FAFPA : la section syndicale s’offre un nouveau bureau

45

La section syndicale de la FAFPA a organisé, le lundi 27 février 2017, un point de presse, animé par le Secrétaire général de ladite section, Madani Camara, épaulé pour la circonstance par les membres de son bureau. L’objectif, échangé avec les hommes de medias sur la vie syndicale au sein de leur structure et sur les défis auxquels ils sont confrontés.

D'entrée de jeu, le Secrétaire général a révélé que le nouveau bureau qu’il a l'honneur de diriger est le résultat de l'évaluation des conditions générales et des facteurs négatifs d'un leadership syndical qui avait de la peine à trouver son chemin. A l'en croire, le défi de la rupture devait être relevé par la mutualisation des points de vue, tout en tenant compte du permanent et de l'accessoire. Pour lui, sa promotion sera tributaire de la prospérité et des bons résultats de leur structure. Raison de plus pour souligner que leur cheval de bataille portera essentiellement sur la volonté de défendre les intérêts moraux et matériels de leurs mandants.
«Pour y parvenir nous devons renforcer la démocratie interne au sein de notre comité syndical à travers la tenue régulière des instances statutaires, devant permettre de partager l'information, de rendre compte des décisions qui sont prises aux noms des militantes et des militants, en vue de prendre les orientations», a-t-il énuméré. Et d’ajouté, qu’ils doivent agir en cohérente et de concert envie d’aboutir à une convergence d’intérêts. Pour le SG Camara, le pilotage à vue, l'improvisation, l'amateurisme sont de nature à engendrer des risques potentiels. Ceci, a-t-il affirmé, n'est possible que si le climat social est serein au sein de l'entreprise.
Le président a ensuite salué les uns et les autres pour la confiance porté sur sa modeste personne. Avant de les appeler à placer l’objectif ultime de leur union au-dessus des querelles de personnes et privilégier le collectif. Il insiste également qu'avec une bonne fixation de cap leurs doléances seront évaluées et prises en compte. «Nous n'oublierons pas que nous sommes des professionnels dédiés à la formation professionnelle et à l'apprentissage, dans le contexte d'un pays qui doit réussir son décollage économique rapidement, malgré les contraintes que nous éprouvons» a-t-il conclu.
Seydou Karamoko KONE

Source : aBamako

aBamako

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here