11è édition de la Bourse aux céréales : les échanges mobilisent près de 130 millions de fcfa

50

La ville de Ségou a abrité, les 16 et 17 février, la 11è édition de la Bourse nationale aux céréales. L’édition de cette année était placée sous la présidence du ministre commissaire à la Sécurité alimentaire, Oumar Ibrahim Touré, et s’est déroulée en présence du gouverneur de la région de Ségou, Georges Togo, du secrétaire général du ministère de l’Agriculture, Abdoulaye Ahmadou et du président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture du Mali, Bakary Togola.
La bourse de cette année a regroupé environ 300 responsables d’organisations de producteurs céréaliers, de transformateurs, de commerçants, d’offices, de privés et autres services techniques du secteur de l’agriculture. Elle était placée sous le thème : «Promouvoir les échanges entre zones déficitaires et excédentaires pour renforcer la paix et la sécurité alimentaire et nutritionnelle». La présente bourse se tient à une période propice pour fluidifier les échanges commerciaux des produits agricoles, faciliter l’écoulement des excédents de production de la campagne agricole 2016-2017 et reconstituer les stocks nationaux de sécurité alimentaire. C’est dans ce cadre que son objectif principal est de faciliter l’accès des producteurs agricoles à un marché porteur, ceci à travers leur mise en relation avec les opérateurs privés et les acteurs des achats institutionnels. Au terme de cette 11è édition, les offres ont enregistré 57.754 tonnes contre 17.504 tonnes. Quelque 18 contrats ont été signés sur la vente de 629 tonnes pour la somme de 129.438.750 Fcfa.
Pour donner plus de visibilité et plus d’importance à cette bourse, les organisateurs de cette 11è édition ont fait des recommandations qui portent sur 7 points. Il s’agit de : renforcer l’implication des acteurs de la profession agricole dans le processus de subvention des intrants agricoles afin d’améliorer la traçabilité et l’efficacité ; faire une évaluation scientifique de la bourse nationale aux céréales ; structurer l’organisation de la bourse régionale des céréales tout en préservant l’originalité de cette activité ; développer les synergies entre les coorganisateurs dans les initiatives pilotes de commercialisation des céréales ; renforcer les capacités des opérateurs céréaliers pour améliorer leur performance ; renforcer le suivi dans la gestion des contrats pour un meilleur respect des engagements des parties et enfin mettre en place un mécanisme durable de financement sur la base d’un prélèvement sur les contrats conclus durant la bourse.
Dans son discours d’ouverture, le président de l’APCAM, Bakary Togola, a d’abord salué le fort intérêt du président de la République pour le développement de l’agriculture et du monde rural. Cet appui a permis, selon lui, d’engranger officiellement 8.900.000 tonnes de céréales. Pour lui, la bourse aux céréales vise un seul objectif : «mettre en relation l’offre et la demande des acteurs céréaliers en vue de promouvoir les filières céréalières du Mali». A la suite du premier responsable de l’APCAM, le ministre commissaire à la Sécurité alimentaire, Oumar Ibrahim Touré a relevé que dans le contexte de notre économie essentiellement agricole, l’amélioration continue de la production et de la productivité agricoles doit être intimement liée à la commercialisation et à la valorisation des produits agricoles pour augmenter les revenus des producteurs et des agro-industriels. Le ministre Touré a détaillé les orientations du Commissariat à la sécurité alimentaire avant de remercier des partenaires tels que Afrique Verte, AMASSA, Sassakawa, Projet village du millénaire (PVM), l’Association des coopératives agricoles Faso Jigi, le Projet FEERE JAARA, l’APCAM, le PAM et la FAO.
D. COULIBALY
AMAP-Ségou

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here