Hôpital du Point G : 8 machines hémodialyse en panne, l’hôpital n’a eu aucun don de Cissé Technologie

20

Ce mercredi 15 février 2017 nous avons fait un tour à l’hôpital du Point G de Bamako, le plus grand hôpital du Mali. Dans ce centre de santé,  il y a plusieurs difficultés de nos jours. Le service d’hémodialyse est confronté à des difficultés, ce service compte 3 salles pour 32 machines. Il y a 8 machines qui sont en pannes ce qui fait que 24 malades ne sont pas traités. Le major du service d’hémodialyse nous a fait savoir que la situation actuelle leur demande une reprogrammation qui peut aller tard dans la nuit. C’est pour cela qu’ils restent souvent jusqu’à 4 heures du matin. Cette situation qui fatigue les agents sanitaires donne aussi du fil à retordre aux  patients. Qui très souvent passent la nuit à faire la queue avant leur tour. C’est dans cette condition qu’on dit que la société Cissé Technologie a fait un don de machines, nous n’avons pas vu  cette machine. Nous avons par contre appris qu’il y a trois sortes de marques de machines Gam Pro, Frsenuis et Nipro. Et l’hôpital a eu ses machines à travers un appel d’offre qu’un certains Ayouba Cissé a eu et bien exécuté. Très différent de Cissé Technologie.  En tout cas même si la société en question a fait don des machines  ce n’est pas au niveau du service d’hémodialyse, parce que le docteur Moussa Guindo major de ce service est dans l’attente d’un technicien égyptien pour dépanner ses 8 machines en pannes.  Par ailleurs la société Cissé technologie a eu un marché de 7 milliards FCFA à la CANAM  pour livrer des serveurs et logiciels, jusqu’à présent la CANAM n’a pas eu tous les matériels et la livraison continue de plus belle. Même l’enrôlement des cartes d’assurances  maladie lui a été confié, mais un contrat très exécuté au niveau CANAM. Comme tout cela ne suffit  Cissé Technologie a eu un autre marché pour le 2ème site de secours pour 1 milliard 900 millions de FCFA  pour un serveur et logiciel. Le contrat est sur la table du ministre de la solidarité non signé mais la CANAM lui a payé 1 milliard de FCFA. Alors que le projet de marché n’a pas été attribué par le département de la solidarité et du développement social. Cette société guette aussi le marché de confection de la carte d’identité biométrique du Mali, un contrat qui est bloqué parce que la somme demandée par Cissé est très élevée. Parce qu’à lui donnant ce marché l’unité de la carte d’identité biométrique sera de 13 mille FCFA. Un montant qui n’est pas à la portée de la bourse du malien moyen.

Sinaly KEITA

 


Source : Maliweb

Maliweb