L’ONU alarme sur la crise alimentaire en Somalie

32

Six millions de Somaliens sont en situation d’insécurité alimentaire, dont la moitié souffrent déjà de graves problèmes de nutrition. C’est le constat alarmant dressé par l’Organisation des Nations unies pour l’agriculture et l’alimentation. La FAO estime qu’il faut agir sans plus tarder si l’on veut éviter la répétition de la famine qui a tué 250 000 Somaliens il y a cinq ans.

En 2016, la sécheresse a frappé une grande partie de l’Afrique de l’Est et en particulier la Somalie. Les récoltes sont mauvaises, en baisse de 75% pour le maïs et le sorgho, les agriculteurs n’ont pas suffisamment de semences pour 2017, les troupeaux sont faméliques et les prix des céréales ont bondi. A titre d’exemple, à Mogadiscio, le prix du maïs a augmenté de 23% rien qu’en janvier. Il a doublé dans certaines villes du centre et du sud de la Somalie.

Résultat : six des douze millions de Somaliens sont en situation d’insécurité alimentaire. La moitié d’entre eux souffre de problèmes de nutrition. Mais le pire est à venir. Les prévisions de pluies sont mauvaises pour cette année. Ce qui fait courir au pays un véritable risque de famine à grande échelle.

La dernière date d’il y a cinq ans. Elle a emporté 250 000 personnes, principalement dans les zones rurales. La FAO tire la sonnette d’alarme. « On ne peut plus attendre », estime l’organisation onusienne. La Somalie a besoin de céréales, de semences et de fonds disponibles pour les familles de paysans. Car si les pluies, qui débutent en avril, sont moins abondantes que prévu, alors rien n’empêchera une catastrophe alimentaire de s’abattre sur le pays.

Par RFI Publié le 15-02-2017


Source : Maliweb

Maliweb