Championnat national : Le Djoliba à la traine

12

Battus 1-0 par le CSD lors de la première journée, les Rouges ont encore lâché des points en concédant le nul 0-0 face au COB, dimanche dans le choc au sommet de la deuxième journée

Le match au sommet de la 2ème journée opposait le COB et le Djoliba (0-0), dimanche au stade Modibo Keïta. Les supporters attendaient cette affiche avec passion, mais la montagne a accouché d’une sourie. C’est le moins que l’on puisse dire quand on sait que pas un seul but n’a été marqué par les deux équipes. Rouges et Olympiens ont été inefficaces devant les buts et ont étalé chacun des lacunes dans leur jeu. Des balles en l’air, des passes ratées, des cadeaux offerts à l’adversaire, des opportunités de scorer vendangées, des contrôles manqués ont caractérisé ce match.
A aucun moment, les spectateurs du stade Modibo Keïta n’ont vu l’un des deux protagonistes aligner trois passes de suite. Même le contrôle du ballon était difficile pour certains joueurs. Le début de saison n’est pas étranger à cette situation, mais n’explique sans doute pas le spectacle insipide fourni par le Djoliba et le COB lors de ce premier choc du championnat.
Chacune des deux équipes a eu sa mi-temps dans cette rencontre, mais les meilleures occasions ont été obtenues par le Djoliba. Dans la possession de la balle, le COB a légèrement dominé, notamment en première période mais sans jamais inquiéter sérieusement le gardien djolibiste, Mamadou Traoré. L’occasion la plus franche de la première période sera pour le Djoliba. Bien servi par Cheick Tidiane Niang, l’attaquant djolibiste, Mamadou Sow contrôle le cuir et déclenche un tir qui sera capté par le gardien olympien, Abdoulaye Samaké (13ème min). Les Verts répliqueront en début de 2ème période avec cette tête d’Aly Dessé Sissoko facilement captée par le gardien Mamadou Traoré (47ème min). Progressivement, le Djoliba prend les choses en main. Les Rouges sont plus entreprenants. Dans la surface du COB, le milieu de terrain Moussa Sissoko expédie un tir que tout le stade voyait au fond des filets mais l’excellent gardien, Abdoulaye Samaké se détend et repousse le cuir, (51ème min). Coup sur coup, le capitaine du COB s’emploie pour empêcher le Djoliba de marquer en détournant en corner le centre de Cheick Tidiane Niang (64ème min) et le coup franc vicieux du latéral gauche, Daouda Traoré (75ème min).
Battu lors de la précédente journée par le CSD (1-0), le Djoliba jette toute sa force dans la bataille pour décrocher la victoire. Malheureusement pour les inconditionnels de Hérémakono, les hommes de Fanyeri Diarra ne parviendront pas à marquer. Score final : 0-0. Grâce à ce nul, le COB, vainqueur 2-0 du CSK lors de la première journée, affiche désormais 4 points au compteur et occupe la quatrième place au classement à égalité de points avec LCBA, derrière le Stade malien (6 points +4), l’AS Bakaridjan (6 unités+3) et l’USC Kita (6 points +3). «A défaut d’une victoire, on a eu un match nul. C’est mieux qu’une défaite. Aujourd’hui, nous avons procédé par des balles en profondeur. Nous n’avons pas pu faire le jeu de couloir. C’est ce qu’on doit faire pour diversifier notre jeu», analysera le nouvel entraîneur du Djoliba, Fanyeri Diarra. Et d’ajouter : «Après deux journées, je ne suis pas satisfait. Normalement, je dois être à 6 ou 4 points, mais je n’ai qu’un point. Toutefois, le championnat est long et je suis confiant et optimiste pour la suite des événements. C’est un début de travail, il y a obligatoirement des failles. Nous en sommes conscients et nous allons travailler pour combler ces failles».
«Le COB était bien en place offensivement et défensivement. On était venu pour les 3 points mais Dieu n’a pas voulu qu’on gagne. On va se contenter du point du match nul. Nous sommes au début du championnat et tous les points sont bons à prendre. Physiquement et techniquement, les joueurs ne sont pas encore au point, c’est ce qui explique les déchets techniques», dira l’entraîneur du COB, Ismaël Diané.
Si l’ASB a abandonné le terrain lors de la première journée avant la fin du match, l’équipe de Garantiguibougou s’est bien rachetée en dominant 1-0 le CSD, dimanche en deuxième heure. Les visiteurs ont dominé le sujet, mais le dernier mot est revenu à l’ASB qui a frappé peu après l’entame du dernier quart d’heure. On jouait la 72è minute, l’attaquant de l’ASB, Alassane Tamboura est servi en profondeur par un partenaire. Alors que le joueur lutte avec Boubacar Traoré, le gardien du CSD, N’Tji Michel Samaké sort et accroche son défenseur central. Les deux joueurs du CSD restent à terre, Alassane Tamboura n’avait plus qu’à pousser le ballon dans les buts vides (72ème min, 1-0). Après ce mauvais coup du sort, le CSD jettera toutes ses forces dans la bataille pour revenir au score mais la défense veillera au grain jusqu’au bout. L’ASB signe ainsi sa première victoire en championnat et compte le même nombre de points (3) que sa victime du jour qui avait battu le Djoliba lors de la journée inaugurale. «On était venu pour gagner, on a dominé le match et obtenu des occasions qu’on n’a pas réussi à concrétiser. Pire, on a offert un but cadeau à l’adversaire. Franchement, la chance n’était pas avec nous aujourd’hui mais ça fait partie du football. On va continuer à travailler pour corriger nos lacunes offensives», dira l’entraîneur du CSD, Alassane Barry. Quant au technicien de l’ASB, Mamadou Koné, il a salué la belle réaction de ses joueurs qui, après une première période terne, ont montré un tout autre visage au retour des vestiaires. «Ils (les joueurs du CSD, ndlr) ont joué leur football en première période. En 2ème période, nous avons appliqué notre style de jeu. Nous avons réussi à marquer et on a géré le reste du match», soulignera le technicien.

