Mamadou Alpha Barry, ministre des affaires étrangères du Burkina Faso : ” Il n’est pas question pour nous de quitter le Mali, mais de nous repositionner à l’intérieur du Mali au profit de nos deux pays “

62

Présent à Bamako dans le cadre de la rencontre des chefs d’Etat du G5 Sahel, Mamadou Alpha Barry, ministre burkinabé des Affaires étrangères et de la Coopération internationale a profité de l’occasion pour effectuer une rencontre d’échange avec les journalistes maliens sur l’actualité de son pays et celle de la sous-région. C’était le dimanche 5 février dernier, à la Maison de la presse.

Cette rencontre d’échange qui a permis au chef de la diplomatie burkinabé d’éclairer la lanterne des journalistes maliens sur l’importance de la rencontre du G5 Sahel, de l’actualité de son pays et celle de la sous-région est une initiative de la Maison de la presse.

Selon le ministre Mamadou Alpha Barry du Burkina Faso, les ministres des Affaires étrangères jouent un rôle très important dans le dispositif du G5 Sahel parce que la plaidoirie de ces ministres a rendu possible la mise en place du dispositif de sécurisation des frontières récemment élaboré à Niamey au Niger. ” Des pays comme le Burkina, le Mali, le Niger entre autres, avons besoin souvent de l’appui de nos partenaires pour pouvoir concrétiser certains de nos projets de renseignement et d’appui terrestre”, a-t-il précisé.

Répondant à une question sur une éventuelle demande de repli stratégique d’un contingent burkinabé de la Minusma, le Ministre a précisé que son pays est le plus grand contributeur de troupe avec deux contingents, soit plus de 1 760 hommes. Ce qui témoigne sa détermination à aider le Mali, un pays ami, à sortir de cette crise multidimensionnelle. Mais, au fil du temps, un autre problème s’est posé. Il s’agit de la sécurisation des frontières. “Pour sécuriser notre frontière avec le Mali comme c’est le cas entre le Mali et le Niger, nous avons demandé un repli stratégique de l’un de nos contingents basé au Mali. Il ne s’agit pas d’un retrait. Mais plutôt un redéploiement de ce contingent vers Yorosso, pour sécuriser les frontières. Il n’est pas question pour nous de quitter le Mali, mais de nous repositionner à l’intérieur du Mali au profit de nos deux pays”, a-t-il expliqué

Quant aux dossiers Thomas Sankara, Norbert Zongo et le coup d’Etat avorté des éléments du RSP, des sujets abordé au cours de la conférence, le Ministre Barry a expliqué que ces dossiers tiennent à cœur au gouvernement burkinabé qui compte aller jusqu’au bout. Il a aussi souligné que pour ces dossiers, les magistrats ont promis de les clôturer avant la fin du troisième trimestre de l’année 2017. La conférence a été close par des conseils que le Ministre Barry a prodigués aux jeunes journalistes, notamment en leur demandant de mettre toujours de la rigueur dans tout ce qu’ils font.

M.TRAORE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here