Accord sur les doléances des magistrats : Quand la guerre de chef crée le cafouillage

46

Une énième assemblée générale extraordinaire tenue le vendredi dernier avait décidé de ne pas reconnaitre la signature de Cheick Mohamed Cherif Koné en qualité de président du SAM pour décider d’une quelconque levée du mot d’ordre de grève.
Depuis le mercredi 8 février, un accord est intervenu entre les deux syndicats et le gouvernement et tout, nous a-t-on dit, était fin prêt pour lever le mot d’ordre de grève, le jeudi. Mais hélas ! Un faux problème de leadership avait conduit à un autre bras de fer entre les magistrats et le gouvernement et bloquait le processus de sortie de crise. Une énième assemblée générale extraordinaire tenue le vendredi 10 février 2017 décidait de ne pas reconnaitre la signature de Cheick Mohamed Cherif Koné en qualité de président du SAM pour décider d’une quelconque levée du mot d’ordre de grève.
Au moment où nous mettions sous presse, les grévistes, après consultations de la base, conditionnait toujours la reprise du travail à la signature de l’accord intervenu par son vice-président Badra Aliou Nanacassé et la lecture, par celui, de la levée du mot d’ordre sur l’ORTM et Africable. Elle a décidé, en outre la convocation d’un congrès extraordinaire le 18 février prochain à la Cour de Bamako.
Ainsi, l’accord intervenu est resté inutilement en souffrance week-end pour défaut de signature du PV de conciliation pour lever le mot d’ordre de grève illimitée. Bien que le fond du problème ait été vidé, une simple formalité de signature posait problème ce qui risquait de compromettre la reprise du travail pour longtemps. Les frondeurs du SAM qui avaient accepté le retour de Chérif à la table des négociations n’acceptaient pas que sa signature soit apposée au bas du procès-verbal de conciliation. Pourquoi ? Plusieurs raisons sont évoquées. Les frondeurs ne voit désormais que le vice-président Barda Aliou Nanacassé, leur chef de file pour engager le SAM jusqu’au congrès. Que ce dernier a la seule légitimité de signer un accord au nom du SAM. Le président Cherif, à en croire les frondeurs, est d’ailleurs considéré comme démissionnaire pour avoir abandonné ses responsabilités de président du comité directeur du SAM avant de faire l’objet d’une suspension par une réunion extraordinaire du comité directeur dont la décision lui aurait été notifiée par voie d’huissier.
Alors que de l’avis du gouvernement, le Président Koné est la seule voix du SAM et aucun autre membre du Comité directeur ne peut parler ou signer sans délégation de ce dernier du moins dans la logique des statuts et règlement intérieur du syndicat. Un motif pour le gouvernement de soumettre le document à la signature de Cherif depuis jeudi. Par ailleurs, une Assemblée générale ne peut pas destituer le Président, encore moins une Assemblée générale extraordinaire SAM-SYLIMA. Le Président est élu par le Congrès et seule cette instance peut entrainer son départ. Le contraire entraine le vide.
Rappelons que le protocole d’accord qui fait l’objet de tiraillement est intervenu à la suite de la reprise des négociations après la sortie ratée de Cheick Mohamed Chérif Koné demandant à la reprise du travail le lundi dernier. Le protocole se traduit par un accord partiel sur le point d’incidence, un accord total sur l’indemnité de judicature, un accord total sur l’indemnité de logement, un accord entier sur toutes les questions institutionnelles et un désaccord total sur la prime de monture.
Daniel KOURIBA
22 Septembre du 13 février 2017

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here