Persistance de l’insécurité à Gao: La foire hebdomadaire de Zinda, dans la commune de Gabero, attaquée

66

L’insécurité continue de faire parler d’elle dans le Centre et le Nord du pays. Le mercredi 1er février, la foire hebdomadaire de Zinda, commune de Gabero, région de Gao, a été attaquée par des bandits lourdement armés. Bilan : au moins quatre blessés. cette attaque intervient deux semaines après l’attaque contre le camp du Mécanisme opérationnel de coordination (MOC) dans la ville de Gao qui a fait au moins 77 morts et plus d’une centaine de blessés parmi les 600 hommes, militaires maliens et ex combattants des groupes armés, rassemblés dans le cadre des patrouilles mixtes.

Le mois passé, deux élus locaux ont été assassinés dans le centre du pays, plus précisément dans la région de Mopti. Souleymane Ongoiba, maire de la commune rurale de Mondoro a été tué le soir du samedi 28 janvier devant son domicile à Douentza. Dix jours avant, dans la nuit du mercredi 18 janvier, Hamadoun Dicko, maire de Boni, est froidement assassiné par deux inconnus au moment où il se rendait dans sa grande famille.

Presque 20 mois après la signature de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, la paix n’est pas encore de retour dans le pays. L’insécurité chronique persiste au Mali, surtout dans le Nord et le Centre du pays qui sont presque devenus des no man’s land pour les représentants de l’Etat du Mali. Selon Human Rights Watch, en 2016, des groupes islamistes armés ont exécuté au moins 27 hommes, parmi lesquels des chefs de village et des représentants locaux du gouvernement, des membres des forces de sécurité maliennes et des combattants signataires de l’accord de paix.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here