Processus de mise en œuvre de l’Accord : Les enfants égarés de la CMA reviennent sur la table !

21

Après avoir boudé la réunion du comité de suivi à l’Accord(CSA) dans la capitale malienne, les enfants égarés de la Coordination des mouvements armés de l’Azawad(CMA) ont pris part à la 2ème rencontre de Haut niveau sur l’accord qui s’est tenue le week-end dernier.
Soutenus par la France, les membres de la CMA (composée par le MNLA, le HCUA et le MAA) sont des loseurs, des enfants gâtés qui décident par rapport à leur humeur de boycotter ou participer aux rencontres sur la mise en œuvre de l’accord. Après avoir boudé la rencontre du CSA, ils ont participé à la rencontre de haut niveau sur la mise en œuvre de l’Accord. Cette rencontre qui a enregistré la participation de toutes les parties signatures de l’Accord a permis de relancer le processus de sortie de crise bloqué par le comportement des membres de la CMA. Au cours de ladite rencontre, des accords ont été obtenus. Ce qui sous-entend qu’il faut maintenant passer aux choses concrètes. Est-ce un nouvel échéancier de plus ou bien une réelle avancée dans la mise en œuvre de l’accord ? Telle est la principale question qui taraude les esprits ; d’autant plus l’attitude des membres de la CMA donne impression qu’ils ne veulent pas du tout l’avancée du processus de mise en œuvre de l’Accord.
Toujours dans leur jeu de dupe, ils ont apposé leur signature sur un document publié vendredi en accord avec le gouvernement, et les facilitateurs dans la crise malienne. Cet accord prévoit un nouveau calendrier de la mise en place avant fin février de deux dispositions importantes de l’accord de paix. Il s’agit notamment des “patrouilles mixtes” et de l’installation des autorités intérimaires dans le Nord du pays.
Ce document émane du “Groupe de travail” qui s’est réuni cette semaine à Bamako pour préparer la rencontre vendredi du Comité de suivi de l’accord signé en mai-juin 2015, en présence de la médiation internationale et de toutes les parties. A Kidal, toujours contrôlée par les ex-rebelles, le document prévoit également le retour de la représentation de l’Etat et des services déconcentrés concomitamment avec l’installation des autorités intérimaires et des patrouilles mixtes prévues pour le 28 février.
En tout cas, il est important de poser la question à savoir si les enfants égarés de la CMA respecteront- ils leur engagement ?
Soulignons que cette réunion de haut niveau se tient un peu plus de trois semaines après l’attentat suicide jihadiste du 18 janvier dernier à Gao, principale ville du nord du Mali, visant un camp de regroupement des formations armées signataires de l’accord de paix et qui a fait près de 80 morts.
Aliou TOURE

Source : aBamako

aBamako