Sommet extraordinaire du G5 Sahel : La situation sécuritaire du Mali décryptée par 6 chefs d’Etats

44

Réunis en sommet extraordinaire à Bamako pour la 3è fois le 6 février 2017, les chefs d’Etats du G5 Sahel ont décidé la mise en place immédiate de la Force Conjointe du G5 Sahel qui aura pour mandat de lutter contre le terrorisme et le crime transnational organisé. Les 6 chefs d’Etats présents à Bamako se sont penchés largement sur la situation alarmante de notre pays.

Placé sous le signe de la mutualisation des efforts, le sommet de Bamako du G5 Sahel a enregistré la présence de 6 chefs d’Etats, il s’agit du Tchadien Idriss Deby Itno, du Nigérien Mahamadou Issoufou, du Burkinabé Rock Mark Christian Kaboré et le Mauritanien Mohamed Ould El Aziz et du président Guinéen, président en exercice de l’Union Africaine, Alpha Condé. Le sommet de Bamako s’est penché sur les défis à relever pour sécurisation, mais aussi le développement du sahel.

Le thème principal : « la situation sécuritaire du Mali et son impact sur le sahel. Lors de la cérémonie d’ouverture, le président IBK a affirmé que ce 3è sommet du G5 Sahel à un triple objectif : il s’agit de procéder à une analyse objective de la situation sécuritaire au Mali et son impact sur l’espace commun, faire l’état des lieux de la mise en œuvre des promesses de contributions faites par nos partenaires, notamment, aux plans des instruments financiers et techniques, et de l’adéquation de la réponse Onusienne aux réalités du terrain, d’une part, et, d’autre part, les engagements pris par rapport à la Force conjointe, les opérations militaires transfrontalières, la plateforme de coopération en matière de sécurité, et la montée en puissance du Collège de défense du Sahel, et enfin identifier des pistes concrètes d’action en vue de promouvoir la paix et le développement durable. Ce 3è sommet du G5 Sahel intervient dans un contexte difficile ou les attaques sont monnaies courantes au Mali. C’est pourquoi le président en exercice du G5 Sahel Idriss Deby a tenu un discours de plaidoyer en faveur du Mali. Les travaux se sont déroulés en huis clos et clôturés par une résolution relative à la mise en place immédiate de la Force Conjointe du G5 Sahel, en prenant en compte le mandat clair de l’Union Africaine et de l’Organisation des Nations Unies. Elle traite également le financement soutenu de la force conjointe avec des règles d’engagements clairs en vue de combattre le terrorisme, le trafic de drogue et l’immigration clandestine. Ladite Force Conjointe aura pour mandat de lutter contre le terrorisme et le crime transnational organisé.

Accord de paix

Les chefs d’Etats ont fait le constat de la faiblesse de la mise en œuvre de l’accord de paix au

Mali et évoqué l’urgence de prendre des mesures. La présidence du G5 est désormais confié au président IBK.

Zoumana Coulibaly

RESOLUTION N° 00-01/2017 RELATIVE A LA CREATION D’UNE FORCE CONJOINTE DU G5 SAHEL

Les Chefs d’Etats du G5 Sahel :

– Conscients de la situation sécuritaire préoccupante dans la région du Sahel ;

– Convaincus que la lutte contre le terrorisme ne peut être efficace que dans une approche globale concertée et coordonnée ;

Décident de ce qui suit :

La mise en place immédiate de la Force Conjointe du G5 Sahel, conformément à l’option I, à court terme, et l’option II, à moyen et long terme, en prenant en compte les facteurs suivants :

 Un mandat clair de l’Union Africaine et de l’Organisation des Nations Unies ;

 Le financement soutenu de la force conjointe ;

 Des règles d’engagements clairs en vue de combattre le terrorisme, le trafic de drogue et l’immigration clandestine.

Ladite Force Conjointe aura pour mandat de lutter contre le terrorisme et le crime transnational organisé.

Bamako, le 06 février 2017

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here