mise en œuvre d’actions ou de stratégies de renforcement de leur compétitivité, le ministre Mohamed Ali Ag Ibrahim a visité trente-quatre (34) entreprises industrielles et neuf (9) projets industriels. Dès sa nomination, il s’est rendu dans les services relevant de son département pour une visite de prise de contact.

L’inauguration de l’usine de ciments de la Société Ciments de l’Afrique, le 15 décembre 2016 par le Président de la République est l’activité phare de ce jeune département dont les animateurs travaillent d’arrache-pied pour donner corps et âme à la vision des plus hautes autorités. La Société CIMAF Mali va créer 200 emplois directs avec une capacité de production de 500 000 tonnes par an. La tenue, avec l’Organisation Patronale des Industries (OPI) de la journée de l’industrialisation en Afrique. De nombreux ateliers régionaux et sous-régionaux ont été organisés avec la participation du département sans oublier la tenue de la 5ème édition du Prix malien de la qualité.

Le ministre Mohamed Ali Ag Ibrahim a effectué plusieurs voyages à l’extérieur pour s’enquérir de l’expérience des autres pays en matière d’industrialisation. Aussi, il a noué des contacts utiles avec des investisseurs afin de les inciter à venir au Mali. En novembre 2016, il était à Dakar pour participer au 5ème Forum sur le Développement Industriel Inclusif et Durable (DIID). A Monrovia, au Libéria, il a pris part à la réunion ministérielle de validation de la Stratégie de Développement du Secteur Privé et de la Charte des micros, petites et moyennes entreprises de la CEDEAO. « Nous allons nous inspirer de tout ce qui est bon chez les autres », a-t-il souligné.

Le ministre Mohamed Ali Ag Ibrahim ambitionne de mettre en place une chaîne de promotion des productions locales sans friser les règles communautaires. Il insiste sur la qualité des produits fabriqués par les unités industrielles et la transformation des matières premières sur place, notamment le coton et l’or. « Il faut produire de l’huile mais dans les normes. Nous sommes en train de travailler pour augmenter le pourcentage de transformation de nos matières premières sur place », a-t-il ajouté.

Transformation des matières premières sur place

Sur la situation de l’Agence d’aménagement des Zones Industrielles, AZI, le ministre Mohamed Ali a reconnu les difficultés tout en affichant un optimisme. « On ne peut pas parler de développement industriel sans aider l’AZI. L’AZI doit être sur pied et elle sera sur pied », a-t-il lancé entendre. A propos de l’Usine Malienne des Produits Pharmaceutiques (UMPP), il a déclaré qu’il n’est pas question de brader nos entreprises.

De l’avis du ministre du développement industriel, il n’est pas possible de réussir l’industrialisation sans politiques incitatives courageuses. Des projets verront le jour dans ce sens notamment dans le domaine de l’électricité pour aider les industriels.

Le Président IBK va poser, dans les semaines à venir, la première pierre de ce projet structurant, prioritaire et à impact immédiat sur les conditions de vie des populations. Pour l’année 2017, il est prévu plusieurs activités. Il s’agit entre autres de : l’inauguration de l’usine des produits pharmaceutiques de la société Human Well Pharma, l’aménagement des zones industrielles (Ségou, Ouélessebougou, Gao, Tombouctou ), la réalisation des missions de suivi des entreprises et projets industriels, l’organisation de la table-ronde des bailleurs de fonds sur les projets et programmes industriels structurants et prioritaires, l’organisation du séminaire du département sur le rapport d’activités de 2016 et le projet de programme d’activités de 2017 du département, la création de centres d’incubation dans le domaine agro-alimentaire, l’adoption du programme de restructuration et de mise à niveau des entreprises industrielles, la relance des activités de l’Usine Malienne des produits Pharmaceutiques (UMPP), la relecture des textes relatifs à la création, à l’organisation et aux modalités de fonctionnement du Centre pour le Développement du secteur Agro-alimentaire (CDA), l’élaboration du programme spécial de réhabilitation et de mise à niveau des entreprises dans les régions du nord, l’adoption de la loi relative aux zones économiques spéciales et la création de l’observatoire national de l’industrie.

Au cours de l’année 2017, le département va poursuivre la mise en œuvre du plan d’actions 2015-2017 de la Politique de Développement Industriel, du plan d’actions 2015-2017 de la Politique Nationale de la Qualité, du plan d’actions 2012-2021 de la Stratégie nationale de développement du Secteur agroalimentaire et du Plan d’actions 2015-2019 de la Stratégique nationale pour le Développement de la propriété intellectuelle. De concert avec le Ministère de l’élevage et de la pêche, le Ministère du développement industriel va organiser un forum sur l’industrie de la viande. Selon le ministre, un département transversal se veut être un guichet unique dans les démarches visant à créer les unités industrielles.

Depuis sa nomination, le ministre en charge du développement industriel est en contact avec les grands investisseurs afin de les convaincre à venir investir au Mali. « Nous affichons notre volonté. C’est de faire et de faire bien », a-t-il déclaré en mettant en avant la solidarité gouvernementale dont il bénéficie auprès de ses collègues du gouvernement.

 Chiaka Doumbia


Source : Maliweb

Maliweb

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here