Lutte contre les espèces nuisibles aux cultures : Un bilan remarquable de l’OPV

37

Pour la campagne 2017-2018 de l’Office de Protection des Végétaux (OPV), un budget prévisionnel a été fixé à 912 948 000 de francs CFA afin de lutter efficacement contre les espèces nuisibles aux cultures, récoltes et pâturages dans notre pays. C’était le 19 janvier 2017 lors de sa 13ème session du Conseil d’Administration tenu à son siège.

Dans le bilan annuel des activités de l’OPV, il ressort que l’année 2016 a été dominée par une pullulation d’acridiens et de coléoptères dans les régions de Kayes, Koulikoro et Mopti. Dans la zone Office du Niger, c’était des chenilles. Quant à l’Office du Périmètre Irrigué de Baguinéda (OPIB), il a été dominé par la cécidomyie. Cela, à cause des poches de sècheresse et de l’attaque des cultures par des insectes nuisibles.

Dans le cadre de la surveillance des cultures, des récoltes et des pâturages, l’OPV a réussi à prospecter 164 686 ha contre 53 177 ha en 2015. De même, 24 781 ha de productions céréalières et fruitières ont été traités contre 12 307 ha en 2015.

Pour maintenir ce cap et renforcer les acquis, l’Office de Protection des Végétaux, en collaboration avec le département de tutelle, a initié des formations à l’intention de plusieurs de ses agents de terrain en matière de protection des végétaux. Il s’agit de 140 agents d’appui-conseil ; 328 bridages villages d’intervention phytosanitaire ; 300 producteurs et enfin 160 agents techniques de surveillance et de lutte intégrée contre les mouches.

En ce qui concerne l’année 2017, avec un budget prévisionnel de 912 948 000 contre 821 048 000 en 2016, l’OPV compte être au rendez-vous des besoins sur l’ensemble du territoire. Cela, à travers le déploiement d’un dispositif efficace de surveillance et de lutte contre les insectes nuisibles des cultures ; la formation du personnel ; le développement des stratégies de collaboration et de partenariat avec des organismes nationaux et internationaux et enfin la diffusion des bonnes pratiques agricoles et l’information phytosanitaire. La mise en œuvre de toutes ces activités permettra à l’OPV de réduire les pertes dues aux nuisibles des cultures, récoltes et pâturages.

Selon le Ministre de l’Agriculture, Kassoum Denon, le programme phytosanitaire, au titre de la campagne agricole 2017-2018, s’articule autour de la surveillance phytosanitaire des cultures, des récoltes et des pâturages. « La moindre défaillance de ce programme d’activité du plan de campagne peut avoir des répercussions graves, pouvant atteindre des fois, 30% de perte des récoltes », a-t-il ajouté.

Ousmane Ballo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here