Audit du FNACT et de sa gestion par l’ANICT: Les acteurs de la décentralisation en conclave

29

Le secrétaire général du Ministère de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat (Matdre), Adama Cissouma, a ouvert le 31 janvier 2017 au Centre de formation des collectivités territoriales (Cfct), l’atelier nationale de partage des résultats de l’audit du Fonds national d’appui aux collectivités territoriales (Fnact) et de sa gestion par l’Agence national d’investissement des collectivités territoriales (Anict) et des dispositions pour améliorer le dispositif de financement des collectivités territoriales. C’était en présence de plusieurs personnalités dont le directeur général de l’Agence nationale d’investissement des collectivités territoriales (Anict), Modibo Cissé.

Ledit atelier qui durera trois jours (31 janvier, 1er et 2 février 2017) vise à partager et échanger sur les résultats et propositions issus de l’étude menée par les experts sur le Fnact et sa gestion par l’Anict. En d’autres termes, échanges pluriels entre participants du haut conseil des collectivités, représentants des Ptf et du groupe décentralisation et développement institutionnel, associations des municipalités du Mali, des collectivités et cercles du Mali, de l’association des régions du Mali, des gouverneurs, préfets, maires, élus locaux et nationaux, de la société civile, d’échanger pour enrichir le travail des consultants afin d’avoir des propositions largement partagées par les acteurs de la décentralisation à travers eux. Cela pour assurer un financement pertinent, efficient, transparent et prévisible des collectivités territoriales pour leur permettre de répondre pleinement aux besoins des populations et d’être en mesure d’œuvrer efficacement à la promotion du développement régionale et local.

Le secrétaire général du Matdre, Adama Cissouma, a précisé que face aux enjeux grandissants du financement de la décentralisation et à certaines difficultés rencontrées dans le financement des collectivités territoriales, que le Matdre a souhaité une étude. La décentralisation constitue l’ossature du volet politico institutionnel de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali issu du processus d’Alger. C’est pourquoi, dit-il, le Matdre met en œuvre les engagement souscrits en matière de gouvernance comme la mise ne place d’une architecture institutionnelle fondée sur des collectivités territoriales dotées d’organes élus au suffrage universel, de pouvoirs étendus et de ressources accrues, etc.

C’est dans cette optique aussi, souligne Adama Cissouma, le gouvernement s’est engagé à transférer 30% des recettes budgétaire de l’Etat aux collectivités territoriales à l’horizon 2018. Selon lui, le résultat des travaux servira à financer un projet d’amélioration du dispositif de financement des collectivités territoriales qui sera soumis au conseil d’administration de l’Anict, voire aux plus hautes autorités du pays.

Hadama B. Fofana

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here