Concertations Inclusives dans la région de GAO : Prélude, Préparation et Suivi de la conférence d’entente nationale inclusive au Mali

23

Dr ANASSER AG RHISSA, Expert TIC, Gouvernance et Sécurité

Lettre ouverte en ligne adressée au Président du Mali, au Haut Représentant du Président de la République pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, au Premier Ministre, au Président de la conférence d’entente nationale inclusive, au CSA, aux populations et ressortissants de la région de GAO, aux notables, aux chefs religieux et de communes de la région de GAO, au cadre de concertation de GAO, aux mouvements de résistance de la région de GAO, à la jeunesse de la région de GAO, aux associations de femmes de la région de GAO, au Ministre de l’administration territoriale , de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, au Ministre de la défense et des anciens combattants, au Président de la commission nationale DDR, au Ministre de la réconciliation nationale, au Ministre de la sécurité et de la protection civile, au CNCA, aux partis politiques, à tous les Maliens, à tous les Partenaires (MINUSMA, BARKHANE, …) et aux médias.

Des concertations inclusives ont été organisées dans la région de GAO en prélude à la conférence d’entente nationale inclusive qui sera organisée, au Mali, en mars 2017.

Vous trouverez ci-dessous le résumé et le bilan global de ces concertations inclusives dans la région de GAO.

Ces concertations sont différentes, mais complémentaires, de la conférence d’entente nationale inclusive, qui est intégrée dans l’accord de paix.

En prélude à cette dernière, elles contribuent à sa préparation et à son suivi.

Le Médiateur de la République a été choisi par le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, pour organiser, en liaison avec toutes les forces vives Maliennes, cette conférence d’entente nationale inclusive au Mali.

Dr Anasser Ag Rhissa, Expert TIC, Gouvernance et Sécurité, a été retenu comme Expert Consultant, auprès du Médiateur de la République, Baba Akhiv HAIDARA, pour cette conférence d’entente nationale inclusive au Mali, en particulier, pour contribuer sur ses termes de référence et pour proposer la méthodologie inclusive à utiliser.

J’ai participé, avec quatre membres de la Plateforme, de la CMA et de la société civile, à une émission, sous forme d’un débat, sur la radio Naata de GAO, diffusée, les 03 et 04 février 2017, sur cette radio et, plus tard, sur CFI (Canal France International, agence de coopération du Ministère français des affaires étrangères et du développement international), qui a porté sur la reconstitution du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) après l’attentat macabre, du 18 Janvier 2017, à GAO et sur la sensibilisation sur cette conférence d’entente nationale.

Comme l’a confirmé le Président Malien, la conférence d’entente nationale sera organisée en mars 2017 et les autorités intérimaires seront mises en place dans le premier trimestre de 2017.

Compte-tenu de l’urgence pour la mise en place des autorités intérimaires, du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) via les patrouilles mixtes et du DDR et du retard pris (dû, entre autres, à l’incompréhension entre acteurs, en particulier, sur les autorités intérimaires et au problème d’inclusivité) dans la mise en œuvre de l’accord de paix, l’initiative d’organiser les concertations inclusives dans la région de GAO, en prélude à la conférence d’entente nationale inclusive au Mali, a été lancée sous la supervision de l’ONG TILWAT International et en collaboration avec plusieurs acteurs aux niveaux de la région de GAO (dont la jeunesse, les femmes, les mouvements de résistance, les notables, les religieux, les communes, les fractions Touarègues, …), au niveau national (les regroupements Plateforme et CMA et les groupes armés et d’auto-défense associés, …) et au niveau international (MINUSMA).

