Le Président de l’AVLM à propos du Hadj 2017 : «Cette année, le problème de quotas ne doit pas se poser»

23

Le Hadj 2017 profile à l’horizon. L’heure est aux préparatifs de cette campagne du côté du gouvernement et des agences privées de voyage devant transporter les pèlerins sur les lieux saints de l’Islam. Modibo Traoré, Promoteur de l’agence de voyage «Rahamatoulaye voyage» (Hinè Tama, en langue Bamanan) et Président de l’Association des Agences de Voyages Libres du Mali (AVLM) se félicite des précautions prises par le Ministère du Culte et des Affaires religieuses pour un bon pèlerinage. Avec plus de 13.000 visas accordés au Mali, il urge d’ouvrir la campagne à temps pour une participation record du Mali au pèlerinage 2017. Il s’est confié à votre bi hebdo préféré ‘’L’Observatoire’’. Lisez plutôt
L’OBSERVATOIRE : Le Hadj 2017 est pour bientôt. L’heure est aux préparatifs du côté du Gouvernement et des Agences privées de voyage. Comment se prépare cette campagne du côté de l’AVLM que vous dirigez ?
Modibo Traoré: Nous voulons aller vite pour faciliter les choses aux futurs pèlerins. Car, au Mali, les campagnes du pèlerinage ne s’ouvrent pas très tôt. Ce qui pose problème aux agences privées de voyage. Il n’est un secret pour personne que la situation financière est dure pour les Maliens et le pèlerinage n’en fait pas exception. C’est pourquoi nous avons souhaité que les campagnes s’ouvrent très vite afin que le maximum de personnes puisse effectuer le hadj cette année. Et, cela, afin que les agences de voyage n’aient pas de problèmes par rapport à la signature de contrat avec l’Arabie Saoudite; car, la campagne est préfinancée. C’est pourquoi nous sommes pressés de voir la campagne être lancée dès l’instant. La délégation gouvernementale qui se trouve présentement en Arabie Saoudite devait rentrer et nous osons croire que, dès sa rentrée, elle prendra langue avec nous afin de lancer la campagne. C’est pour vous dire que les choses se préparent bien.
Quel est le nombre de visas accordés au Mali pour cette année ?
Le Ministre a demandé aux quatre (04) groupements d’agences d’exprimer nos besoins pour ce hadj. Par rapport au nombre de visas, notre pays a bénéficié cette année de façon exceptionnelle 13.350, d’aucuns parlent de 13.500. Avec ce nombre assez élevé, je ne pense pas qu’il y ait un problème de quotas. Pour moi, il y aura du surnombre.
Peut-on connaitre les critères retenus pour l’octroi des quotas aux différentes agences ?
Il y a bel et bien des critères de répartition de quotas. Qui dit partage de quotas laisse sous-entendre aussi de problèmes ; car, il y aura toujours des gens qui se plaindront du quota qui leur sera accordé. L’argent roi oblige. Ce problème s’est toujours posé dans les années passées. Mais nous sommes parvenus à faire des consensus. En principe, pour cette année, avec le nombre accordé, le problème de quotas ne doit pas se poser. Pour trancher de façon définitive ce problème de quotas, nous nous référons au cahier des charges qui détermine tous les critères.
Peut-on se faire une idée sur le coût du Hadj 2017 ?
Pour le moment, nous n’avons rien du coût du hadj 2017. Mais, personnellement, je ne m’attends pas à un coût trop élevé par rapport à l’an dernier. Si augmentation, il y en aura, ça sera moindre. Sinon, je m’attends au même coût que le hadj 2016.
A quand l’ouverture officielle des campagnes pour cette année ?
Pour l’ouverture des campagnes, au titre de l’année 2017, nous attendons l’arrivée de la Mecque de la Délégation gouvernementale pour savoir clairement comment faire bouger les choses. Donc, ce n’est plus qu’une question de jours ou, du moins, de semaines.
Votre mot de la fin ?
Le principal problème dans l’organisation du pèlerinage a toujours été l’obtention du passeport pour les pèlerins. L’année dernière, nous avons décrié ce problème mais qui reste toujours non résolu. On ne peut pas prétendre aller au pèlerinage sans passeport. C’est pourquoi je demande au gouvernement d’améliorer les conditions de délivrance de cet indispensable document de voyage.
Et, cela, afin que nous ne connaissions pas les mêmes problèmes qui se sont posés l’an dernier où beaucoup de personnes n’ont pas pu accomplir leur devoir religieux pour manque de passeport dont l’obtention était conditionnée à la possession de carte NINA ou numéro NINA. Malgré les dispositions exceptionnelles prises pour la délivrance de passeport aux pèlerins, beaucoup n’ont pas pu accomplir leur devoir en 2016.
Pour parer à ce genre d’éventualités regrettables, nous avons suggéré aux autorités maliennes la confection de passeport spécialement conçu pour les seuls pèlerins dont la validité ne doit pas dépasser un an. D’autres pays le font et ça marche chez eux. Donc, pourquoi ne pas le faire chez nous.
En attendant, nous demandons aux Ministères du Culte et des Affaires religieuses et de la Sécurité intérieure, respectivement en charge de l’organisation du pèlerinage et de la confection des passeports, à se donner la main afin de faciliter la tâche aux pèlerins. Pour ce faire, il faudra multiplier les lieux d’enrôlement au RAVEC et renforcer l’équipe de confection des passeports afin que le maximum de personnes puisse obtenir les documents afférents au pèlerinage. Je trouve incompréhensible que dans un pays à majorité musulmane où des gens ne puissent pas accomplir leur devoir religieux par manque de document de voyage. Les autorités compétentes doivent revoir cet aspect pour éviter des désagréments aux musulmans. Telle demeure notre préoccupation en tant qu’Agence de voyage.
Propos recueillis par Ambaba de Dissongo

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here