Diaspora malienne en Mauritanie : Une démission en bloc du camp de Habib Sylla pour celui de Cherif Haïdara

29

Les Maliens vivants en Mauritanie ont vécu d’énormes difficultés en ces dernières années. Face à la situation, la représentation du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur dans ce pays voisin a été accusée d’immobilisme et de soumission aux désidératas de l’Ambassade du Mali. De ce fait, son Bureau vient d’enregistrer une démission collective de ses rangs au profit du CSDM-Mauritanie.
Ce revirement de la diaspora malienne en Mauritanie du Haut conseil des Maliens de l’Extérieur au Conseil Supérieur de la diaspora malienne est de taille. Elle évoque l’inaction du Haut Conseil en faveur des Maliens vivants à l’Extérieur.

En effet, les immigrés étaient victimes d’ostracisme et accusés de prendre les emplois aux Mauritaniens. Après les interpellations auprès des services diplomatiques et consulaires, les Maliens de Mauritanie ont décidé de se faire entendre jusqu’à Bamako. «Généralement, lorsque nous essayons d’étaler aux Maliens nos dures conditions de vie, nos autorités sur place les nient en bloc ; nous présentant comme des incitateurs de manifestations ou des diffuseurs de fausses nouvelles», a noté Alou Diabaté, le Secrétaire adjoint aux Affaires sociales de l’association FASO KANU en Mauritanie.

C’est ainsi que lui et ses camarades ont appelé nos plus hautes autorités à interpeller celles de la Mauritanie pour ramener un peu d’ordre et surtout l’équité. «Nous savons tous que les Mauritaniens sont nombreux dans notre pays et nous nous réjouissons d’ailleurs qu’ici ils bénéficient du meilleur traitement. Nous voulons vivre en paix en Mauritanie comme c’est le cas pour les Mauritaniens au Mali», a souligné Alou Diabaté.
En son temps, si le Consul Adama Niaré donnait une relative satisfaction, l’Ambassade continue d’essuyer des critiques acerbes. Mais, selon nos sources, c’est le comportement des agents maliens qui favorise davantage ce manque d’estime vis-à-vis de nos compatriotes dans ce pays. Il n’était pas rare de voir des migrants sans papiers venus des quatre coins du monde. «Ce sont les agents mauritaniens eux-mêmes qui leur recommandent de se rendre à la Sous-préfecture de Gogui, dernier poste malien situé à la frontière mauritanienne», a témoigné un émigré de retour à Bamako. Pendant ce temps, les vrais Maliens ont toutes les peines du monde à se faire écouter par les leurs. Un manque de confiance qui fait que les conventions de libre circulation ne rencontrent plus une réelle réciprocité chez le voisin. Mais, une fois sur le territoire, la facture sera amère pour tous les détenteurs de ces pièces maliennes. Lorsqu’ils seront pris sans visas dans les rues mauritaniennes, ils seront rackettés sinon arrêtés.

Contre toute attente, le Bureau représentant le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur est resté insensible à la situation. Pis, il a été accusé de soumission aux désidératas de l’Ambassade. Conséquence : la tension a monté d’un cran et les différentes organisations se sont décidées à porter l’affaire à Bamako et à l’exposer à l’opinion nationale afin qu’une solution rapide et honorable soit trouvée.
C’est dans cette perspective que l’intervention du CSDM a été sollicitée. Et un Bureau du Conseil Supérieur de la Diaspora Malienne est mis en place en Mauritanie. C’est suite à la mise en place de ce Bureau que les membres du Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur en Mauritanie ont démissionné en bloc. Cela, au profit de celui du CSDM. Comme pour dire que Habib Sylla perd une bataille face à Chérif Haïdara. Même si la guerre continue !

Oumar Diakité : LE COMBAT

Source : aBamako

aBamako