Ouverte à d’autres acteurs et en prélude à la conférence d’entente nationale inclusive au Mali, cette initiative a pour objectifs de contribuer :

- à l’avancement de la mise en œuvre de l’accord de paix en proposant des membres des autorités intérimaires issus de la société civile pour plus d’inclusivité,

- aux commissions DDR (Démobilisation, Désarmement et Réinsertion), au niveau national et au niveau de la région de GAO, par ANTICIPATION. En effet, quand ces commissions seront constituées, il serait judicieux, comme dit l’accord de paix, qu’elles intègrent des membres de la société civile, ET

- à la préparation, à travers la sensibilisation des acteurs et l’identification des principaux acteurs et groupes cibles dans la région de GAO, et au suivi de la conférence d’entente nationale inclusive, dont elles constituent un des préludes.

1. Objectifs, acteurs et organisation des concertations inclusives dans la région de GAO

POUR CONTRIBUER A L’AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE DE L’ACCORD POUR LA PAIX ET LA RECONCILIATION AU MALI , DU 25 DECEMBRE 2016 AU 04 Février 2017, ONT ETE ORGANISEES DES CONCERTATIONS INCLUSIVES, ENTRE ACTEURS DE LA REGION DE GAO, SOUS LA SUPERVISION de l’ONG TILWAT International, en consultant les acteurs dont la MINUSMA, la Présidence, la Primature, le Bureau du Haut Représentant du Président de la République pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, le Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, le Ministère de la défense et des anciens combattants, le Ministère de la réconciliation nationale, l’IFM de Gao, l’école des infirmiers de Gao, le conseil régional de Gao, le gouvernorat de Gao, la mairie de Gao, la jeunesse de la région de Gao pilotée par ses conseils régional, communal et local, la direction de la jeunesse et les mouvements de résistance, les associations de femmes, les notables dont le chef Songhoy et le chef Arma, le cadre de concertation de GAO et son chef, les religieux, les communes, les fractions Touarègues et les sites concernés, les représentants des différentes communautés, les regroupements PLATEFORME et CMA et les mouvements armés et d’auto-défense associés, la commission CTV-GAO, les partis politiques, les ambassades et institutions et les médias.

CES CONCERTATIONS INCLUSIVES DANS LA REGION DE GAO ONT POUR OBJECTIFS de contribuer :

(1) à proposer des membres, des autorités intérimaires, issus de la société civile de la région de GAO,

(2) à proposer des candidats pour intégrer les commissions DDR au niveau national et au niveau de la région de GAO, ET

(3) à la préparation, à travers la sensibilisation des acteurs et l’identification des principaux acteurs et groupes cibles dans la région de GAO, et au suivi de la conférence d’entente nationale inclusive, dont elles constituent un des préludes.

Effectuées, dans une première phase, du 25 au 29 décembre 2016, dans la région de GAO, à travers des dialogues et échanges dans des groupes de tailles réduites et la communication via les médias, elles se sont poursuivies, du 03 au 17 janvier 2017, dans la deuxième phase, aux niveaux national et international, à travers la publication d’une lettre ouverte en ligne sur internet et sur plusieurs médias, des consultations et des échanges, et elles se termineront, dans la troisième phase, du 24 janvier 2017 au 04 février 2017, dans la région de GAO, par le lien entre ces dernières et la conférence d’entente nationale qui sera organisée dans toutes les régions du Mali en mars 2017.

Le présent bilan de la deuxième et de la troisième phase de ces concertations inclusives de la région de GAO est diffusé, sur internet et les réseaux sociaux, sous forme de lettre ouverte en ligne.

Dr ANASSER AG RHISSA, Expert Consultant de la conférence d’entente nationale et Président de l’ONG TILWAT International, a participé à l’animation d’une émission, sur la radio Naata de GAO, le 03 février 2017. Cette dernière a été retransmise le 04 Février 2017 sur la radio Naata et, plus tard, sur CFI.

Cette émission a porté sur la reconstitution du MOC de GAO et sur la conférence d’entente nationale INCLUSIVE du Mali.

Cette lettre ouverte en ligne est adressée aux récipiendaires cités au début de la lettre et à tous les acteurs à cause de la nécessité d’informations, de partage et d’implication de tous les acteurs pour l’avancement de la mise en œuvre de l’accord de paix et pour plus d’inclusivité à travers la conférence d’entente nationale.

