Participation citoyenne au processus budgétaire : Préfets et Sous-préfets de la région de Sikasso à l’école du GSB

37

Dans le cadre du programme « Appui au renforcement de la participation citoyenne au processus budgétaire et à la gestion des finances publiques », vingt Préfets et Sous-préfets de la région de Sikasso ont participé à un atelier de formation initié par le Groupe de Suivi Budgétaire (GSB), sur le processus, le suivi et l’analyse des budgets de l’Etat et des communes. C’était du 18 au 19 février 2017 à Sélingué.

La cérémonie d’ouverture était présidée par le Gouverneur de la région de Sikasso, Bougouzanga Coulibaly, en présence du représentant de l’Ambassade du Royaume du Danemark, Lieve Deherder, chargée du programme Bonne gouvernance, du maire de Baya, Maguette N’diaye, du président du GSB, Tiémoko Souleymane Sangaré ainsi que de l’ensemble des Préfets et Sous-préfets de la 3ème région.

Former les membres du Conseil régional de Sikasso et des communes cibles et les représentants de l’administration sur le processus budgétaire (élaboration, exécution et contrôle), le suivi et l’analyse des budgets de l’Etat et des communes en vue de l’amélioration dudit processus et la bonne gestion des ressources publiques, tel était l’objectif de cet atelier de deux jours qui a réuni 20 Préfets et Sous-préfets des cercles et communes d’intervention du DED 2017-2022.

Après le mot de bienvenue du maire de Baya, le président du GSB, Tiémoko Souleymane Sangaré, a indiqué que le budget est un outil essentiel pour assurer le développement économique et la paix sociale. C’est pourquoi, il doit être utilisé de façon à assurer le bien-être économique et social des citoyens. Il a tenu à remercier l’ambassade du royaume du Danemark de l’accompagnement financier pour la mise en œuvre de l’« Appui au renforcement de la participation citoyenne au processus budgétaire et à la gestion des finances publiques ». Il a enfin exprimé toute sa gratitude au Gouverneur de la région de Sikasso pour son engagement en faveur de cet exercice d’approfondissement de la citoyenneté active.

L’ambassade du Royaume du Danemark, partenaire financier, par la voix de sa représentante, Lieve Deherder, chargée du programme Bonne Gouvernance, n’a pas caché ses sentiments pour la tenue de cet atelier. « Le budget communal, c’est le budget le plus visible pour le citoyen. Si le citoyen n’est pas correctement informé sur le budget communal, le vote ne veut rien dire », a-t-elle déclaré.

Abondant dans le même sens, le Gouverneur de la région de Sikasso, M. Bougouzanga Coulibaly, a rappelé que le renforcement des capacités des citoyens reste une préoccupation majeure du gouvernement et de ses partenaires. Selon lui, la qualité du partenariat que l’Etat attend de la société civile est liée à sa capacité de jouer le rôle qui lui revient dans le développement politique, économique, social et culturel du pays.

C’est pourquoi, le gouvernement apprécie à sa juste valeur, l’accompagnement du gouvernement Danois dans ce processus de renforcement des capacités des représentants de l’administration au niveau des communes. « Nous, autorités administratives, encourageons cette dynamique de l’ambassade du Royaume du Danemark envers ces représentants de l’Etat chargés de la tutelle des collectivités afin qu’ils puissent jouer pleinement leur rôle de contrôle de l’égalité et d’appui conseil au niveau des collectivités territoriales », a-t-il conclu.

Rappelons que dans le cadre de la mise en œuvre de l’engagement au programme « Appui au renforcement de la participation citoyenne au processus budgétaire et à la gestion des finances publiques » et de la convention bilatérale signée le 17 décembre 2015 entre l’Ambassade Royale du Danemark et le GSB, le Groupe de Suivi Budgétaire a réalisé, au cours de l’année 2016, des missions et des sessions de formation dans les communes de Zantiebougou, N’gourala, Niéna et Koumantou et au conseil régional de Sikasso.

Elles ont permis aux 140 participants de chaque session (les représentants du Conseil Régional de Sikasso, de l’Administration, de la société civile et des media) de comprendre davantage le processus budgétaire, de renforcer leurs capacités de suivi, d’analyse et de proposition alternative et de renforcer leurs capacités de suivi, d’analyse et d’influence du processus budgétaire.

Daouda T. Konaté

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here