Alou Badra Nanacassé : un magistrat étrangleur

25

C’est un SMS du secrétaire général du SAM qui convie, dans la nuit du mercredi au jeudi, les membres du comité directeur à une réunion de restitution, le jeudi 9 février 2017 à 10 h. Lorsque Dramane Diarra se présente au siège, aux environs de 10 heures 30, il salue tous ceux qu'il trouve sur place en serrant même la main au seul Nanacassé, avant d'entrer dans la salle de réunion pour s'asseoir en compagnie de Moussa Samaké et Ibrahim Souley Maïga.

Aussitôt, Badara Aliou Nanacassé entre en salle pour lui demander de bien vouloir se retirer, au prétexte que les jeunes ne souhaitaient pas se réunir avec lui. Dramane lui réplique : quels jeunes ? Nanacassé renchérit qu'il s'agit de ceux qui se trouvaient dehors. Dramane lui fait alors comprendre que «nous sommes tous du Comité directeur et chacun a le droit de participer à la réunion». Nanacassé insiste et Moussa Oudé Diallo entre et lui porte aussi sa voix pour demander à Dra de quitter au risque d'une rixe. Il faudrait que les jeunes lui passent sur le corps, a alors dit Dra.

Puis, il ajoute en direction de Moussa Oudé : «N'avez-vous pas dit aux jeunes que vous et nous avions pris la décision de suspension du mot d'ordre de grève ensemble ?» Il acquiesce. Mais Nanacassé se précipite pour dire : «j'ai bien dit et j'ai même menacé de démissionner». Puis, il continue en disant : «Tu as menti sur moi. Aussitôt, en position debout. Dans une colère noire et les yeux larmoyants, se jette sur Dra, en position assise, se saisit de son collet avant de le secouer pendant environ 2 minutes sous le regard médusé de 4 personnes. C'est le doyen Oumarou Bocar qui desserre l'étau de Nanacassé autour de Dra qui était toujours assis.

C'est ainsi qu'Oumarou Bocar s'étonne du comportement de Nanacassé avant de supplier Dramane Diarra de se retirer. Dra a calmement déclaré : «Doyen, si vous me demandez cela, je le fais, mais j'ai juste quelques mots en direction du doyen Nanacassé». Il a poursuivi : «Doyen, vous dites que je suis votre petit-frère et votre parent. Alors, qu'est-ce qui justifie ce comportement extrême, à votre âge, à mon égard ? Et si je m'étais levé ?»
Dra s'est ensuite retiré, en compagnie de Oumarou Bocar et Souley Maïga. Sur son passage, Mahamadou Yattara, Mohamed Maïga, une jeune dame et un autre jeune homme du SYLIMA, l’ont apostrophé : «nous ne sommes pas des traîtres». Oumarou Bocar et Souley Maïga empêchèrent Dra de répondre à la provocation.

Source : aBamako

aBamako