2. Rappel de la phase 1 et de quelques acteurs ayant participés aux concertations inclusives de la région de GAO et leurs avis

Du 25 au 29 Décembre 2016, à travers des consultations, informations, dialogues et échanges dans des groupes de tailles réduites et la communication via les médias, sous la supervision de l’ONG TILWAT International, avec la collaboration des acteurs dont la MINUSMA, le conseil régional de Gao, le commandant du théâtre des opérations MALIBA dans la région de GAO, le gouvernorat de Gao, la mairie de Gao, la jeunesse de la région de Gao pilotée par ses conseils régional, communal et local, la direction de la jeunesse et les mouvements de résistance, les associations de femmes, l’IFM de Gao, les notables dont le chef Songhoy et le chef Arma, le cadre de concertation de GAO et son chef, les religieux, certaines communes, certaines fractions Touarègues et les sites concernés, les représentants des différentes communautés, les regroupements PLATEFORME et CMA et les mouvements armés et d’auto-défense associés, la commission CTV-GAO, les partis politiques et les médias.

De l’avis général, cette initiative est salutaire et répond à un réel besoin pour l’avancement de la mise en œuvre de l’accord de paix et pour plus d’inclusivité.

Entre autres, nous avons échangé et communiqué, sur cette initiative, avec :

- plusieurs groupes incluant les mouvements de résistance, leur chef, Yoro Moussa Boureïma, et son adjoint, Bonkana Issa, la jeunesse et ses présidents de conseils régional (Elmahdi Maïga), communal (Sidi Cissé) et local (Sidi Mossa), les associations de femmes, des citoyens des communes et des fractions Touarègues et des représentants des regroupements, Plateforme et CMA, des mouvements armés et d’auto-défense.

- Vieux Jippo, Directeur régional de la jeunesse, Sékou Sambère Touré, Moussa Issifi (patrouilleur et président de l’association IR LABBO FABA), Saliou Idrissa MAIGA (IFM), Mariam MAIGA (comité des réfugiés) et Abou Ag Assabite (ONG Tassaghte) de la société civile.

- les notables dont le chef Songhoy (Vieux Souma), le chef Arma (Mahoumoudou Arougaya) et Badi, chef du cadre de concertation de GAO.

- la Coordination de Travail pour la Volonté de GAO (CTV-GAO) demandant leur association à toute prise de décisions concernant les populations de la région de GAO et revendiquant un nouvel aménagement de la région de GAO (création de trois nouvelles régions, de nouveaux cercles, arrondissements et communes) avant la poursuite de la mise en œuvre de l’accord de paix. Après trois heures d’échanges, le président, Imrane Habiboulaye Cissé, et des membres de ce mouvement sont d’accord pour la participation active à cette initiative pour la proposition des membres des autorités intérimaires issus de la société civile et pour la contribution aux commissions DDR.

- le Colonel Major, Haïdara, commandant du théâtre des opérations MALIBA dans la région de GAO,

- Messieurs Kardadata Alhousseyni MAIGA, Conseiller aux affaires politiques de la MINUSMA à GAO, et Samba Fall, Responsable DDR à la MINUSMA, à Bamako.

- Plusieurs acteurs ont été consultés aux niveaux national et international. En plus de la lettre ouverte en ligne destinée à tous les acteurs, certains ont été contactés par courriers déposés à leurs services courriers et d’accueil.

Parmi ces acteurs figurent : la Présidence, la Primature, le Haut Représentant du Président de la République pour la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, les Ministères de l’administration territoriale et de la décentralisation, de la défense, de la réconciliation nationale, de l’intérieur, de la communication, de la jeunesse, des affaires étrangères et de la justice, la commission nationale DDR du Mali, le comité d’organisation de la conférence d’entente nationale inclusive du Mali, le comité d’organisation du sommet France-Afrique, la MINUSMA, les Ambassades d’Allemagne, du Canada, de la France et des Etats Unis et NDI.

