Santé : Le Renagec exige l’effectivité de la gratuité de la césarienne au Mali

22

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet « Dialogue multi -acteur autour de la problématique de la gratuité de la césarienne au Mali dans la commune urbaine de San et les six communes du District de Bamako », le Réseau national gouvernance genre et citoyenneté (RENAGEC) a organisé, le samedi 25 février 2017, à la Maison du Partenariat de Bamako, une journée de plaidoyer sur la politique de la gratuité de la césarienne au Mali, décret N°05-350/ PRM du 4 août 2005. Cette journée qui marquait la fin du projet a été une occasion pour les membres du Renagec d’adresser un mémorandum aux autorités maliennes. Dans ce mémorandum, le RENAGEC exige la relecture du décret n° 05-350 / P-RM du 04 août 2005 de façon à corriger les insuffisances liées à son application et l’adapter au contexte nouveau.

Plusieurs personnalités ont pris part à cette activité dont la Coordinatrice générale du RENAGEC, Mme Traoré Awa Traoré, les honorables députés, le représentant de la direction nationale de la santé et bien d’autres. « En Octobre 2016, il y a trois mois, nous avons procédé au lancement de notre projet (Dialogue multi -acteur autour de la problématique de la gratuité de la césarienne au Mali dans la commune urbaine de San et les six communes du District de Bamako) une initiative du RENAGEC ayant obtenu le financement du PAOSC II au titre des Appels à Manifestation d’Intérêt (AMI 6 et AMI 7) », c’est par ces mots que la Coordinatrice générale du RENAGEC, Mme Traoré Awa Traoré a commencé son allocution. Selon elle, il s’agissait pour le RENAGEC à travers ce projet de favoriser l’échange et la compréhension autour de la problématique de la gratuité de la césarienne à travers l’organisation d’espaces d’échancre et de dialogue entre acteurs. « Pourquoi le thème de la césarienne ? Conformément au 5ème objectif de développement durable visant la réduction de la mortalité maternelle de 75 %, notre pays s’est engagé à rendre gratuite la pratique de la césarienne afin de sauver plus de vies humaines en l’occurrence celles des femmes et des enfants (La mortalité maternelle a atteint 464 décès pour 100 000 naissances) », a-t-elle dit. Il ressort du mémorandum du Renagec lu par Mme Keïta Aïcha Sangaré que le décret ci-dessus est buté à des sérieux problèmes dont le paiement par les usagers d’un montant moyen de 38 172 FCFA pour le cas de Bamako contre 9 722 FCFA dans la commune urbaine de San pour la césarienne.

En outre, le mémorandum indique que les 51% et 14% respectivement à Bamako et San des parturientes et de leurs accompagnateurs affirment avoir payé pour le kit de médicament dû aux ruptures de stock. C’est fort de ces constats et conscient que la pleine participation de la femme au développement socio-économique du Mali passe par son bien-être, que le comité stratégique du RENAGEC en appelle aux décideurs et parlementaires à la relecture du décret n° 05-350 / P-RM du 04 août 2005 de façon à corriger les insuffisances liées à son application et l’adapter au contexte nouveau ; l’engagement des Collectivités avec l’ensemble des acteurs à asseoir un suivi régulier de l’application de la politique sur le terrain, de façon à garantir la disponibilité des kits au niveau des centres de santé ainsi que les mesures d’accompagnement spécifiques. Tout en promettant leur soutien, le représentant de la commission santé de l’Assemblée nationale, Abdoulaye Dembélé a également mis l’accent sur les problèmes de kits de césarienne. En outre, les représentants de la commission promotion féminine de l’Assemblée nationale, Alhoussna Touré, de la commission loi de l’hémicycle, Aminata Traoré, de la Direction nationale de la santé, du projet PAOS, du représentant de la Collectivité Territoriale ont tous promis d’œuvrer pour la prise en charge gratuite de la césarienne au Mali.

Aguibou Sogodogo


Source : Maliweb

Maliweb