Pourquoi une certaine presse au Mali frère, s’acharne contre la Mauritanie?

6

Nous avons assisté ces dernières semaines, dans une certaine Presse malienne, à la publication d’articles à caractère calomnieux et diffamatoire contre la Mauritanie. Pourquoi cet acharnement?
Pour ne s’en tenir qu’aux deux publications les plus récentes dans cette sombre série, l’article intitulé « G5 Sahel : pourquoi le tabou mauritanien ? » publié par «La Lettre du Peuple» et mis en ligne, le 9 février 2017 sur le portail «Malijet» et l’article “Crise au Nord : La Mauritanie et l’appui secret aux rebelles d’Azawad”, publié pourtant depuis une éternité dans la livraison n°402 du journal malien l’aube du 06 Février 2012, et remis en ligne par le même «Malijet» à la même date, ces deux articles ont défrayé la chronique cette semaine, comme pour meubler une lâche campagne ostentatoire de dénigrement contre la Mauritanie.
En tous cas, et, quelque en soit par ailleurs les mobiles des auteurs des ces articles ainsi que ceux des organes qui les ont relayés, par rapports aux enjeux politiques et clivages partisans internes au Mali, il est du devoir de l’opinion publique, aussi bien au Mali qu’en Mauritanie, de se démarquer clairement et sans ambages de la teneur fallacieuse, mensongère et calomnieuse de ces allégations et contre-vérités distillées dans ces articles, qui portent préjudice aussi bien à la Mauritanie qu’au Mali frère.
Pour quelles raisons donc, voudrai-t-on insinuer que la Mauritanie et le Président Aziz ne sont pas sincères et, ne veulent pas du bien pour le Mali et ses populations? C’était-il pour influencer la tenue récente, le 6 février 2017, à Bamako du sommet extraordinaire du G5 Sahel? ou pour intimider la réunion de haut niveau des Ministres des affaires étrangères des pays de la médiation, qui s’est tenue à Bamako le 10 février 2017, afin d’insuffler une nouvelle dynamique au processus de mise en œuvre de l’Accord pour la Paix et la Réconciliation au Nord du Mali et, dont la Mauritanie est membre actif depuis le début du processus des négociation de paix à Alger?
Personne, fut-elle la plus débranchée des réalités de la sous région, ne peut comprendre ou admettre que la Mauritanie, d’ailleurs, comme tous les autres pays voisins du Mali, ne soit pas sincère, mobilisée et résolue pour aider le Mali frère à renouer avec la paix, la réconciliation et la stabilité sur l’ensemble de son territoire national, notamment dans les régions du Nord du Mali.
La Mauritanie n’a-t-elle pas aidé, depuis 2010, le Mali frère, se trouvant dans des situations difficiles, en allant traquer les terroristes et les criminels à l’intérieur même de son territoire? La Mauritanie n’a-t-elle pas aidé, en 2014, le Mali frère, qui était confronté, en plus déjà du défi terroriste, à une situation de coup d’Etat et de révolte cessationiste dans le Nord lors des affrontements entre les Mouvements armés de l’Azawad et l’armée malienne? qui ont tourné en catastrophe militaire, humaine et politique pour le Mali, à ce moment précis de l’histoire, ce n’est pas la Mauritanie qui a essayé de tirer profit de cette situation dans ses rapports avec l’Etat malien. Au contraire, Ne fut-il pas le Président Aziz, en personne, qui est allé en rescousse à son frère le Président IBK? Ne fut-il pas le Président Aziz, en personne, qui, au risque et péril de sa propre vie et, sans aucune garantie de sécurité, est allé en hélico sur les lignes de front, pour négocier et faire signer à Kidal, le 23 Mai 2014, un cessez-le-feu opportun, qui servira dans l’immédiat à stopper précieusement l’inexorable ruée des mouvements armés vers la capitale Bamako? et plus tard, en juillet 2014, l’accord de cessez-le-feu constituera le socle sur lequel sera bâti tout le processus de négociation de paix à Alger, puis l’Accord pour la paix et la réconciliation qui a été signé entre le Gouvernement malien et les mouvements armés de l’Azawad grâce aux efforts de la médiation internationale le 20 Juin 2015, dont la Mauritanie a été membre fondateur et actif depuis le début.
Chers amis, rien ne sert de déformer la vérité, ni de la dissimuler avec des mensonges.
Il faut être honnête et juste pour gagner de la crédibilité auprès de l’opinion publique. La crise au Nord du Mali a toujours été une préoccupation majeure du Président Aziz, qui s’y est impliqué personnellement pour favoriser les conditions de retour à la paix à travers à un dialogue inclusif entre nos frères maliens, dans le but de préserver la souveraineté nationale, l’intégrité territoriale et le caractère républicain du Mali et, d’inviter une paix durable entre les parties maliennes.