Nous remercions tous ces acteurs de l’intérêt qu’ils ont porté à cette initiative pour l’organisation de consultations et concertations inclusives dans la région de GAO en prélude et pour la préparation de la conférence d’entente nationale inclusive.

Nous remercions la commission nationale DDR, le Ministère de la réconciliation nationale et la conférence d’entente nationale pour l’acceptation du partenariat avec cette initiative.

Nous remercions le Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat pour les échanges à travers plusieurs rencontres et pour le courrier réponse du Ministre à notre première lettre ouverte concernant ces concertations inclusives dans la région de GAO, voir le point 4.

3. Suspension momentanée, reprise (des Phases 2 et 3) des concertations inclusives dans la région de GAO et attentat terroriste sur le MOC à GAO

3.1. Suspension momentanée des concertations inclusives dans la région de GAO

Au bout de cinq jours de concertations inclusives dans la région de GAO pour la proposition des membres des autorités intérimaires issus de la société civile et pour la contribution aux commissions DDR, à la demande du Gouverneur de GAO, une suspension temporaire de ces concertations inclusives a été observée car pour lui :

. compte-tenu de la situation sécuritaire, comme le MOC ne fonctionne pas, ce n’est pas la peine de parler du DDR et il n’est pas nécessaire d’anticiper sur la contribution de la société civile aux commissions DDR,

- un contact de sa hiérarchie est nécessaire pour qu’il copréside les cérémonies d’ouverture et clôture de la journée dédiée au bilan de ces concertations inclusives dans la région de GAO.

Certains acteurs regrettent cette suspension temporaire.

3.2. Phase 2 des concertations inclusives de la région de GAO

La deuxième phase de ces concertations inclusives, dans la région de GAO, a démarré à partir du 03 janvier 2017. Après un retard pour rencontrer certains responsables de ministères et d’institutions, dû au sommet France-Afrique, cette phase 2 a couvert la période du 03 au 17 janvier 2017.

Au cours de cette deuxième phase de ces concertations et consultations, après consultation et plusieurs échanges avec le Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, nous avons reçu une lettre du Ministre adressée au Président de l’ONG TILWAT International, Dr Anasser Ag Rhissa, et à l’ONG TILWAT International pour l’organisation des concertations inclusives dans la région de GAO afin de proposer des membres des autorités intérimaires issus de la société civile.

Ces concertations proposent aussi la contribution aux commissions DDR en proposant d’y intégrer des membres issus de la société civile et la contribution à la préparation de la conférence d’entente nationale.

Cette lettre du Ministre contient des félicitations au Dr Anasser Ag Rhissa et à l’ONG TILWAT International, pour la franche collaboration dans le cadre du processus de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

Le Ministre salue les efforts que Dr Anasser Ag Rhissa et l’ONG TILWAT International ne cessent de déployer pour le retour de la paix et de la sécurité dans notre pays.

Le Ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la réforme de l’Etat, Mohamed Ag Erlaf, n’a pas souhaité que le Gouverneur de GAO puisse coprésider les cérémonies d’ouverture et clôture de la dernière journée qui était dédiée au bilan de ces concertations inclusives, ni mettre à la disposition, de cette initiative, la salle de conférence du gouvernorat de GAO.

Malgré le fait que cette initiative multi-acteurs (incluant les acteurs de la société civile, des notabilités, des acteurs des regroupements Plateforme et CMA, des acteurs des partis politiques, …), de la région de GAO, contribue à proposer, des listes des membres des autorités intérimaires issus de la société civile, aux entités, Gouvernement, Plateforme et CMA, qui doivent choisir, consensuellement, des membres des autorités intérimaires, pour le Ministre, bien que pouvant faire partie des autorités intérimaires, la société civile n’est pas qualifiée pour désigner des membres des autorités intérimaires.

