Renforcement des capacités: Les journalistes à l’école de la CCAM

7

Le Comité des compagnies d’assurance du Mali (Ccam) a organisé le mardi 7 mars 2017, à la Maison de la Presse, un atelier de renforcement des capacités des journalistes en assurance automobile et les procédures d’indemnisation dans le code de la CIMA.
L’objectif de cette session de la formation à l’intention des hommes de médias est de rehausser le niveau de connaissance des hommes de médias sur les activités de l’assurance pour mieux rendre compte et faciliter la compréhension des usages sur le mécanisme de l’assurance automobile et les procédures d’indemnisation dans le code de la conférence interafricaine des marchés (CIMA).
Pour le président du comité, Mahamed Compaoré, qui a présidé les travaux, «l’assurance automobile occupe la première place de nos produits avec une part de 41,00% en 2015 sur un chiffre d’affaires de 28. 301 millions de francs CFA contre 38,7% en non vie en 2014. Autrement dit, la branche de la production des huit sociétés d’assurances est passée en 2015 à 11592 millions de francs CFA contre 9779,4 millions de francs CFA en 2014. La branche est certes en progression, mais le taux de non assurance demeure considérable». Il a rappelé que les sinistres payés pendant la même période, toujours dans la branche automobile, sont de 9791 millions de francs CFA soit 2032 millions de francs CFA en responsabilité civile et 588 millions de francs CFA en dommages.
Entre l’assureur et l’assuré, le combat fait coule plus d’encre que de salive. Les difficultés de cohabitation semblent être tendues sur la base de processus du contrat. Mais aujourd’hui, face à cette situation, les compagnies d’assurance arrivent se posent plusieurs questions : que prévoit le contrat d’assurance ? Pourquoi le sinistre n’est pas garanti ? Le préjudice moral est-il indemnisable ? Pourquoi les délais d’indemnisation ?
Voilà des questions auxquelles le formateur, M. Oumar N’doye, Directeur général de la NALLIAS, non moins vice-président du Comité des compagnies d’assurance du Mali, a répondu, dans son exposé. M. N’doye a aussi parlé de l’assurance responsabilité civile obligatoire, des dommages subis par le véhicule, les autres garanties, la tarification Automobile, les mesures d’organisation du marché malien, la gestion des sinistres.
À la fin de la formation, les responsables du Comité des compagnies d’assurance du Mali ont invité les citoyens à s’imprégner davantage du contenu des clauses du contrat et d’appliquer correctement, comme il se doit et cela va dans l’intérêt de tous, et facilitera le travail des assurances pour la protection des hommes et de leurs biens.
AMT

Source : aBamako

aBamako