CAN 2017 : Chapeau aux supporters maliens

86

Le match nul contre l’Egypte (0-0), lors de la première journée de la phase de groupes, n’a pas découragé les supporters maliens. Contre le Ghana l’Union nationale des associations des supporters des Aigles du Mali (UNASAM) a encore mobilisé ses troupes qui ont émerveillé le public du stade omnisports Michel Essongué de Port-Gentil par leur comportement. Du début jusqu’à la fin du match, les supporters ont chanté et dansé à la gloire des Aigles. Même le but inscrit par Asamoah Gyan à la 21è minute n’a pas entamé le morale des Maliens. L’UNASAM du président Souleymane Diabaté est venue au Gabon avec une forte délégation qui compte 32 inconditionnels.

La délégation a débarqué à Port-Gentil avec tous ses instruments de musique. Dans son quartier général à Ntchengué, elle effectue chaque jour des séances de répétitions. Après la défaite contre le Ghana (1-0), c’étaient la tristesse et le découragement chez les supporters. «Nous sommes découragés. On ne s’attendait pas à ça. On se retrouve dans une situation difficile. Nous prions Dieu pour que le Ghana batte l’Egypte et qu’on gagne face à l’Ouganda. Sincèrement, on a moins de chance. Nous sommes tristes, mais c’est le sport. On doit continuer à travailler», confiera le président de l’UNASAM, Souleymane Diabaté.

«On n’est pas du tout dans nos assiettes. On ne s’attendait pas à une telle situation. Les gens n’ont pas dormi. On est triste», dira Moctar Niambélé «Chani Abacha». «Le Mali a un groupe jeune, l’élimination au premier tour peut jouer sur le moral des jeunes. C’est une première CAN pour beaucoup d’entre eux. On prie Dieu qu’ils ne se découragent pas. Ils peuvent se préparer pour les prochaines éditions», insistera le grand supporter des Aigles dont le célèbre casque a été saisi par la sécurité avant d’être rendu, suite à l’intervention du représentant de la CAF.

A l’image de Mahamadou Camara, un commerçant malien de Port-Gentil, les Maliens du Gabon ont été également très affectés par le revers subi face au Ghana. «Nous sommes découragés, avouera-t-il. Nous avons fait la fête avant et pendant le match. Je pensais que la fête allait se poursuivre après le match, mais avec cette défaite, tout le monde est découragé. Mais malgré tout, on ira à Oyem pour soutenir notre pays lors de la dernière journée des matches de poule». Le gérant d’un restaurant de la ville, le Guinéen Souleymane Diallo dira : «La ville est moche après la défaite du Mali. Les Maliens sont nombreux ici. Même les busness ne marchent plus».

Les supporters maliens de Port-Gentil ont été irréprochables pendant les deux matches livrés par les Aigles au stade omnisports Michel Essongué. Non seulement ils venaient toujours au stade vêtus du maillot de la sélection nationale, mais ils organisaient également des manifestations dans les quartiers avant et après chaque match. Ils ont ravi la vedette aux supporters des trois autres pays et émerveillé les populations locales par leur dévouement à la cause nationale.

Envoyés spéciaux
L. M. DIABY
A. SISSOKO

CAN 2017, LA GROSSE DESILLUSION DU GABON
Le pays-hôte à la trappe ! Contraint de s’imposer pour se qualifier en quart de finale, le Gabon n’a pas pu faire mieux qu’un match nul et vierge (0-0) face au Cameroun ce dimanche à Libreville pour le compte de la dernière journée du groupe A. Ce résultat élimine les Panthères et qualifie les Lions Indomptables. Dos au mur, les hommes de José Antonio Camacho entraient pourtant parfaitement dans la rencontre et mettaient beaucoup de pression d’entrée. Il y avait le feu devant le but d’Ondoa mais Aubameyang manquait une énorme occasion en ne cadrant pas sa reprise au second poteau sur un centre de Bouanga. Le Tourangeau frappait ensuite au-dessus.

Mais peu à peu, le Gabon retombait dans ses travers habituels et le Cameroun revenait dans le match, à l’image d’une tête de Teikeu passée tout près sur corner. Si Bouanga obligeait Ondoa à une superbe claquette sur une frappe vicieuse, ce sont bien les Lions qui se montraient plus remuants. Au retour des vestiaires, Ovono devait d’ailleurs s’employer pour détourner le coup-franc à ras-de-terre d’Oyongo, puis la frappe puissante de Siani s’écrasait juste à côté du but. Les Panthères répliquaient encore par Bouanga sur un tir lointain mais Ondoa veillait au grain.

Supérieurs dans le jeu, les hommes d’Hugo Broos apportaient encore le danger par Salli, bien lancé par Bassogog, mais l’ancien Monégasque était mis en échec par la sortie pied en avant d’Ovono. Bien muselé par Nkoulou, Teikeu et Ngadeu, Aubameyang ne parvenait pas à faire la différence pour libérer tout un peuple. Dans les derniers instants pourtant, les locaux avaient une dernière chance mais Bouanga trouvait le poteau et Ondoa sortait une parade ô combien importante devant Ndong pour sauver les Lions qui auraient en revanche pris la porte en cas de défaite !
C’est la quatrième fois que le pays hôte de la CAN est éliminé dès le premier tour après l’Ethiopie en 1976, la Côte d’Ivoire en 1984 et la Tunisie en 1994.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here