Aigles : Le sort de Giresse deja scellé ?

221

Depuis l’élimination des Aigles au premier tour de la CAN, il n y a qu’un seul sujet de discussion pour les supporters : le limogeage du sélectionneur national, Alain Giresse et de son adjoint, Amadou Pathé Diallo. Dans les grins, les familles, au marché, sur les lieux de travail, tout le monde ou presque réclame la tête du technicien français coupable aux yeux des supporters de la piètre prestation des Aigles à la CAN, Gabon 2017 (élimination au premier tour après un bilan de deux nuls et une défaite en trois sorties, ndlr). Comme si la presse sportive avait son mot à dire dans le maintien ou non de Giresse, il ne se passe jamais 48h sans qu’on nous interpelle sur la question. Et nous avons beau expliquer que seule la Fédération malienne de football (FEMAFOOT) peut décider du sort du technicien français, nombre de personnes qui attendaient une réaction immédiate de la fédération après l’élimination des Aigles, ne nous croît pas. Mais si les critiques visent principalement l’ancien milieu de terrain des Bleus et son adjoint, la FEMAFOOT n’est pas non plus épargnée par les supporters.
On reproche notamment à l’instance dirigeante du football national son manque de communication, sinon son silence depuis la fin de la CAN. En effet, c’est seulement vendredi dernier que le président de la FEMAFOOT, Boubacar Baba Diarra a évoqué la question pour la première fois, alors que les supporters sont dans l’attente depuis le 24 janvier, date de l’élimination de l’Equipe du Mali (EDM), suite au nul 1-1 face à l’Ouganda lors de la troisième et dernière journée des matches de poules. Dans une interview accordée à la presse au centre de Kabala, le premier responsable de la FEMAFOOT a confié que le souhait de la fédération «est de trouver un compromis avec Giresse pour mettre fin à son contrat», mais pour le moment, on ne peut jurer de rien. Ce d’autant que plus loin, Baba, comme l’appellent familièrement les supporters, rappellera que le contrat du technicien français court jusqu’en novembre 2017 et qu’un départ avant cette date «ne sera pas sans conséquences sur le plan financier».
Selon nos informations, la FEMAFOOT attend un rapport du sélectionneur national pour prendre une décision sur son maintien ou pas à la tête des Aigles, mais après les propos tenus vendredi par Boubacar Baba Diarra, on peut dire que ce rapport est déjà caduc et ne servira à rien. En tout cas, les propos tenus dans la même interview par le président de la FEMAFOOT ne laissent aucun doute sur la volonté de la fédération de se séparer de Giresse. «Giresse m’a appelé pour me dire qu’il s’apprête à venir, je lui ai dit que je ne peux pas garantir sa sécurité en ce moment au Mali.
Les gens sont mécontents de lui, s’il vient, il peut se faire agresser même à l’aéroport», a dit Boubacar Baba Diarra. Cet aveu d’impuissance du premier responsable de la FEMAFOOT, au lieu de fragiliser Giresse, risque de mettre le technicien français en position de force pour négocier la résiliation de son contrat. Autrement dit, l’ancien international français pourrait demander un gros chèque en arguant que c’est son employeur même, à savoir la FEMAFOOT qui l’a empêché de venir au Mali.
En tout cas, les négociations ne s’annoncent pas faciles, surtout quand on sait également que Giresse a encore quelques partisans parmi les membres du bureau fédéral et au sien du staff technique de la sélection nationale. Selon nos informations, des voix se seraient déjà fait entendre à la fédération pour demander le maintien du technicien jusqu’à la fin de son contrat en novembre et les mêmes sources indiquent qu’un responsable technique a été surpris en train de dire au sélectionneur national de refuser de démissionner pour pouvoir toucher des dommages et intérêts.
L’autre problème de la FEMAFOOT se situe du côté du ministère des Sports qui paye les salaires des sélectionneurs nationaux. Le bureau fédéral parviendra-t-il à convaincre le département de tutelle à payer des dommages et intérêts à Giresse en cas de rupture de contrat ? Combien réclamera le technicien français ? Voilà autant de questions qui seront sur la table lors des négociations et malheureusement pour la FEMAFOOT, la réponse ne peut venir que du ministère.
Une source proche de la fédération indique que les deux parties (le ministère et la FEMAFOOT) ont déjà eu une séance de travail, mais, précisera notre interlocuteur, «aucune décision n’a été prise lors de cette rencontre». Le salaire mensuel de Giresse et de ses collaborateurs s’élèverait à environ 20 millions de F cfa auxquels il faut ajouter les frais de communication (500.000 F cfa), un véhicule de service, l’hébergement et deux billets d’avion par an. Si l’ancien international français est limogé, qui prendra la tête des Aigles pour le reste des éliminatoires de la Coupe du monde, Russie 2018 ?
Nos sources citent deux noms : Djibril Dramé l’actuel entraîneur des Espoirs et Fanyeri Diarra, le coach du Djoliba.
Les deux techniciens sont bien connus des supporters et jouissent chacun d’une bonne réputation, Djibril Dramé pour avoir été le premier entraîneur et d’ailleurs le seul jusqu’à jour à remporter une coupe d’Afrique des clubs avec une formation malienne et Fanyeri Diarra pour avoir porté le maillot de l’EDM pendant plusieurs années et entraîné plusieurs grands clubs de la place. Mais côté expérience, aucun des deux techniciens n’a entraîné la sélection nationale A. Lequel des deux succédera à Alain Giresse dans les semaines ou les mois à venir ? Bien malin est celui qui peut répondre à cette question, mais si le contrat de l’ancien milieu des Bleus est résilié ou si ce dernier démissionne, il y a fort à parier qu’il sera remplacé par un technicien local.
S. B. TOUNKARA

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here