L. M. DIABY
Dimanche 12 février au stade Modibo Keïta
COB-Djoliba : 0-0
Arbitrage de Boubou Traoré assisté de Moriba Diakité et Baba Yomboliba
COB : Abdoulaye Samaké (cap), Idrissa Sangaré, Yacouba Doumbia, Germain Dho-Piot, Kalilou Bathily, Chiaka Guindo, Aly Dessé Sissoko, Alseny Bangoura (Abou Diallo), Djibril Coulibaly, Modibo Traoré (Ismaël Sidibé), Ibrahima Koné (Yahiya Sissoko). Entraîneur : Ismaël Diané.
Djoliba : Mamadou Traoré, Daouda Traoré, Abdoulaye Diaby, Youssouf Maïga, Seydou Diallo (cap), Mamadou Cissé, Cheikna Diakité, Cheick Tidiane Niang (Gaoussou Doumbia), Moussa Sissoko (Drissa Ballo), Mamadou Sow, Mohamed N’Diaye (Aliou Dieng). Entraîneur : Fanyeri Diarra.
ASB-CSD : 1-0
But d’Alassane Tamboura (72ème min).
Arbitrage d’Ousmane Diakhaté assisté de Boubacar Kinta et Adama Sacko.
ASB : Youssouf Koïta, Moussa Diakité, Drissa Diarra (cap), Fodé Konaté, Idrissa M. Diallo, Alpha O. Kanouté, Boubacar Traoré, Moussa Gary (Serges Guy), Oumar Konaté, Alassane Tamboura (Daouda Diarra). Entraîneur : Mamadou Koné.
CSD : N’Tji Michel Samaké, Boubacar Traoré, Clément B. Kanouté, Dramane Simpara, Brehima Diassana, Moussa Diarra (Bakary Coulibaly), Mamatou Danfaga (cap), Ibrahim Camara (Adama Dioma), Ismaïla C. Coulibaly (Alassane Keïta), Lassine Soumaoro, Bangaly Sanogo. Entraîneur : Alassane Barry.

LES RÉSULTATS
COB-Djoliba : 0-0
ASB-CSD : 1-0
CSK-AS Bakadjan : 0-1
US Bougouni-USC Kita : 0-2
Nianan-LCBA : 0-0
ASOM-Stade malien : 1-3
Black star-Onze Créateurs : 0-1
USFAS-Soni : 1-0
NB : le dernier match de la deuxième journée entre le Mamahira et le Réal se dispute aujourd’hui à 16h au stade municipal de Kati.

Ligue des champions d’Europe : LE PSG N’A PAS DE MSN, ET C’EST TOUT SON PROBLEME

Ce soir d’avril 2013, c’est comme si c’était hier. Ce Barça-PSG au Camp Nou. Le 2-2 du match aller laissait un mince espoir aux Parisiens. Il est devenu bien plus grand quand Javier Pastore a ouvert le score. Parce qu’en plus, c’était loin d’être immérité pour l’équipe de Carlo Ancelotti sur le contenu du match. Paris faisait à peine son retour sur la grande scène européenne qu’il était déjà aux portes d’un exploit monumental : mettre à terre l’équipe référence du moment. Et puis Lionel Messi est sorti du banc barcelonais. Et ça a tout changé.
Le PSG avait quitté le Camp Nou éliminé, mais la tête haute. Et plein d’espoir dans l’avenir. Parce que l’écart qui le séparait d’un poids lourd du calibre du Barça, un exemple à suivre dans la quête de gloire européenne des Parisiens, ne semblait pas insurmontable. Un peu moins de quatre ans plus tard, l’écart existe encore entre Paris et ces grands d’Europe. Il est peut-être même plus important. Le PSG n’a jamais franchi ce cap des quarts de finale qu’il avait atteint dès son retour en Ligue des champions. Et à l’heure de ces retrouvailles avec Barcelone, l’hypothèse d’une régression, d’une élimination dès les huitièmes de finale, est même la plus probable.
Bien sûr, l’exploit est possible. Sortir le Barça en serait un. Le passé suffit à s’en convaincre.
Oui, ce Barça est moins flamboyant que par le passé. Oui, il n’est plus l’équipe dominante qui avait surclassé les Parisiens il y a deux ans en quarts de finale (victoires 3-1 au Parc des Princes et 2-0 à Barcelone). Collectivement, la formation d’Unai Emery n’a pas forcément grand-chose à envier à celle de Luis Enrique. C’était déjà le constat sur le terrain en ce soir d’avril 2013. Individuellement, en revanche, le club catalan garde des atouts qui font toujours défaut au PSG. A lui seul, Messi avait fait pencher la balance en faveur du Barça il y a un peu moins de quatre ans. Et maintenant, il n’est plus seul.
A l’époque, Luis Suarez et Neymar n’avaient pas encore fait de misères au PSG. C’était avant la saison 2014-15, celle de l’avènement de la MSN. Paris en avait été l’une des nombreuses victimes. En quatre confrontations, le trio infernal barcelonais avait signé un bilan face aux Parisiens qui se passe de commentaires.
Pour résumer, Messi, Suarez et Neymar avaient inscrit tous les buts du Barça dans ces quatre confrontations avec le PSG.


Source : Africatime

Africatime