Le Ministre espère pouvoir toujours compter sur l’accompagnement de la société civile, mobilisée à travers l’ONG TILWAT International, dans le processus de mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali.

3.3. Attentat terroriste sur le MOC à GAO entre les phases 2 et 3

Juste après la phase 2, précédente, le 18 janvier 2017, s’est produit un attentat terroriste au camp MOC de GAO.
Au Mali, nous sommes tous/toutes en deuil par cet attentat meurtrier qui nous a privé de nos frères Maliens dont certains sont des forces de défense du Mali et d’autres des mouvements signataires de l’accord de paix des regroupements Plateforme et CMA.
Cet attentat terroriste, odieux, du 18 Janvier 2017, à GAO, a généré une hécatombe parmi les candidats au MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) participant à la première patrouille mixte pour la sécurisation de GAO.
Nous présentons nos condoléances à tous les Maliens et aux parents des victimes.
Nous souhaitons un prompt rétablissement aux blessés.
Ces courageux patriotes ont montré l’exemple à suivre, celui qui mène à une paix durable au Mali.
Ceux qui ne veulent pas cette paix durable au Mali ont agi, sauvagement, en les éliminant.
Mais, ils n’arrêteront jamais l’élan du MOC et des patrouilles mixtes qu’ils ont initié ET l’espoir suscité par un tel élan dans les cœurs des Maliens.
Unissons-nous, TOUS/TOUTES, indépendamment des bords politiques et des pays (à travers nos partenaires), pour cette paix durable au Mali en formant un front UNI contre cette barbarie et ce terrorisme qui n’a pas/plus de frontière.
Unissons-nous autour de l’accord de paix, isolons les terroristes et tous ceux qui veulent stopper l’élan d’espoir suscité par le démarrage de la mise en œuvre de l’accord à travers les patrouilles mixtes.
Comme l’a dit Dr Anasser Ag Rhissa, dans l’émission radio sur la reconstitution du MOC et la sensibilisation sur la conférence d’entente nationale, nous vengerons nos frères disparus en relançant, le plus rapidement possible, le MOC.
Agissons dans ce sens.
ENSEMBLE, UNIS, AUTOUR DE L’ACCORD DE PAIX, EN PARTICULIER, AUTOUR DU MOC VIA LES PATROUILLES MIXTES, DU DDR, DES AUTORITES INTERIMAIRES ET DE LA CONFERENCE D’ENTENTE NATIONALE INCLUSIVE, NOUS SOMMES ET NOUS SERONS PLUS FORTS.
Le geste du Président IBK, de l’équipe accompagnant le Ministre Abdoulaye Idrissa MAIGA (le Ministre de la défense), de l’opposition, de la majorité et des ONG, en se déplaçant à GAO, en apportant leur compassion et celle du peuple Malien, à nos frères disparus et à leurs familles, est significatif.
Que DIEU accueille dans le paradis nos frères disparus, en participant à une cause juste et noble, qui resteront à jamais gravés dans nos mémoires.
Amine.

3.4. Phase 3 des concertations inclusives de la région de GAO : lien et préparation de la conférence d’entente nationale inclusive au Mali

Quelques jours après l’attentat terroriste sur le MOC de GAO, a démarré la phase 3 de ces concertations inclusives de la région de GAO. Cette phase 3 a couvert la période du 24 janvier au 04 février 2017.

Comme les problématiques adressées par ces concertations inclusives dans la région de GAO constituent des sous-ensembles de celles qui seront abordées lors de la conférence d’entente nationale inclusive et compte-tenu du temps restant pour l’organisation de cette dernière, cette troisième phase s’est focalisée sur les liens avec la conférence d’entente nationale inclusive, la préparation à travers la sensibilisation et l’identification des principaux acteurs et groupes pouvant aider à la bonne tenue de cette conférence d’entente nationale inclusive dans la région de GAO, ainsi que son suivi.

Ainsi, ces concertations inclusives dans la région de GAO sont considérées comme un prélude, une préparation et un suivi de la conférence d’entente nationale inclusive.

