Association clinique Dèmè-So : Le rapport 2016 présenté aux journalistes

74

La cérémonie de présentation du rapport 2016 de l’association clinique DEME-SO, s'est tenue, le jeudi 26 janvier 2017, dans la salle de conférence du Cinéma Babemba. Ledit rapport est le résultat du travail de 678 para-juristes contre 123 de l'année dernière dans les régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Taoudenit, Ménaka et le District de Bamako.
L'objectif de cette rencontre était d'effectuer une cartographie des para-juristes actifs du Cadre en 2016 et de décrire les types de services qu'ils fournissent ainsi que les thèmes couverts par leurs interventions auprès des communautés entre janvier et octobre 2016.
Ont pris part à cette cérémonie du lancement, le représentant du ministre de la Justice et des Droits de l'homme, Garde des sceaux, Mme Habibatou Maiga, conseiller technique ; de l'Ambassadeur du Royaume des Pays Bas au Mali, Jolke Oppewal; du Coordinateur de l'Association Demé-So, Ibrahim Koureichi; des partenaires techniques et financiers ainsi que des invités de marque.
Le représentant de la maire de la Commune III, a jugé que la journée du para-juriste et le lancement du rapport 2016 sur le travail des para-juristes, s’effectuent à un moment où l’opinion publique s’intéresse très vivement à l’œuvre de justice. Pour lui, ce rapport de l’Association clinique Demé-So, demeure un outil fondamental de dialogue et d’échanges d’expériences interrégionaux entre les para-juristes du Mali.
Il avancera qu’il est un instrument de sensibilisation et de plaidoyer en faveur du grand public, de trouver lorsque cela est possible des solutions simples et de proximité des maux dont souffrent les communautés. « Le para-juriste joue un rôle primordial de catalyseur, il assiste les personnes afin de les mettre en lien avec leur environnement juridique, leur donnant les moyens de comprendre et réclamer leurs droits », conclura-t-il.
Le Coordinateur national de l’Association Demé-So, Ibrahim Koureichi affirmera que ce rapport vient aussi illustrer les principales difficultés et problèmes juridiques auxquels est confrontée la population dans sa vie quotidienne. De son point de vue, le système judiciaire malien traverse aujourd’hui une grave crise structurelle aggravée par les séquelles de la crise multidimensionnelle que le pays traverse depuis 2012.
Malgré les efforts du Gouvernement et de ses partenaires, soulignera-t-il, les services de la justice n’arrivent pas à répondre aux attentes des citoyens en termes d’accessibilité géographique aggravée par un défi de sécurité. Il fera savoir que face à un vide, les para juristes bien formés et équipés sont aujourd’hui les fournisseurs des services d’information sur les droits, d’accueil et d’orientation des citoyens et ils participent également à la vulgarisation du droit et au règlement alternatif des conflits mineurs. « Ce rapport permet de mieux appréhender et d’évaluer l’impact de l’action des para-juristes sur le quotidien des populations maliennes et d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur leur rôle dans le domaine de l’aide juridique et de l’accès aux droits au Mali », ajoutera-t-il.
Les interventions des partenaires financiers et techniques, des bénéficiaires des services des para-juristes ainsi que les para-juristes ont salué cet outil indispensable dans notre communauté.
A retenir que l’Association Demé-So est une association de jeunes juristes créée en 1992 pour appuyer la démocratie et promouvoir les droits de la personne au Mali. Pour l’atteinte de ses objectifs, elle intervient au niveau de quatre axes majeurs à savoir l’accès aux droits des communautés rurales par le biais du para-juriste ; l’accès des couches vulnérable à la justice ; la promotion des droits de la femme et de l’enfant et enfin le renforcement des capacités de Demé-So et l’appui institutionnel.
Seydou Karamoko KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here