Arcanes politiques : Bittar en passe de créer un parti au nom d’ATT sans l’en aviser

56

Ce n’est pas encore officiel, mais l’opérateur économique, ancien président de la Chambre de commerce et d’industrie du Mali (CCIM) s’apprête à lancer un nouveau parti. Avec l’initial de l’ancien président ATT. Le hic est qu’ATT n’est pas informé. D’où une colère indescriptible de l’homme et de son entourage au Sénégal.

Beaucoup se demanderont donc ce qu’est devenu l’ancien parti de Bittar qui n’est autre que l’Umam ? Difficile à répondre, car ce parti qui avait été créée il y a quelques années est perdu sur la scène politique. Beaucoup de cadres se sont métamorphosés dans d’autres partis politiques plus sérieux.

L’Umam, de sa création à aujourd’hui, a brillé par son silence et n’a pu présenter aucune solution pour lui-même encore moins pour la nation. Même s’il avait déclaré en 2013 lors d’une rencontre avec le parti Yéléma “il est inadmissible qu’il y ait autant de chômeurs dans un pays où tout est à construire. Les crises constituent des opportunités. Il suffit d’une meilleure gouvernance pour renverser cette tendance. Chose qui passe nécessairement par une alternance générationnelle”, Bittar feignait d’oublier qu’une seule personne ne peut pas faire un parti, car toute l’Umam était résumée à l’homme lui seul.

C’est sûrement conscient de cet état de fait que Bittar veut se démarquer et lancer un autre parti pour défendre le président déchu ATT. Mais le hic est que ce dernier n’est pas informé de cette nouvelle donne.

Alors à quoi joue Bittar ? ATT et ses proches ont déjà en tête une attitude peu glorieuse de l’ancien patron de la CCIM. Jeamille Bittar aurait en effet zappé ATT pendant son passage à la CCIM, or il s’avère que c’est ce dernier qui aurait pesé sur la balance afin qu’il puisse occuper ce poste.

Certains ont même dit qu’il a tout fait pour éviter ATT pendant son passage. Ce n’est que vers la fin de son mandat, qu’il a voulu renouer avec le président d’alors pour rempiler. Avec Bakary Togola et Mamadou Sinsin Coulibaly, il avait organisé une cérémonie de remise de Ciwara à ATT.

Aujourd’hui, noyé, il veut refaire surface pour marquer les esprits avec le lancement de ce nouveau parti. Va-t-il réussir ? On ne saurait le dire. Mais une chose est sûre : il n’aura pas l’assentiment des vrais amis d’ATT qui attendent certainement le bon moment pour rappeler Bittar à l’ordre.

Bittar devra comprendre qu’un bon parti politique est une association organisée qui rassemble des citoyens unis par une philosophie ou une idéologie commune, dont elle recherche la réalisation, avec comme objectif la conquête et l’exercice du pouvoir. Autrement dit, une organisation au service d’une idée.

Abdourahmane DOUCOURE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here