Refus d’allégeance à Kalaban-Coro : Le Maire est indésirable à la chefferie

13

Après le mouvement d’humeur des femmes contre son élection, le boycott de la session de la mairie par des conseillers, la chefferie de Kalaban-Coro vient de prendre ses distances avec le Maire Issa Bocar Ballo. Tous les ingrédients semblent réunis pour le pousser vers la sortie.

Ils étaient nombreux à parier sur la défaite du Maire Issa Bocar Ballo aux dernières communales. Mais, à la surprise générale de tous, il s’est imposé et a pu rempiler pour un second bail à la tête de la Commune.

Comment a-t-il pu contre la volonté générale s’imposer ?

C’est la question que les uns et les autres se sont posés au lendemain de la proclamation des résultats. Pour ses adversaires politiques, il y avait anguille sous roche. Aujourd’hui, ils sont unanimes qu’ils y a eu des fraudes massives pour porter Ballo à la tête de la Mairie. Avec des preuves à leurs dispositions, ils se sont adressés aux autorités compétentes afin que soit procédé à un nouvel recomptage des voix. En attendant que la «grosse» qui a été délivrée soit mise en application en recomptant les voix, ceux-ci boudent les sessions de la Mairie. Cette attitude de ses conseillers qui attendent que soit appliquée une décision de justice est qualifiée de «traîtrise» par le Maire et ses fidèles collaborateurs. Les Conseillers ne sont plus seuls dans ce camp. Un camp et non des moindres vient de se joindre à leur cause. Il s’agit de la chefferie traditionnelle de Kalaban-Coro.

Le Maire déclaré persona non gratta !

En effet, après son élection, tout naturellement le Maire a demandé une audience auprès de la chefferie traditionnelle du quartier de Kalaban-Coro pour recueillir des conseils et bénédictions. Grande fut sa surprise quand la chef du village lui a fait savoir qu’il doit se patienter d’abord. La durée anormale de l’attente lui fit comprendre la position de cette chefferie. Mais, en bon «manipulateur» (ndlr: qui dit qu’il n’y a pas des Ballo ou Fané,…, de fins Stratèges ?), Ballo a pu s’appuyer sur des conseillers pour se faire recevoir dans le vestibule du village de Kalaban-Coro. Toute chose qui a soulevé l’ire de Mamadou Traoré, celui là qui doit succéder à son défunt frère à la chefferie. En fait, ce dernier n’est pas passé par mille chemins pour faire savoir que cette réception du Maire ne s’est pas faite avec l’autorisation de la chefferie. Au cours d’une réunion à laquelle a pris part Kadia Samaké, la Présidente des femmes du quartier et plusieurs autres Conseillers, il a affirmé avoir reçu la demande d’audience du Maire Ballo ; mais, ne l’a jamais répondu favorablement. Selon lui, son refus de recevoir le Maire s’explique par le fait que ce dernier n’aurait pas été élu dans la «transparence requise». «Les résultats de son élection n’ont rien avoir avec la réalité», dit-il. C’est d’ailleurs pourquoi ils ont écrit aux autorités administratives pour revoir les résultats de ce vote. Selon Mamadou Traoré, en attendant la suite de cette lettre, la Chefferie ne reconnait pas Issa Bocar Ballo comme le Maire de leur Commune.

Pour la petite histoire, l’on se souviendra qu’au lendemain de l’élection de Ballo, le 24 novembre dernier, les femmes commerçantes de la Commune avaient décrété plusieurs journées sans « marché » pour protester contre l’élection de Ballo. Puisqu’il avait promis bien avant les élections de les déloger toutes du marché du quartier.

Aujourd’hui, se sont trois fronts qui sont ouverts contre le Maire Issa Bocar Ballo: les politiques, la chefferie traditionnelle et les femmes.

A cette allure, l’on ne serait pas en droit de se demander si Issa Bocar Ballo pourra mener son mandat à terme. Et ? même s’il y parvenait, ce serait dans quelles conditions ?

Mohamed Dagnoko : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako