IBK PRESIDENT DU G5 SAHEL : Ce qui va changer

25

Pour venir à bout ou tout au moins, réduire la nuisibilité du terrorisme transfrontalier qui gangrène l’espace sahélo-saharien, les Chefs d’Etats du G5 réunis à Bamako ont désigné le Président Ibrahim Boubacar Keïta. Directement impliqué, le Président IBK dont le pays vit cette expérience, et sait les défis immédiats qui s’ouvrent à lui, veut prendre le taureau par les cornes.

Investi Président en Exercice du G5 Sahel par ses pairs au sortir du Sommet ordinaire de Bamako, le Président Ibrahim Boubacar Kéïta du Mali est l’Homme choisi pour déployer toute son expertise et ses énergies pour la lutte contre le terrorisme. Dans cette perspective, des changements notoires profilent déjà à l’horizon dans cette lutte commune.
Bamako a encore vibré au son des grands rendez-vous internationaux. Après le Sommet Afrique-France et la Conférence internationale sur l’Islam, place a été cédée au Sommet extraordinaire du G5 Sahel, consacré à «la situation sécuritaire au Mali et son impact sur l’espace sahélien». La rencontre des Chefs d’Etat s’est tenue avec succès au Centre international de conférences de Bamako (CICB), le lundi 6 février dernier.
C’est face à la montée de l’extrémisme religieux, du terrorisme et des trafics de tout genre dans l’espace sahélo-saharien qu’est lancé en 2014, à Nouakchott, le G5 Sahel pour apporter conjointement et de façon coordonnée une réponse appropriée voire cinglante à ces phénomènes qui gangrènent la Bande Sahélo-saharienne en vue de bâtir un espace stable et paisible. Ceci est d’autant plus nécessaire que les pays qui composent ce groupe, à savoir le Burkina Faso de Marc Roch Christian Kaboré, la Mauritanie de Mohamed Ould Abdel Aziz, le Niger de Mahamadou Issoufou, le Tchad du Président sortant du G5 Idriss Deby Itno et le Mali d’Ibrahim Boubacar Kéïta ne veulent plus lutter séparément mais partager les mêmes problématiques liées aux phénomènes.
La Présidence de ce groupe des 5 du Sahel étant tournante, le 3e Sommet qui s’est tenu, le lundi 6 février dernier, a passé le témoin au Président IBK, lui faisant le désormais Président en Exercice de l’organisation. Une mission que le Président de la République du Mali a accueillie avec assurance.
Désormais, à la tête de l’institution, le Président IBK n’est pas un novice en matière du terrorisme. Son pays en est victime, il maîtrise le Sahel et les méandres du phénomène au point que sa présidence du groupe doit plutôt rassurer que d’inquiéter. La tâche est, certes, lourde ; mais ne dépasse pas les capacités d’un Homme aussi perspicace qu’IBK.
Solennellement célébré, honoré et félicité par ses pairs, IBK dont les qualités de leadership dans la mise en œuvre de l'accord de paix et de réconciliation nationale au Mali issu du Processus d'Alger fait l’unanimité. A l’avis des observateurs avertis de la scène politico-sécuritaire de la Région, il est l’Homme qui incarne le futur escompté du groupe auprès de ses partenaires. Très connu dans le monde onusien, le Président IBK mènera sans ambages des plaidoyers auprès des Nations-Unies et de la Communauté internationale qui permettront au G5-Sahel de se doter des moyens adéquats pour la concrétisation et l’opérationnalisation du processus de Nouakchott. L’expertise du Président IBK permettra à l’institution d’atteindre, à coup sûr, ses objectifs.
Une Présidence de confiance
Les rapports ont positivement évolué aujourd’hui entre les Etats de l’espace au point que se douter de la franchise des uns et des autres serait synonyme de chercher de midi à quatorze heures. Comme l’a attesté la présence effective tous les Chefs d’Etat de l’institution au Sommet du lundi dernier et la promptitude avec laquelle ils ont salué le mandat d’IBK à la tête du G5 Sahel. Toute chose qui a, donc, marqué son premier point prometteur. La Mauritanie, qui avait manifestement affiché sa nonchalance vis-à-vis du projet malien de mener communément la lutte contre ces phénomènes, et, cela, depuis au temps de l’ex-Président ATT, a vu son Président Mohamed Ould Abdel Aziz débarquer à Bamako.
Un autre homme influent qui a donné du tonus au Sommet est le Président en Exercice de l'Union Africaine, le Pr Alpha Condé de Guinée-Conakry. Malgré son agenda chargé, celui-ci est arrivé en catastrophe, en début d'après-midi à Bamako, pour soutenir ses homologues du G5 Sahel. Il a assisté à la conférence de clôture du Sommet.
Tout ceci est le signe que l’instance se redore le blason déjà avec le Président IBK qui a promis à ses homologues de lui redonner la Région toutes ses lettres de noblesse d’antan en matière de paix et de sécurité pour tous. Désormais, c’est d’une seule et même voix que le G5 Sahel fera face au terrorisme.
La Présidence de la lutte bilatérale
Sous IBK, la lutte contre le terrorisme est dorénavant bilatérale telle que requis par les conclusions du Sommet de Bamako. Des forces bilatérales maliano-mauritanienne, maliano-burkinabè et maliano-nigérienne, par exemples, peuvent se constituer pour mener conjointement des patrouilles afin de traquer et démasquer les groupes terroristes transfrontaliers comme dans la zone de Douentza (frontalière avec le Burkina), de la zone de la forêt du Ouagadou (frontalière avec la Mauritanie) où nidifient les terroristes.
Cyril ADOHOUN

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here