Le président de l’UM-RDA « FASO JIGI » à propos de la gouvernance actuelle : «Je ne parlerais pas de bilan, mais je dirais qu’il y a des avancées»

4

Après le 2ème congrès ordinaire du parti, tenu les 22 et 23 janvier 2017, le nouveau directoire de l’UM-RDA a rencontré la presse pour échanger avec les hommes de médias sur les recommandations sorties de cette importante assise. Ce fut également l’occasion de s’exprimer sur les ambitions du nouveau Bureau et l’état des lieux de la gestion du pouvoir, en tant que parti membre de la majorité présidentielle. Les locaux du Mémorial Modibo Kéita ont servi de cadre à la tenue de cette conférence.

Elle était animée par le nouveau Président du parti, Ibrahim Boubacar Bah, avec à ses côtés Sandy Haïdara, 1er Vice-président, en présence d’un parterre de journalistes.

D’entrée de jeu, Ibrahim Boubacar Bah a adressé ses vifs remerciements aux hommes de médias pour leur présence massive à cette cérémonie, première du genre depuis l’élection de ce nouveau Bureau du parti. Ensuite, il a saisi cette opportunité pour réaffirmer le soutien de son parti au Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, et sa foi en avenir du pays. A ses dires, toutes les questions relatives à la vie de la Nation, surtout la gouvernance, et à la vie du parti étaient bienvenues.

Abordant l’objet de la rencontre, il a tenu à remercier sincèrement le Président Ibrahim Boubacar Keita pour la réhabilitation du père fondateur du Mali, le Président Modibo Kéita, à travers plusieurs initiatives. Il a rappelé le nouveau nom de l’Aéroport international de Sénou, désormais baptisé de son nom, pour ne citer que ceci. Il a, au passage, salué également la mémoire des illustres fondateurs du parti, dont Mamadou Konaté, Modibo Kéita et leurs compagnons.

Selon lui, leurs efforts et leur courage doivent être un exemple pour tous les fils et les filles du pays. «Notre parti est un rassembleur. Dès l’élection de ce Bureau, nous avons pris notre bâton de pèlerin pour écouter tous les autres partis du pays, Majorité présidentielle et Opposition politique confondues. A cette occasion, nous avons d’abord écouté le parti Union pour la République et la Démocratie (URD) et la dernière rencontre était celle avec la Convergence pour le Développement du Mali (CODEM). C’est vrai que nous appartenons à la majorité, mais nous allons écouter aussi les partis de l’opposition, parce que nous voulons savoir ce qui se passe au Mali» a confié le Président Ibrahim Boubacar Bah.

Le patron du parti a informé la presse que l’Union Soudanaise pour le Rassemblement Démocratique Africain, devenu par la suite l’Union Malienne pour le Rassemblement Démocratique Africain, a soufflé déjà ses soixante et onze bougies. «Nous avons un parcours, nous avons une histoire et nous avons des valeurs», a ajouté Ibrahim Boubacar Bah. Avant d’ajouter que l’UM RDA est loin d’être un parti du passé. Cette formation politique, dit-il, est conseillée par des sages et évolue avec le temps.

Pour Ibrahim Boubacar Bah, le parti se préoccupe aujourd’hui des Maliens de la base de la pyramide. Selon lui, il n’y aura pas de développement sans cette couche sociale. Parlant de la gestion des affaires publiques, il dira que notre pays est géré dans des conditions d’exception. «Exception par rapport à la situation sécuritaire, économique, et au regard de l’ampleur des revendications sociales. Dans ces conditions, je ne parlerais pas de bilan, mais je dirais qu’il y a des avancées, des avancées réelles et substantielles», a-t-il répondu à la préoccupation d’un journaliste. Cependant, l’arbre ne doit pas cacher la forêt. Selon lui, depuis 2012, le Mali est presqu’à genoux et il sera difficile, pour un pouvoir comme celui d’IBK, de sortir tout de suite de ce trou. Certes, il y a des problèmes très importants, surtout dans le domaine de la sécurité, parmi tant d’autres.

«Il y a certainement eu des erreurs, des points qui ont aujourd’hui besoin d’être améliorés. Notre rôle, c’est de le rappeler le gouvernement où nous comptons un membre» a souligné le Président du parti. A la question de savoir si l’UM RDA allait soutenir IBK en 2018, le Président Ibrahim Boubacar Bah fera savoir qu’il restait encore une année et quelques mois. Le moment venu, dira-t-il, le Bureau national du parti prendra sa décision.

Moussa Koné

Source : aBamako

aBamako