4ème Session ordinaire du Conseil Economique Social et Culturel du Mali

66

Le Conseil Economique, Social et Culturel a tenu, le lundi 06 février 2017 dans la salle plénière de l’institution, sa 4ème session ordinaire. La cérémonie sous la direction de son président, Boulkassoum Haïdara, et en présence du Premier ministre, Modibo Kéïta a eu lieu en présence de plusieurs ministres. Le thème de la présente session a été « Environnement – Sécurité pour un développement durable ». Le choix de cette thématique se justifie, selon Boulkassoum Haïdara, par l’alerte sonnée par les COP 21 et 22, tenues respectivement à Paris en France en 2015 et à Marrakech au Maroc en 2016 sur les conséquences dévastatrices du changement climatique.

Le CESC, en sa qualité de creuset de la société civile, s’est inscrit dans la dynamique d’apprentissage auprès du département de l’Environnement, de l’Assainissement et du Développement durable, ainsi que ceux de la Sécurité et de la Protection civile, de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Réformes de l’Etat pour mieux s’approprier de ses conséquences en vue de mieux jouer sa partition dans la croisade contre le phénomène. Il s’est alors avéré nécessaire de définir et d’élaborer des stratégies d’information, de conscientisation, de sensibilisation, d’éducation citoyenne, de vulgarisation et de mobilisation des forces vives de la société civile par les conseillers en vue de prévenir ou promouvoir la gestion des effets néfastes liés à ce mal qui répand la terreur.

Dans son discours bilan, Boulkassoum Haïdara avait auparavant rappelé quelques points saillants des activités menées par son institution durant l’année écoulée. Selon lui, le CESC a consacré sa 2ème session ordinaire à l’examen et à l’adoption de deux préoccupations essentielles : la formulation des avis sur les projets de loi et communications écrites initiés par le gouvernement en application de l’article 108 de la constitution et la finalisation du Recueil 2015 des attentes, des besoins et des problèmes des populations de toutes les régions et du District de Bamako ainsi que ceux de nos compatriotes résidant à l’étranger. Ce Recueil et ces projets de textes dont la loi de finances pour l’exercice 2016 concernent les préoccupations majeures de la société.

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here