4. Conférence d’entente nationale inclusive au Mali

Partant des causes profondes de la crise Malienne, une conférence d’entente nationale inclusive, à travers un dialogue intra et intercommunautaires, sera organisée au Mali, en mars 2017, pour impulser et renforcer la culture du vivre ensemble et de la paix et pour favoriser la réconciliation nationale.

La conférence d’entente nationale doit être vue comme un processus de négociation et de dialogue, à base de conférences de compromis. Il doit être inclusif c’est-à-dire INTÉGRER les représentants de TOUTES les communautés de TOUTES les régions du Mali, PAS SEULEMENT CELLES DU NORD.

Pour plus de représentativité et plus d’inclusivité, une méthodologie inclusive sera utilisée.

Une telle méthodologie s’impose pour gérer la décentralisation, dans les régions, du dialogue inclusif.

4.1. Objectifs généraux de la conférence d’entente nationale

La conférence d’entente nationale a été retenue, par l’accord de paix déjà signé, pour :

(1) Permettre des échanges approfondis entre Maliens sur tout ce qui est relatif à la mise en œuvre de cet accord, comment rendre optimale l’inclusivité (utilisation d’une méthodologie inclusive pour une participation optimale de toutes les communautés Maliennes et dans toutes régions du Mali pas seulement celles du nord du Mali) et sur la validation éventuelle de l’appellation Azawad pour désigner les régions du nord du Mali,

(2) Etablir, sur une base consensuelle, une charte pour la paix, l’unité et la réconciliation nationale en vue de prendre en charge les dimensions mémorielle, identitaire et historique de la crise Malienne et de sceller l’unité nationale et l’intégrité territoriale.

4.2. Objectifs spécifiques de la conférence d’entente nationale inclusive

Afin que la mise en œuvre de l’accord soit inclusive et profite à tous les Maliens, il est nécessaire de choisir une méthodologie inclusive consensuelle et d’échanger sur cette dernière et sur la mise en œuvre de l’accord à travers un dialogue intra et intercommunautaire.

La conférence d’entente nationale servira, entre autres, pour échanger sur ces éléments.

Les objectifs spécifiques de cette conférence d’entente nationale inclusive, à travers un dialogue intra et intercommunautaires, sont : impulser et renforcer la culture du vivre ensemble et de la paix et favoriser la cohésion nationale, l’unité nationale, la réconciliation nationale et l’intégrité territoriale, à travers une charte pour la paix, pour l’unité et pour la réconciliation nationale, dans un Mali Un et Indivisible sans fédération ni confédération.

4.3. Organisation de la conférence d’entente nationale inclusive

Des ramifications régionales et communales du processus de mise en œuvre de l’accord de paix doivent être créées.

Vu que l’accord de Bamako doit être mis en œuvre aux niveaux national, régional et communal, la parallélisation doit être utilisée.

Une organisation stricte dans chaque région doit être mise en œuvre avec des synchronisations régulières avec les autres niveaux (local, régional, national, international).

La Conférence d’entente nationale doit avoir des ramifications régionales. Ainsi, elle améliorera la représentativité et apportera plus d’inclusivité.

Pour plus de représentativité et plus d’inclusivité, une méthodologie inclusive sera utilisée.

Dr Anasser Ag Rhissa, en tant qu’expert Consultant de la conférence d’entente nationale inclusive au Mali, a proposé, à cette dernière, une telle méthodologie.

5. Médiatisation des concertations inclusives dans la région de GAO et de la conférence d’entente nationale inclusive

5.1. Identification des principaux acteurs et groupes, dans la région de GAO, pouvant aider à la bonne tenue de la conférence d’entente nationale inclusive

Après consultations et échanges avec les principaux acteurs de la région de GAO, nous donnons ci-dessous la liste des Vingt principaux groupes pouvant aider à la bonne tenue de la conférence d’entente nationale inclusive dans la région de GAO.