Ceux avec lesquels le Président Aziz a négocié la paix le 23 Mai 2014, pour le Mali et les maliens, n’étaient pas des terroristes, d’abord parce qu’ils se présentent comme les défenseurs d’une cause politique, sociale et culturelle identitaire vieille, depuis les années 1950, bien avant l’avènement du terrorisme; ensuite, parce qu’ils seront les signataire de l’accord de paix avec le Gouvernement malien, car, il n’est nullement pas envisageable de signer des accords entre des terroristes et des chefs d’Etat.
Non plus, les populations maliennes, notamment celles de la région du Nord, qui sont allées se réfugier en Mauritanie, pour éviter la terreur et l’arbitraire, ces gens là, non plus, ne sont pas des terroristes, mais plutôt des terrorisées. Celles d’entre elles qui sont plus déshéritées, sont restées dans les camps de réfugiés à Mberra et ses alentours, jouissant de l’assistance de la Mauritanie et des Organisations internationales humanitaires, celles, qui sont plus nanties, sont allées s’installer à Nouakchott ou ailleurs en Mauritanie. S’agissant des leaders des mouvements armés de l’Azawad, leurs déplacements en Mauritanie ne peuvent aucunement prêter à équivoque, puisqu’ils ne cessent de se déplacer partout dans les pays voisins du Mali (Burkina, Niger, Algérie) et au-delà même, au Maroc et en Europe.
Cette histoire de connivence hypothétique de la Mauritanie avec les terroristes, n’est plus à la mode et ne rapporte plus finalement. Ayant été fabriquée initialement dans un simulacre de pseudo think tank américain par des maniaques infortunés, relayée ensuite par le site web d’Al-Jazeera, avant de la supprimer récemment et, d’en présenter ses excuses à la Mauritanie, aujourd’hui il n’en reste que des miettes d’attrape, qui n’arrangent pas la disette d’un rat d’église.
Pas plus récemment encore, lorsque la semaine passée, le Président Aziz s’est déplacé à Bamako pour le sommet extraordinaire du G5 Sahel, dont il était lui même à l’origine de sa création afin de matérialiser son projet d’action commune conjointe en faveur de la sécurité et du développement socioéconomique, n’a-t-il pas exprimé avec sincérité que “le terrorisme et le crime organisé sont nos plus grands défis” ? en rappelant que l’essentiel du combat au Mali doit être livré contre le terrorisme et le crime transfrontalier, et que si ces défis sont levés, les frères maliens trouveront les bonnes voies pour résoudre leurs problèmes internes en toute sérénité.
Le Président Aziz n’est-il pas venu annoncer à ses frères du G5 Sahel, que la Mauritanie est disposée à mutualiser avec eux ses propres ressources afin de combattre le terrorisme et le crime organisé dans la région du Sahel et, à faire bénéficier ses pays des avantages comparatifs de son approche en matière de lutte conte le terrorisme et le l’extrémisme violent, en passant par la formation militaire de pointe dans son nouveau collège interarmées et, à travers la réalisation de projets socioéconomiques intégrés et structurants dans la région du Sahel? Comme le projet d’un fonds pour le développement durable, la compagnie inter sahélienne de transport aérien, les méga infrastructures routières et autres, etc.
Il est important que les auteurs de ces fameux articles, comprennent que la Mauritanie n’est pas un Etat défaillant et, que le Président Aziz n’est pas un pompier-pyromane.
Loin s’en faut, notre pays et notre Président ont une vision stratégique et une volonté politique cohérentes, positives et ambitieuses pour la Mauritanie, la sous région, le Continent africain et le Monde arabe.
Cette vision découle d’abord de notre perception humaniste des principes tolérants de l’Islam, invitant toute l’humanité à la fraternité et à l’intercommunication entre les peuples. Elle découle ensuite, de la subtilité de notre position géopolitique de trait d’union entre le Monde arabe et l’Afrique, pour favoriser la paix et les échanges entre ces deux sphères qui représentent le berceau de l’humanité. Elle découle aussi de notre riche patrimoine culturel pluriel, bâti sur l’ouverture d’esprit, l’enrichissement intellectuel mutuel et la solidarité . Elle découle enfin, de la constance et de la dynamique de notre doctrine diplomatique, basée sur les principes d’amitié, de paix, de respect, de bon voisinage et de coopération entre les pays et les nations.
C’est une Mauritanie de cette trempe que le Président Aziz dirige aujourd’hui avec volontarisme et enthousiasme vers des objectifs nobles, positifs et respectueux pour inviter le bien pour le pays et pour la sous région.
Une certaine idée de cette Mauritanie, m’amène à croire qu’elle ne se laisserait pas impressionnée ni intimidée par des colporteurs de ragots, en perte de vitesse et de repères, ni pour s’auto fragiliser ni pour se faire altérer dans ses rapports bienveillants, de fraternité et de bon voisinage avec son entourage.
Club des Amis de la Diplomatie Mauritanienne
Brahim Ould Brahim Ould Khairy

Source : aBamako

aBamako