Les voyages d’IBK en chiffres : 618.927 km dans les airs pour un montant de plus de 6 milliards de F CFA et 9 milliards 500 millions pour les dépenses hôtelières

60

Le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, est un véritable pigeon voyageur. Ces multiples voyages coûtent très chers aux pauvres contribuables maliens.

Dès son élection à la tête de la magistrature suprême du Mali en 2013, Ibrahim Boubacar Kéita, puisque c’est de lui dont il s’agit, a entrepris de nombreux voyages à l’extérieur du Mali. En 4 ans, ‘’Kagnamakan’’ ou le ‘’Mandé Massa’’ a parcouru plus de 618.927 km dans les airs, soit plus de 20 fois le tour du monde. Selon l’analyse de Malilink Investigative Reporting Group du (MIRG, la majorité des voyages ont été effectués en Afrique, suivi de l’Europe. Les Amériques, restent les continents les plus négligés, avec seulement 4 voyages, tous aux États-Unis. Le président n’a visité aucun pays d’Amérique latine. Il n’a jamais visité le Canada non plus. Comment est-on arrivé à ces succès sans un seul voyage du chef de l’Etat dans ce pays ? Tout simplement parce que les visites du président apportent très peu de “valeur ajoutée”. L’essentiel du travail devrait se faire par des diplomates chevronnés, ceux dont les voyages coûtent comparativement très peu. Le président IBK a effectué 107 voyages. De ces 107 voyages, 54 étaient pour des Sommets et Conférences et seulement 17 pour des visites bilatérales. Il aura visité 38 pays différents durant ses quatre années de pouvoir.

En analysant le coût de chaque déplacement, on constate la lourdeur des déplacements présidentiels sur le maigre budget de l’Etat. D’après l’analyse du MIRG, chaque heure de vol de l’avion présidentiel coûte à l’Etat environ 13 millions de francs CFA. A cet effet, les107 voyages de Kagnamakan ont coûté la somme de plus de 6 milliards de FCFA au pauvre contribuable ; et c’est uniquement pour le carburant et l’entretien de son avion. 9 milliards 500 millions de FCFA, c’est ce qu’auront coûté ses dépenses hôtelières. Cela dans un espace de 36 mois.

Aliou Agmour

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here