Les Vingt Principaux Groupes dans la région de GAO sont :
(-) Groupe des ONG et de la société civile
(-) Groupe du cadre de concertation de GAO
(-) Groupe des mouvements de résistance
(-) Groupe des associations de la jeunesse
(-) Groupe des associations des femmes
(-) Groupe des religieux et des notabilités
(-) Groupe Songhoy et communes sédentaires associées
(-) Groupe Arma et communes sédentaires associées
(-) Groupe des communes Nomades et Touaregs
(-) Groupe Peulh et communes associées
(-) Groupe des Arabes et communes associées
(-) Groupe d’ouverture et des autres communautés
(-) Groupe CTV-GAO (commission pour la volonté de GAO)
(-) Groupe des regroupements et mouvements armés et d’autodéfense
(-) Groupe de la diaspora de la région de GAO
(-) Groupe des partis politiques
(-) Groupe des institutions publiques et privées
(-) Groupe des forces de défense et sécurité du Mali
(-) Groupe des partenaires, Minusma et Barkhane
(-) Groupe des médias

Pour des soucis d’inclusivité, en cas d’oubli, des réajustements ou des ajouts doivent être faits.

5.2. Médiatisation
Des consultations et des médiatisations ont été faites, à travers des rencontres et consultations en groupes de tailles réduites et via les médias, aux niveaux local, régional et national et au niveau international via internet, facebook, twitter et les réseaux sociaux.

Dr Anasser Ag Rhissa a participé, avec quatre membres de la Plateforme, de la CMA et de la société civile, à une émission, sous forme d’un débat, sur la radio Naata de GAO, diffusée, les 03 et 04 février 2017, sur cette radio et sur CFI (Canal France International, agence de coopération du Ministère français des affaires étrangères et du développement international).

Elle a porté sur la reconstitution du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) après l’attentat macabre, du 18 Janvier 2017, à GAO et sur la sensibilisation sur cette conférence d’entente nationale au Mali.

Lors de cette émission, il a été sollicité, à l’endroit de la conférence d’entente nationale du Mali, que toutes les régions et communes du Mali, en particulier, les communes et la région de GAO reçoivent, dans les meilleurs délais, les termes de référence et la méthodologie inclusive avant la conférence d’entente nationale au Mali.

6. Conclusion

Aux niveaux local, régional, national et international, nous remercions tous les acteurs, tous les habitants et tous les ressortissants de la région de GAO de l’intérêt qu’ils ont porté à cette initiative pour l’organisation de consultations et concertations inclusives dans la région de GAO en prélude à la conférence d’entente nationale inclusive au Mali.

Comme je l’ai dit, j’ai participé, avec quatre membres de la Plateforme, de la CMA et de la société civile, à une émission, sous forme de débat, sur la radio Naata de GAO, diffusée, les 03 et 04 février 2017, sur cette radio et sur CFI (Canal France International, agence de coopération du Ministère français des affaires étrangères et du développement international), qui a porté sur la reconstitution du MOC (Mécanisme Opérationnel de Coordination) après l’attentat macabre, du 18 Janvier 2017, à GAO et sur la sensibilisation à cette conférence d’entente nationale.

La participation et l’implication de TOUS/TOUTES, indépendamment des bords politiques et des parties, sont nécessaires et contribueront (1) à améliorer la compréhension entre acteurs, (2) à impulser le vivre ensemble, la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation au Mali, (3) à améliorer l’inclusivité à travers la conférence d’entente nationale inclusive au Mali, en particulier, dans la région de GAO et (4) à consolider l’unité nationale et l’intégrité territoriale au Mali.

7. Contact

Dr ANASSER AG RHISSA
Expert TIC, Gouvernance et Sécurité
Expert Consultant de la conférence d’entente nationale inclusive au Mali
Président de l’ONG TILWAT International
TEL 00223 95 58 48 97
E-mail : tilwatinternational@yahoo.fr
E-mail :

Source : aBamako

aBamako